RésistanceS 17-02-2009

Dans l'histoire de l'«Orchestre noir»


«Le Cri du Citoyen», un journal de et pour l'extrême droite


Il a été diffusé dans les années 1980 et 1990. Opuscule contre la «particartie», «Le Cri du Citoyen» s'était mis au service de la droite radicale la plus extrémiste, de l'ex-Parti libéral chrétien au Front national belge. Et servait aussi de tribune médiatique à plusieurs publications et organisations néonazies, négationnistes et antisémites. Evocation.


Quelques couvertures des années 1980 du «Cri du Citoyen», un média amateur qui deviendra un organe de formation idéologique pour l'ultra droite rêvant toujours à l'Ordre nouveau. – Doc. : RésistanceS.be


La presse francophone d’extrême droite a toujours été confidentielle, à l'exception du «Nouvel Europe magazine», aujourd'hui disparu. Néanmoins, cette presse est «riche» de nombreux titres. La plupart des groupuscules et partis de la droite nationaliste, néofascistes, néonazis, poujadistes se sont toujours dotés d'un organe de presse pour diffuser les discours et théories idéologiques dont ils étaient les adeptes.

«Le Cri du Citoyen» est apparu sous le nom de «L'Echo de Colfontaine», au milieu des années 1980. Il était alors édité dans cette commune voisine de la ville de Mons. Par la suite, sa rédaction s'installa à Bruxelles. «Le Cri du Citoyen» est alors proche du Parti pour la liberté du Citoyen (PLC) de Luc Eyckerman. C'est sous le nom de Parti libéral chrétien que ce PLC avait vu le jour en 1982 sous les auspices d'anciens responsables du Cepic, l'aile d'ultradroite de feu le Parti social-chrétien (PSC). Le PLC et «Le Cri du Citoyen» représentent alors le courant «national-catholique» de ladite «droite nationale», le vocable utilisé de façon «politiquement correcte» à l'époque par l'extrême droite. Le directeur du «Cri du Citoyen» est un dénommé Francesco Catania. Immigré de Sicile en terres belges, il travaille pour l'entreprise pharmaceutique bruxelloise de Luc Eykerman et multiplie les contacts au sein de la mouvance extrémiste de droite, que ce soit parmi la population belge ou chez les immigrés italiens. Francesco Catania est un nostalgique de l'Italie fasciste.


Adepte des «thèses complotistes»
Fruit d’un travail d’amateurs, avec une mise en page très sommaire, «Le Cri du Citoyen» sort chaque mois. Il est essentiellement diffusé par abonnement. Et s'attaque systématiquement à la corruption et aux affaires politico-judiciaires éclaboussant la classe politique. «La corruption est une industrie florissante en Belgique» est-il écrit en couverture de son n°30, daté de novembre-décembre 1988. Dans le même numéro, regrettant que les formations politiques n'aient pas de doctrine pour les guider ou que, lorsque c'est le cas, ces doctrines soient «exécrables» (sic), Christophe Buffin, l'un de ses rédacteurs habituels, propose l'adoption du «solidarisme». Une doctrine qui veut «l'ordre, la justice et la solidarité entre les Belges». Christophe Buffin omet cependant de dire à ses lecteurs que le père-fondateur du solidarisme se nomme Joris Van Severen, leader du mouvement national-fasciste flamand puis belgicain dans les années 1930 (1).

«Le Cri du Citoyen» est aussi adepte des «thèses complotistes» qui sont très populaires dans ce milieu politique. En couverture de son n°31 de janvier 1989, on peut lire : «Avec l'avortement, la drogue est l'un des moyens qu'emploient les ennemis de notre civilisation pour nous faire périr». Un des maîtres en matière de dénonciation des «complots contre l'Europe chrétienne» s'appelle Henry Coston. Ce théoricien français spécialiste de l'antisémitisme détourné deviendra tout naturellement une des références idéologiques du «Cri du Citoyen». Le journal mettra aussi en exergue des phrases de Gaston-Armand Amaudruz, le vieux leader des néonazis et négationnistes suisses, ex-chef du Nouvel Ordre Européen, un réseau mis en place avec le soutien d'anciens militaires allemands nazis et de Léon Degrelle en personne.

 


Couvertures des années 1990 d'un «Cri du Citoyen» au service du Front national de Daniel Féret – Doc. : RésistanceS.be


Dans un article publié en novembre 1994, c'est «la collision entre la Haute finance apatride et la maçonnerie» qui est dénoncée. Le même papier mentionne même que : «Les régime de Salazar, de Franco, de Mussolini ont donné la preuve que l'Etat nationaliste pouvait exister et apporter l'indépendance, la paix et le développement à leur pays pendant des décennies. La Révolution du Maréchal Pétain avait aussi posé les bases de cet Etat Nouveau». Ces régimes d'Ordre nouveau auraient été, selon l'auteur de l'article, les victimes des «mondialistes», artisans de l'épuration à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, parce qu'ils «mettaient en danger leurs intérêts ploutocratiques et la réussite de leurs plans mondialistes». L'une des pages-affiches du «Cri du Citoyen», proposée en 1994 à ses lecteurs, scandait : «Ne croyez pas les montages et trucages des télévisions aux mains d'une idéologie et d'un personnel marxistes».

