RésistanceS 15-02-2006

Enquête de « RésistanceS »


Une alliance francophone au service du Vlaams Blok / Belang


Les partisans de la Flandre indépendante, avec Bruxelles comme capitale, sont soutenus par une nouvelle race de « harkis ». L'Alliance bruxelloise contre le déclin (ABCD) est un instrument au service du VB. Avec l'appui des « identitaires » frontistes du cercle « Droite et Modernité ». Eclairage.


L'ABCD appelle à voter pour le Vlaams Blok / Belang (extrait d'un de ses tracts).

Depuis plusieurs années, une à deux fois l'an, des tracts sont déposés dans les boîtes aux lettres d'habitants de la Région de Bruxelles-capitale au nom de l'Alliance bruxelloise contre le déclin (ABCD). Les rédactions des principaux médias reçoivent pour leur part régulièrement des communiqués de presse soporifiques de cette même « alliance », dont les signataires agissent derrière des pseudonymes ronflants. La teneur des missives de l'ABCD est toujours la même : poujadisme, anti-immigration, anti-politisme... Le ton est quant à lui caractérisé par sa lourdeur.

Ni le contenu ni le style ne peuvent cependant identifier de manière claire l'orientation politique de l'ABCD. Est-elle d'ultra-droite, néoconservatrice, crypto-poujadiste ou d'extrême droite, voire apolitique ou indépendante ? Par ailleurs, son existence est-elle confirmée par une base militante ou relève-t-elle d'une opération d'intoxication visant à la massification de son discours auprès de la population ?

Pour qui roule l'ABCD ?
Grâce à son identité vague et au fait qu’elle se présente comme une alliance de réelle importance, l'ABCD pourrait paraître à certains comme étant le porte-parole de nombreux Bruxellois actifs contre le déclin de leur ville.


Autocollants islamophobe et poujadiste de l'« ancêtre » de l'Alliance bruxelloise...

La réalité est tout autre. Cette alliance ne représente aucun mouvement de citoyens actifs. L'ABCD est juste un groupuscule inconnu du grand public. Elle est animée par des activistes d'extrême droite de longue date. Auparavant, elle portait le nom de Rassemblement pour le renouveau (RPR), lui-même formé sur les ruines du groupe Bruxelles-Identité-Sécurité (BIS). Les dirigeants de BIS provenaient du Front national de Daniel Féret et du Parti des forces nouvelles (PFN), une micro-formation politique ouvertement néonazie. Soutenue notamment par l'Assaut, groupe nostalgique du nazisme, BIS avait pour ambition de participer, au milieu des années 1990, à l'essor électoral du Vlaams Blok (VB) dans la Région de Bruxelles-capitale. Suite à des conflits internes, BIS disparut de la circulation, mais fit la place au RPR qui donna naissance ensuite à l'ABCD.


Courrier du RPR... le Rassemblement pour le renouveau. (Cliquez pour agrandir)

Autre instrument pro-VB : le cercle « Droite et Modernité »
Comme le BIS et le RPR hier, l'ABCD a pour objectif d'inciter les Bruxellois francophones à voter pour les listes électorales du VB. Dans le même temps, elle entretient de très bonnes relations avec la tendance « identitaires » du Front national, active au sein du cercle « Droite et Modernité ».

En vue des élections communales d'octobre 2006, l'ABCD et ce cercle prônent des alliances pré-électorales entre le FN et le VB. But : se partager l'électorat estimant que le déclin de Bruxelles est arrivé.

Manuel ABRAMOWICZ

© RésistanceS – Bruxelles – Belgique – www.resistances.be / info@resistances.be – 15 février 2006

 

 

 

A lire encore sur RésistanceS.be :

Une bien étrange conception de la citoyenneté - Une enquête de Nadia Geerts sur l’Alliance bruxelloise contre le déclin


Pour qui roule le cercle « Droite et Modernité »?
L'ABCD soutient le Vlaams Blok / Belang. Cette alliance est aussi liée aux purs et durs du Front national de Daniel Féret, regroupés au sein du cercle « Droite et Modernité ». A son sujet, lire notre article :

Le cercle « Droite et Modernité », le Front national de demain ?