RésistanceS.be 24-01-2012

Enième propos à l’« emporte-pièce » d’un député MR


L’insécurité à Bruxelles des « Norvégiens » dénoncée par Destexhe


Auteur d’un commentaire diffusé sur Internet et jugé comme raciste par une responsable du MR, le député libéral Alain Destexhe se retrouve une nouvelle fois au-devant de l’actualité. Ses « excès de langage » commencent à agacer plusieurs de ses amis politiques.

 



Le message anti-« Norvégiens » de Destexhe « capturé » sur l’écran d’un mur Facebook par un journaliste vigilant  © Facebook


Comme la presse quotidienne l’annonce ce mardi 24 janvier (La Capitale et Le Soir), le libéral Alain Destexhe (MR) s’est rendu responsable ce week-end d’un « dérapage » sur Facebook. Une bévue qu’avait déjà révélé ce dimanche le journaliste Marc Metdepenningen sur le même réseau social. Commentant le saccage d’une station de pré-métro à Saint-Gilles (par jet de peinture), le député bruxellois posta sur le mur de sa collègue MR Marion Lemesre, le commentaire suivant : « Marion, tes amis norvégiens ont encore frappé ».

Se rendant compte sans doute du caractère sulfureux de son texte, Destexhe le fit disparaître ensuite. Manque de pot, une capture d’écran de son méfait avait été réalisé préventivement, sera diffusée largement sur Internet et donnera lieu à l’ouverture d’une polémique.


« Propos racistes » pour une MR
Suite aux révélations de ses propos à propos des énigmatiques « Norvégiens » bruxellois, le Mouvement réformateur s’est désolidarisé de Destexhe. Pour illustrer ce retournement de situation, le quotidien La Capitale a recueilli les commentaires de plusieurs responsables du MR sur l’énième sortie provocatrice d’Alain Destexhe.

Quelques extraits (1) : « Je suis agacée par ces phrases à l’emporte-pièce qui n’apportent rien au débat politique » (Françoise Schepmans, échevine à Molenbeek), « (Charles Michel) a qualifié ces propos de ‘’ridicules et néfastes’’ » (la même, suite à une entrevue à ce sujet avec le président du MR), « Ecrire sur des réseaux sociaux équivaut à donner une interview à un journaliste. De par notre statut de personnage public, nous devons nous limiter. C’est contraignant, mais c’est comme ça (…). Les excès de langage (…) ne sont pas, pour moi, la bonne manière de faire de la politique » (Françoise Bertiaux, présidente du MRLB, le Mouvement réformateur des libéraux bruxellois), « Je condamne ce qu’Alain Destexhe a publié sur (Facebook), car les propos racistes ne peuvent pas être acceptés » (Dominique Dufourny, meneuse du MR dans la commune d’Ixelles où Alain Destexhe devrait bientôt … immigrer).


« Private joke », vraiment ?
En guise de défense, le spécialiste bruxellois en « délits norvégiens » parlera d’une « boutade ». A ce sujet, Alain Destexhe a déclaré au journal La Capitale qu’il s’agissait en réalité d’une « private joke envers une amie. Et puis, si j’ai envie de penser que ce sont des Norvégiens qui ont fait le coup, cela me regarde » (2). Une affirmation gratuite faite par le parlementaire MR sans pour autant connaitre l’exacte identité nationale des auteurs des incivilités commises dans la station de la STIB. Il pourrait s’agir dès lors d’une stigmatisation discriminatoire des citoyens norvégiens vivant dans notre pays…

Dans un communiqué de presse, Destexhe a néanmoins exprimé sa désolation. « Je suis avant tout désolé si mes propos ont pu blesser certaines personnes », reconnaît-il, tout en poursuivant qu’il « déplore d’ailleurs l’interprétation totalement erronée que certains médias ont pu faire de ceux-ci ». Il ira enfin jusqu’à « regrette(r) également que ces quelques mots postés sur le mur Facebook d'une tierce personne (une collègue) prennent plus d'ampleur que le saccage d'une station de métro au coeur de la capitale de l'Europe, empêchant ainsi tout débat serein sur l'insécurité ambiante à Bruxelles. Une insécurité de plus en plus insupportable pour les Bruxellois, quelle que soit leur origine culturelle ou leur situation sociale ».

Force est cependant de constater que l’utilisation d’antiphrases pour dénommer, par exemple les jeunes issus de l’immigration, est une habitude dans un certain « milieu » politique. Le parlementaire tonitruant MR  ne peut l’ignorer. En France, l’ex-ministre de l’Intérieur, le très sarko-populiste Brice Hortefeux, s’est lui aussi rendu responsable d’une telle « boutade » en parlant, lors d’une université d’été de l’UMP, en 2009, des « Auvergnats » à la place des « Arabes » (). Dans l’extrême droite raciste, l’usage d’un tel procédé hypocrite et lâche est une habitude… 

 



Dans le quotidien La Capitale, de ce 24 janvier, plusieurs responsables du MR ont, avec courage et détermination, condamné les propos de leur collègue si souvent excessif © La Capitale (groupe Sud Presse).

 


Immigration, Islam et Insécurité !
Pris au piège de ses « phrases à l’emporte-pièce », Destexhe joue désormais à la victime. L’homme politique bruxellois est pourtant coutumier en déclarations fracassantes tournant quasi toujours autour des mêmes sujets, résumés par les triples « i » : Immigration, Islam et Insécurité ! Le « communautarisme » est un thème de prédilection pour ce politicien, un vrai fonds de commerce. En 2009, il signait un petit livre au titre bien évocateur  : « Lettre ouverte aux progressistes qui fricotent avec l’islam réac ». Coécrit avec l’intellectuel néoconservateur belge Claude Demelenne (collaborateur depuis du journal spécialiste en potins et délations anonymes Père Ubu-Pan), ce pamphlet aux accents populistes était bourré d’approximations, de généralisations et de stéréotypes à l’égard des communautés maghrébo-musulmanes présentes dans notre pays. Dans ce livre, ils étaient, en matière de récupération politique des voix musulmanes, tous coupables (le PS, le CDH et Ecolo), sauf un (le MR).

Plus tard, les mêmes Destexhe et Demelenne diffuseront un communiqué de presse vindicatif pour dénoncer un soi-disant soutien à un « anti-juif » apporté par le président de l’ASBL RésistanceS (éditrice du web-journal RésistanceS.be ). Ignoré par l’ensemble des médias, seuls un obscur individu d’extrême droite et le Front national l’avaient repris dans leurs médias. Ce communiqué fut cosigné par deux autres MR : la député bruxelloise Viviane Teitelbaum et l’inconnue Tatiana Hachimi. Cette dernière figurait néanmoins en dixième place effective sur la liste du Mouvement réformateur déposée pour le Sénat aux élections de 2010. Hachimi entretient aussi une relation fraternelle sur un réseau social, en toute connaissance de cause, avec un membre de la direction du Front national et un admirateur libéral de l’humoriste antisémite Dieudonné…


Démission
En décembre dernier, Alain Destexhe, avec sa « compagne de route » Viviane Teitelbaum, exigeait, suite à des révélations sur des propos jugés « antisémites » tenus par une travailleuse du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, lors d’une formation de policiers, la démission de son directeur adjoint, Edouard Delruelle (étiqueté PS). Gageons maintenant que Teitelbaum condamne à son tour le dernier « dérapage » de son colistier libéral. Voire même qu’elle demande sa démission.

Pour l’heure, l’identité nationale des auteurs « norvégiens » de la détérioration de la station de pré-métro bruxellois reste toujours inconnue…

Manuel ABRAMOWICZ

Notes :

  • « Le MR se désolidarise d’Alain Destexhe », article de La Capitale, Bruxelles, 24 janvier 2012, p. 4
  • « Réaction d’Alain Destexhe : il déplore l’ampleur de la polémique », article de La Capitale, Bruxelles, 24 janvier 2012, p. 4

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 24 janvier 2012.

 

 




Le député libérale a fait, ce 24 janvier, la Une du quotidien populaire bruxellois La Capitale suite à sa dernière provocation © La Capitale (groupe Sud Presse).




Sur Alain Destexhe, lire sur RésistanceS.be

 

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011