Pour remplir ses pages, des articles publiés dans d'autres journaux d'ultradroite, voire néonazis, sont republiés dans «Le Cri du Citoyen». Ils proviennent de «Lectures françaises» (journal fondé par l'antisémite Henry Coston, déjà cité plus haut), de «Lecture et Tradition» (une revue proposée, comme le précédent titre, par la Diffusion de la pensée française, d'obédience national-catholique intégriste et fasciste), de «Jeune Nation» (du mouvement antisémite l'Oeuvre française), du «Choc du Mois», de «Minute», de «National Hebdo» (proche du Front national français), de «Réfléchir & Agir» (un périodique racialiste)... Les dessins et caricatures qui sont publiés dans «Le Cri du Citoyen» proviennent d'auteurs d'extrême droite bien connus : Chard, Konk, Korbo...Des encarts promotionnels inviteront les lecteurs du «Cri du Citoyen» à lire aussi «Lectures françaises», «Présent» et «Rivarol», des périodiques français de la droite nationaliste catholique, ainsi qu'«Altaïr», un opuscule édité en Belgique proposant notamment des poèmes à la gloire du nazisme et de ses collaborateurs français et belges. En 1997, le journal belge dirigé par l'immigré italien Catania fera la promotion de la librairie Polémique. Cette «librairie nationaliste» (sic), selon la promotion parue dans «Le Cri du Citoyen» venait alors d'être fondée par Alain Escada, un ami de combat de Christophe Buffin. De nos jours, ils collaborent toujours ensemble dans le cadre des activités de Belgique & Chrétienté, l'association présidée par Escada.

 



Publicité pour la «presse nationaliste», dont «Le Cri du Citoyen» fait partie, parue en 1998 dans «Le National», le mensuel du Front national de Daniel Féret – Doc. : RésistanceS.be


Catania et Buffin montent au Front...
Des articles inédits de Robert Steuckers, le «pape belge» de la Nouvelle Droite (courant intellectuel et stratégique de la droite pure et dure), sont proposés aux abonnés du «Cri du Citoyen». C'est également le cas des «billets» de l'abbé Daniel Goens, un religieux national-catholique, ou de Pascal De Roubaix. Ex-député UDRT, un parti poujadiste d'ultradroite des années 1970, ce dernier animera dans le journal de Catania, en 1998, une «tribune libre». En 2009, De Roubaix participera à la création de LiDé (Libéral démocrate), le parti de Rudy Aernoudt ().

Se revendiquant comme un organe de nature politique, «Le Cri du Citoyen» a ouvert ses colonnes et apportera son soutien à plusieurs initiatives politiques, toujours marquées à la droite de la droite. En avril 1989, Christophe Buffin prend la défense de Belgique-Europe-België (BEB), un cartel électoral qui regroupe plusieurs mouvements et cercles patriotiques, nationalistes, monarchistes... Mais à la même époque, l'équipe du «Cri du Citoyen» fréquente également d'autres groupements. En avril 1989, Buffin et Catania sont présents au meeting commun du Bloc Belge (BB) et du Nationaal front Vlaanderen (NF), qui a lieu près de la gare du Nord de Bruxelles. Le BB est une dissidence néonazie du Front national de Daniel Féret, le NF est animé par les radicaux de l'ex-Vlaamse militanten orde (VMO), l'organisation néonazie historique du mouvement nationaliste flamand. Finalement, après les élections régionales de la même année, l'équipe du journal rejoindra le FN belge.

Suite à cela, Christophe Buffin devient le responsable de deux commissions internes - «Réforme de l'Etat» et «Enseignement, culture et sports» - du parti d'extrême droite. Il est également membre de la «rédaction générale» du mensuel «Le National», l'organe de presse frontiste. Au FN se retrouve aussi Luc Eyckerman, qui y adhère avec le reste des maigres troupes de son PLC. «Le Cri du Citoyen» se met à ce moment précis au service de l'entreprise politique dirigée par Daniel Féret. En juin 1994, Francesco Catania sera l'un des candidats du FN aux élections européennes. Son périodique annonce encore les «Grands Diners-Débats» du CNF, le Cercle national des Français-Résidents à l'étranger, une structure internationale du FN français de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier reste le modèle politique du «Cri du Citoyen».


