[HOME] [INFOS]

RésistanceS – 12 octobre 2006

Combat contre les négateurs et leurs complices


Génocide des Arméniens : la France réprime le négationnisme La Belgique : mauvais élève ?


Le Parlement français vient d’adopter un projet de loi condamnant la négation du génocide arménien. Chez nous, en Belgique, plusieurs partis dits démocratiques viennent de faire élire, aux élections communales de dimanche passé, plusieurs candidats membres du lobby turc anti-génocide. Le PS, par exemple, compte désormais, dans la commune bruxelloise de Schaerbeek, un conseiller communal provenant en ligne (extrême) droite des rangs des Loups gris, une organisation turque néofasciste, raciste et négationniste.

Voici ci-dessous, à ce sujet le communiqué de presse du Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX), une organisation courageuse qui refuse le politiquement correct ambiant, le prêt-à-penser qui nous est imposé par certains « commissaires politiques » du pouvoir, le communautarisme de la politique et la restriction du combat antiraciste à un combat ciblant uniquement les « mauvais de chez nous », soit le FN et autre VB *.

Ce jeudi 12 octobre, l’Assemblée nationale française a adopté une proposition de loi sanctionnant la négation du génocide des arméniens. Ainsi, malgré les pressions et menaces de rétorsion économiques et diplomatiques d’Ankara, la France a le courage de la cohérence, dans la droite ligne de la reconnaissance du génocide des arméniens, qu’elle avait déjà exprimée jadis. La France décide ainsi qu’il n’est pas admissible – dès lors qu’un génocide est reconnu dans toutes ses composantes, en ce compris dans l’incitation à la haine raciste qui le rend possible – qu’on puisse impunément le nier, le justifier, le minimiser grossièrement ou chercher à le justifier, sans, d’une manière ou d’une autre, cautionner les idées de haine qui ont rendu possible ce massacre.

Mais qu’en est-il en Belgique ?
Le MRAX regrette que le débat semble être encore et toujours en panne : pour rappel, aux termes des débats parlementaires des mois de mai-juin 2005 portant sur un projet de loi modifiant la loi du 23 mars 1995 tendant à réprimer la négation, la minimisation, la justification ou l'approbation du génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale, la Ministre de la Justice a chargé la Commission interministérielle de droit humanitaire de la question de la répression pénale du négationnisme en Belgique, aux fins de remettre un avis sur les implications multiples posées par une éventuelle modification de ladite loi de 1995.

Sous peine de penser qu’il s’agissait d’une manœuvre malignement opportune pour botter en touche le débat à quelques mois des échéances communales, le MRAX en appelle une nouvelle fois à la responsabilité politique, pour que les exemples des démocraties qui nous entourent percolent jusqu’en Belgique : pendant que la France assume sa position sur le négationnisme, les partis politiques hollandais, tant de majorité que d’opposition, excluent de leurs rangs les candidats refusant de reconnaître le génocide des arméniens.

Le MRAX tient à rappeler sa position de principe : dès lors qu’aucun parti politique démocratique ni association oeuvrant en matière de droits fondamentaux, ne demandent aujourd’hui l’abrogation de la loi du 23 mars 1995 réprimant le seul négationnisme du génocide des juifs pour bien légitimement ne pas adresser à l’opinion publique un message extrêmement négatif en matière d’antisémitisme, le MRAX demande, par égalité de traitement, l’élargissement de la loi de 1995 au génocide des Arméniens commis par le régime jeune-turc ottoman pendant la première guerre mondiale et le génocide des Tutsis commis par le régime hutu power rwandais en 1994.

De manière générale, au sortir de la dernière campagne électorale communale éprouvante qui a vu plusieurs partis politiques privilégier ici ou là la « carte ethnique » sur la « carte éthique », le MRAX souligne que la lutte toujours indispensable contre l’extrême droite « classique », représentée par les caciques du Vlaams Belang ou du Front national, ne suffit pas.

Un Appel du MRAX
Le MRAX appelle solennellement l’ensemble des partis démocratiques à faire preuve, à l’égard de leurs élus et anciens candidats, présents et à venir, de la plus grande vigilance contre toutes les formes d’extrémisme, des « loups gris » aux négationnistes, des islamistes aux homophobes qui ne s’en cachent pas.

* Les sous-titres sont de la rédaction de RésistanceS

(Communiqué de presse du MRAX du 12 octobre 2006 - RésistanceS – Belgique – Bruxelles – www.resistances.be – e-mail : info@resistances.be).


 

 

Dans l'actualité

Génocide des Arméniens : la France réprime le négationnisme - La Belgique : mauvais élève ? (12/10/06)

Génocides des Tutsi et des Arméniens - Déclaration commune à l'occasion de leurs commémorations et contre leurs négations (06/04/06).

Génocides des Tutsis et des Arméniens : visitez les lieux de mémoire... à Bruxelles
(06/04/06).

Mobilisation générale contre le négationnisme et pour la vérité - Négation des génocides des Arméniens, des Juifs et des Tutsis : Pas d'impunité ! (04/06/05).

Génocide des Arméniens: les sénateurs belges interpellés par sept associations des immigrations turque, arménienne, kurde et antiracistes (23/05/2005).

La négation du génocide des Arméniens doit être pénalisée en Belgique, pour le Centre communautaire laïc juif (20/05/2005).

Le premier ministre turc menace la Belgique et les autres pays reconnaissant le génocide arménien (19/05/2005)

Sommaire de notre dossier (avril 2005)

Pourquoi un dossier sur le génocide arménien ? Pour la mémoire des générations actuelles et futures

Pourquoi ce silence en Belgique ? Un texte-manifeste de l’Association des Arméniens démocrates de Belgique, de la Fondation Info-Türk et de l’Institut kurde de Bruxelles

Contre le négationnisme turc du génocide arménien – Rappel des initiatives par la Fondation Info-Türk

« Papiers d'Arménie » et « Génocide et Représentation » - Un spectacle et un débat au Théâtre de Poche de Bruxelles

Liens : pour en savoir plus