RésistanceS 18-07-2008

Enquête de RésistanceS


Le Vlaams Belang cultive ses racines nazies ?


Une mandataire du parti d'extrême droite flamand a logé chez elle un ex-leader raciste du KKK. Le néonazi et antisémite américain David Duke était présent en Belgique pour participer à un meeting nationaliste international. Cette «anecdote» confirme que le Vlaams Belang n'est pas un parti comme les autres : il cultive toujours ses racines nazies. Comme d'autres mouvements d'extrême droite.



Affiches du premier (décembre 2006) et du second (juin 2008) meeting international d'Eurorus. Avec en «invité américaine» : le leader d'extrême droite antisémite David Duke.


Présent en Région flamande pour un meeting nationaliste, à la fin du mois passé, l’Américain David Duke a été logé au domicile de Karin Milik et Thierry De Rijcke, respectivement conseillère communale du Vlaams Belang de Sint-Niklaas et bodyguard de Filip Dewinter, le numéro deux du parti. Dans les années 1970, David Duke a été le leader d'une des branches les plus radicales du Ku Klux Klan (KKK), la sinistre organisation raciste implantée aux Etats-Unis depuis le XIXe siècle.

Cet américain est aujourd'hui encore considéré, dans les milieux néonazis internationaux, comme le principal propagandiste de théories racistes. David Duke est notamment l’auteur du pamphlet conspirationniste «The Jewish Supremacism». Dans ce livre, il affirme que les Juifs dirigent la politique des Etats-Unis et que le Mossad, le service secret civil israélien, est impliqué dans les attentats du 11 Septembre. Il soutient par ailleurs le négationnisme, cette croyance quasi religieuse visant à nier, à des fins politiques, les crimes nazis en général, le génocide des Juifs commis durant la Seconde Guerre mondiale par la dictature hitlérienne en particulier. En 2006, David Duke participa par exemple à la conférence internationale négationniste à Téhéran, organisée par la fraction radicale du régime iranien (voir notre article ).

Pour l’hebdomadaire d’extrême droite français « Rivarol » : « Aujourd’hui Duke déplace les lignes de son combat. Il y met au centre la lutte contre l’hégémonisme juif qu’il accuse, ''depuis les années 1900, de n’avoir travaillé qu’à la destruction démographique de l’Amérique blanche qui fait des Euro-Américains une minorité'' » (1). De nos jours, David Duke est à la tête d'une nébuleuse politique néonazie, ayant aussi des contacts en Belgique.


En juin dernier en Flandre, David Duke (à droite) et Robert Steuckers, leader idéologique de l'extrême droite flamande et belge francophone. Il sert aussi de référence politique au groupuscule Nation.


Du VB au FN…
Président de l’European American Unity and Rights Organization, son déplacement récent en Belgique avait pour raison sa participation au deuxième meeting international d'extrême droite, organisée par une petite et confidentielle association flamande du nom d'Eurorus, à Dendermonde, les 27 et 28 juin dernier. Ce rassemblement n'attira qu'une fraction de nostalgiques de l'Ordre nouveau. Parmi les Belges, on comptait des membres et des proches de mouvements d’extrême droite, tant francophones que néerlandophones. En décembre 2006, David Duke avait déjà été l'invité du premier meeting international d'Eurorus (lire notre article sur ce dernier l).

L'association Eurorus organise des contacts entre les mouvements nationalistes russes, européens et américains. Elle est exclusivement en relation avec les partisans de la Grande Russie impériale, singularisés souvent par leurs discours racistes et la défense de la «race blanche».

Son dirigeant est Kris Roman. En 1994, il avait quitté le Vlaams Blok/Belang parce qu’il le trouvait trop peu radical contre les immigrés. La direction du VB affirmera, elle, qu'il avait été exclu pour antisémitisme et négationnisme. Lié au groupe néonazi francophone l'Assaut (issu du VMO-Bruxelles), Kris Roman rejoindra alors le Front national (FN) de Daniel Féret. Exclu du FN pour les mêmes motifs que ceux évoqués par le VB, ce pur et dur de la cause nationaliste européenne, avec Hervé Van Laethem, le chef de l'Assaut, adhèrera au Front nouveau de Belgique (FNB), de la députée dissidente frontiste Marguerite Bastien.


Compte-rendu sur le site officiel de David Duke du meeting en Flandre d'Eurorus.


Lié à des cadres du Vlaams Belang
Après de longs séjours en Russie, Kris Roman s'est réactivé politiquement depuis quelques années. Son association Eurorus, apparue en 2003, est liée à diverses organisations néofascistes flamandes, mais aussi à des cadres du Vlaams Belang, tel que le Bruxellois Roland Pirard, ex-secrétaire général du FN passé au VB avec armes et bagages en 1993 et auteur d'un livre favorable à Adolf Hitler ().

Lors du meeting d’Eurorus, fin juin, d’autres proches du Vlaams Belang s’y trouvaient. C’est le cas de Robert Steuckers. Militant tout à la fois à l’extrême droite francophone et flamande depuis la fin des années 1970, cet intellectuel bruxellois «identitaire» fut lié au Front nationaliste populaire (tentative avortée de recréation d’un parti rexiste en Belgique), au Parti des forces nouvelles (néonazi), au front wallon AGIR, au groupe d’action nationaliste flamand Voorpost, à l’association d’étudiants flamands d’extrême droite NSV et au mouvement Nation. Robert Steuckers compte toujours de nos jours de nombreux soutiens au VB.