Sur cette photo prise à la première fête du Front national belge, en 1989, se trouve au premier plan Bruno Gollnisch, le numéro deux du FN français, avec l'ancien garde de corps de Jean-Marie Le Pen. A l'arrière plan : Francesco Catania et Christophe Buffin, du journal «Le Cri du Citoyen». Christophe Buffin sera, en 1999, le numéro deux de l'Alliance, le rassemblement politique fondé par Pascal De Roubaix, le futur premier coordinateur bruxellois du parti Libéral démocrate (LiDé) © Photo : Alexandre Vick / RésistanceS.be


Maillon pour l'Ordre nouveau
Des liens existeront également entre «Le Cri du Citoyen» et la Ligue chrétienne belge (LCB), un groupuscule national-catholique qui s'intégrera en 1996 au Front nouveau de Belgique (FNB), de la dissidente frontiste Marguerite Bastien ( ). Francesca Catania accèdera à la direction de la LCB et «Le Cri du Citoyen» invitera ses lecteurs à lire «Forum», sa revue bimestrielle.

En 1996, le mensuel de Catania, qui se décrivait alors comme «la revue d'opposition nationale» scelle une alliance avec «Dossier», la «revue d'information et de formation identitaire», que vient de créer son ami Patrick Sessler, un ancien du Parti des forces nouvelles (groupuscule néonazi actif de 1983 à 1991) et ex-secrétaire général du Front national de Féret. Avec «Dossier», «Le Cri du Citoyen» initie une campagne «Nos pauvres d'abord ! Pas un franc pour 11.11.11». En conflit avec le FN, surtout avec son président, Francesco Catania lance à ce moment-là l'Alliance Nationale (AN), un embryon de parti politique qui ne verra finalement jamais le jour. En juin 1999, à l'occasion des élections régionales et européennes, «Le Cri du Citoyen» retournera soutenir le Front national de Daniel Féret, malgré les querelles du passé. Le journal de Catania deviendra même l'un des trois partenaires officiels du FN, avec la revue «Altaïr» et «Polémique-Info» d'Alain Escada. L'édition du «Cri du Citoyen» cessera peu de temps après, lorsque Francesca Catania sera engagé au Parlement européen par l'Alliance nationale, le parti d'ultradroite italien.

«Le Cri du Citoyen» aura été durant près de 15 ans un maillon important de l'extrême droite belge francophone, dans l'ombre de la grande presse. Un lieu de rencontre et de formation idéologique de et pour l'ensemble de cette frange de la droite qui rêve toujours à l'Ordre nouveau.

Manuel Abramowicz

(1) Joris Van Severen : député frontiste de 1921 à 1929, il fut séduit par la pensée de Charles Maurras et de Benito Mussolini. Face au VNV de Staf De Clercq, Van Severen fut «Leider» de l’autre organisation fasciste flamande des années 1930, le Verbond der dietsche nationaal-solidaristen (Verdinaso). Le projet solidariste du Verdinaso était la constitution d’un Etat thiois, c’est-à-dire regroupant tous les néerlandophones de Lille à Groningue. Il rassemblait 15.000 participants à ses festivités et pouvait aligner 5000 «Chemises vertes» au sein du Dinaso militanten orde (DMO), son service d'ordre paramilitaire. Vers 1939, Van Severen se rallia à l’État belge, pour lequel il préconisait une monarchie renforcée au-dessus des partis, une organisation corporative et la neutralité. Arrêté le 10 mai 1940 par les autorités belges, il fut tué à Abbeville par des militaires français. Sous l’occupation, une grande partie du Verdinaso se rallia au parti unique de Staf De Clerq (extrait de l'article de Michel Majoros «Rues sans complexe», in «RésistanceS» - version magazine papier – n°6, printemps 1999, pp. 7-8).


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 17 février 2009.


 


«Le Cri du Citoyen», opuscule néofasciste des années 1980-1990 est revenu à la Une de l'actualité en février 2009 à cause d'un ancien de ses collaborateurs, Pascal De Roubaix, l'actuel coordinateur bruxellois du parti Libéral démocrate (LiDé) de Rudy Aernoudt © Image RTBF.


Sur le même sujet et toujours sur RésistanceS.be :


Pascal De Roubaix (tout) contre l'extrême droite ?

LiDé d'Aernoudt est-il lié à l'extrême droite ?

• «Le Cri du Citoyen», un journal de et pour l'extrême droite


Consultez les derniers dossiers, enquêtes et articles de RésistanceS.be (service gratuit)

RésistanceS.be et Paris Match ont retrouvé Vincent Reynouard !
Les intégristes de retour au Vatican
Retour vers l’Histoire
La résistance oubliée
Le racisme anti-Juifs est-il de retour ?
Pouvoir mettre les points sur les «i»
Nouvelles magouilles à l'ultradroite


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI


Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008