RésistanceS.be 21-10-2009

Tribune médiatique pour l'extrême droite d'outre-Manche


La BBC
doit-elle museler le BNP ?

Ardente controverse médiatico-politique suite à la décision de la BBC d’inviter le président du British national party (extrême droite) à son émission-phare de débat politique. Ce jeudi, le «cordon sanitaire» sera rompu par la chaîne de télévision anglaise. Inventaire de cette polémique et de ses enjeux par Chris Verboom de RésistanceS.be.

 


Avant sa présence sur les plateaux, la médiatisation du chef de l'extrême droite anglaise fait déjà débat à la BBC.


«Question Time», l’équivalent de «Mise au Point» (RTBF) ou de «Controverse» (RTL-TVI), accueillera sur son plateau, ce jeudi 22 octobre, rien moins que Nick Griffin, le président du British national party (BNP).

Formation nationaliste d’extrême droite xénophobe, le BNP avait jusqu’à présent fait l’objet d’un «cordon sanitaire» médiatique relativement bien suivi. Parvenu malgré tout à aligner quelques succès lors des dernières élections locales (avec l'élection d'une cinquantaine de conseillers communaux), mais surtout disposant maintenant de deux députés au Parlement européen, Nick Griffin et un de ses «camarades», le parti a montré les limites de ladite «non-platform policy» menée par la classe politique à son égard.

Les invités «non-blancs» ciblés
En recueillant près d’un million de voix au dernier scrutin, le BNP pouvait-il se voir également accorder une voix dans une émission politique très populaire ?

C’est ce que s’est dit la BBC en décidant de l’inviter à «Question Time». Le point de vue de la chaîne de télévision anglaise ? Pronant sa représentativité nouvellement acquise, la BBC a estimé que le BNP ne pouvait plus être exclu du processus politique normal, l’approche de la «no-platform» lui apparaissant alors antidémocratique vis à vis d’une partie importante de la population britannique.

Les opinions sont plus que partagées sur cette ouverture télévisuelle : elles se retrouvent même polarisées entre les tenants du maintien du muselage médiatique du BNP et ceux qui espèrent que ce parti nationaliste radical, placé sous les feux des projecteurs, montrera rapidement et publiquement ses limites, ainsi que son vrai visage.

Les autres interlocuteurs sur le plateau de «Question Time» seront-ils à la hauteur de Nick Griffin, politicien connu pour son langage fort, «obscène», son discours rusé, et variant en fonction de son auditoire, et ses prises de position sur les sujets les plus chauds ? Des dérives sont à craindre, d’autant que le BNP, par son site Internet interposé, n’a d’ores et déjà pas hésité à attaquer les autres invités... «non-blancs» qui seront sur le plateau ce jeudi.

Le ministre de la Justice a tenté d’interdire l’émission, invoquant le fait que le BNP avait actuellement des soucis avec la justice pour son non-respect de la législation en matière de discrimination raciale. La tentative d'interdiction a échoué.

 


Nick Griffin et Jean-Marie Le Pen en 2004, entourés de leurs «gros-bras». Le Front national lepéniste a été un des modèles du British national party.


Manque d’attractivité ?
Récemment le BNP a été condamné par la justice anglaise à modifier ses statuts internes. Ceux-ci interdisaient à des «non-Caucasiens indigènes» (sic) de s’affilier au parti. Le BNP s’est plié à la décision de justice, mais pour annoncer dans la foulée qu’il n’inscrirait plus de nouveaux membres…

Ce jeudi soir nous dira si la décision de la BBC d’exposer le parti d'extrême droite à la lumière du jour, révèlera son manque d’attractivité, face à une audience démocratique mûre et surtout face à des interlocuteurs capables de tenir tête à son président de parti.

Chris Verboom

 

 


Depuis son élection au Parlement européen, en juin dernier, Nick Griffin lors de sa présence à Bruxelles renforce ses liens avec l'extrême droite belge. En octobre dernier, il était annoncé comme l'invité du NSV, l'association des étudiants d'extrême droite sous le contrôle du Vlaams Belang – Doc. Archives BAF.


© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 21 octobre 2009.

 

 


Nick Griffin, le président du British national party (BNP), sera ce jeudi 22 octobre à la BBC. Une première au Royaume-Uni.


Sur l'extrême droite anglaise,
lire sur RésistanceS.be

Portrait du British national party

Purges et scission au British national party...

Les amis belges de Nick Griffin

 



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI