[HOME] [INFOS] [AUTRICHE]

Les liens du FPÖ autrichien avec l’extrême droite européenne

Malgré la fin des sanctions contre l’Autriche, ce pays reste gouverné par un parti ouvertement d’extrême droite, le FPÖ. Celui-ci est d’ailleurs devenu le modèle de référence de la plupart des mouvements néofascistes du reste du continent. Maintenant, la tendance radicale du FPÖ (menée par Jörg Haider) à l’ambition de mettre sur pied une « internationale » d’extrême droite, lors d’un congrès qui aura normalement lieu en octobre 2000. Parmi ses partenaires européens, il y a le MNR de Bruno Mégret, le réseau « Synergies européennes » et le Vlaams Blok.

Le parti national-populiste autrichien FPÖ n'est éloigné de l'extrême droite européenne qu'en parole. En effet, Andreas Moelzer, conseiller culturel de Jörg Haider, en Carinthie, tente de mettre sur pied une structure européenne qui rassemblerait les partis et les organisations étrangères proches du FPÖ. Dans cette perspective, Moelzer, par ailleurs rédacteur en chef de l'hebdomadaire d’extrême droite "Zur Zeit", prépare un congrès européen. Celui-ci devrait avoir lieu en octobre 2000, à Vienne.

Parmi les invités, on parle de plus en plus de la présence de délégués du Mouvement national républicain (MNR) français de Bruno Mégret et d’une délégation du Vlaams Blok. Cette dernière serait conduite par Filip Dewinter en personne.

Un réseau européen pro-FPÖe
Les relations entre l’extrême droite autrichienne et ses homologues européens existent depuis plusieurs années déjà. A l'occasion du festival d'été de "Zur Zeit", des représentants du Vlaams Blok étaient présents. Ce journal néofasciste autrichien est aussi lié à divers réseaux de la Nouvelle Droite (ND) européenne. Cette ND a été fondée en France, en 1969, par des militants d’une organisation néonazie. Quant à eux, deux « collègues » d’Andreas Moelzer participèrent à la dernière « Université d’été » de « Synergies européennes » (SE), un réseau d’extrême droite issu de la ND.

Le chef de file de Synergies européennes est le Belge Robert Steuckers. Cet « intellectuel nationaliste » fut auparavant la référence idéologique du Parti des forces nouvelles (un groupuscule bruxellois néonazi allié au Vlaams Blok). Steuckers collabore - depuis de nombreuses années - avec diverses structures militantes appartenant à la « galaxie » du Vlaams Blok. Il y a quelques mois, avec les Amis de la Renaissance européenne (une association politico-culturelle animée par des dirigeants du Bloc wallon et « compagnons de route » du Vlaams Blok), Steuckers organisait, à Bruxelles, une conférence de soutien au FPÖ.

Conclusion : de toute évidence, le FPÖ travaille en coulisses au renforcement de la droite extrême européenne. Restons donc vigilant !

Correspondance de RésistanceS avec le réseau d’opposition populaire autrichien Rosa Antifa Wien (raw@swi.priv.at) – 16 septembre 2000.