Egalement remarqué lors du dernier rassemblement d'Eurorus, un certain Gunther Van den Eynde. Cet adepte des tenues paramilitaires noires et de la croix celtique, un symbole également affectionné par les néonazis, figurait aux élections communales de 2006 sur la liste déposée dans la commune de Hamme par le Vlaams Belang. Georges Hupin, l'ancien leader belge du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (Grece) dans les années 1980, actuel responsable de la «bannière wallonne» de l'association racialiste Terre & Peuple et ami personnel de divers dirigeants du Vlaams Belang, était également présent à Dendermonde les 27 et 28 juin derniers.

David Duke a encore d'autres contacts en Belgique, plus structurels. En effet, il est étroitement lié sur Internet au portail international néonazi et négationniste Altermedia. L’antenne flamande de ce dernier est animée par des militants ultras de l’Ordre nouveau nazi. Le premier responsable de son antenne «belge francophone» était l'un des dirigeants du mouvement Nation. Ce qui prouve que ce groupuscule identitaire est lié aux néonazis. Altermedia-Belgique sert de plate-forme de propagande tant à Nation qu'à Belgique & Chrétienté, son association partenaire national-catholique intégriste.


David Duke et Eurorus de Kris Roman sont liés à Altermedia. Ce site Internet sert de plate-forme pour diffuser de la propagande antisémite, néonazie, négationniste et également celles de Belgique & Chrétienté, un groupuscule intégriste bien connu des lecteurs de RésistanceS – Document : RésistanceS – Obed 2008.


Forme cosmétique, fond identique
La présence de David Duke en Belgique et ses liens locaux, via Eurorus, le Vlaams Belang et Altermedia, démontrent que l'extrême droite belge reste liée aux pires néonazis de la planète, même quand ils portent des costumes-cravates BCBG. L'hébergement de l'ancien leader du KKK chez des cadres du Vlaams Belang, révèle que ce parti cultive toujours ses racines nazies. Néanmoins, pour faire bonne figure et par opportunisme, la direction du VB s’est montrée ennuyée par les révélations faites par des médias flamands sur le «gîte» qui fut offert à ce néonazi et antisémite américain par l’une de ses conseillères communales.

Les déclarations embarrassée du Vlaams Belang pour montrer qu'il était préoccupé de cet hébergement particulier ne sont que cosmétiques. Comme l'avait été la démission de Roeland Raes, le vice-président du VB pendant plus de 20 ans, suite à ses propos favorables au négationnisme (voir l'article de RésistanceS à ce sujet ). Si la forme se modifie, le fond reste toujours le même au VB et sa mouvance.

Johan Gulbenkian

(1) «Le retour en force de David Duke», article in « Rivarol » n° 2671 du 28 mai 2004


© RésistanceS, web-journal de l'Obed – www.resistances.be – info@resistances.be – le 18 juillet 2008.


 



David Duke, auteur notamment du livre antisémite «The Jewish Supremacism», était l'invité en juin dernier de proches du Vlaams Belang... qui pourtant affirme combattre l'antisémitisme !


Sur ce même thème, lire sur RésistanceS.be


Eurorus, une association d'Indo-européens blancs pour la « Grande Europe »

Un Vlaams Belang biographe relativiste d'Adolf Hitler

Le Vlaams Belang en voie d'implosion ?

Conflits au Vlaams Blok/Belang (dossier)

Le VMO, toujours un exemple pour le Vlaams Belang

VB-NSV, des liens pour un Ordre nouveau

Were Di-Vlaams Blok, même combat ! (dossier)

Antisémitisme : Le naturel du Blok/Belang revient au galop

Staf De Clercq : un collabo nazi de référence pour le Vlaams Blok

L’Extrême droite est-elle nazie ?

« Néonazi » : un terme légal aux yeux de la Justice



Consultez les derniers dossiers et enquêtes de RésistanceS (service gratuit)
L'escroquerie pseudo rebelle: L'extrême droite manipule « sa » jeunesse

Belgique & Chrétienté : une association illégale ?

Les libéraux schaerbeekois liés à l'extrême droite turque ?

Création d'un mouvement politico-ethno-identitaire panafricain à Bruxelles

Actions devant les tribunaux contre l'extrême droite

Direction la prison pour le président du FN

Mai 68 : l'inhibition de l'extrême droite


L'extrême droite en Flandre ?

Vous souhaitez plus d'informations sur le Vlaams Belang et les organisations d'extrême droite flamandes, consultez alors nos articles en français sur notre site, mais également le blog de l'Antifascistische front (AFF), notre partenaire flamand et animé par le responsable de notre rédaction en Région flamande, Wim Haelsterman.



Comité de soutien de RésistanceS




Pour bénéficier de nos services: que faire?

Soutenez vous aussi RésistanceS...

Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.


Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « 18-07-2008 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !

Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI

 

Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite
© asbl RésistanceS 2008