[HOME] [INFOS]

 

Dans les coulisses de l’extrême droite flamande

Du rififi
au Vlaams Blok !

 

Le parti nationaliste d’extrême droite flamand, le Vlaams Blok, une grande famille unie dans un même combat pour la défense des intérêts du peuple flamand ? C’est oublier les dissensions internes qui lézardent régulièrement la « belle harmonie » de façade.

Philip Dewinter continue de purger, à la façon stalinienne, tous ceux qui se mettent sur son chemin pour lui contester son pouvoir. Même le n° 3 de la formation néofasciste est maintenant mis « sous tutelle ». En voici un nouvel exemple avec l’exclusion de Geert Van Cleemput, ci-devant coordinateur du service d’études du Vlaams Blok.

cleemput.jpg (9433 bytes)

Geert Van Cleemput

Assez logiquement dans un parti qui prône le retour à l’ordre, il ne fait pas bon critiquer la ligne politique du Vlaams Blok, ni encore moins son leader charismatique Philip Dewinter. C’est ce qu’a appris à ses dépens un cadre du parti et responsable de son service d’études, Geert Van Cleemput. Voici quelques semaines, ce dernier s’est vu limogé après qu’il ait maintenu ses critiques à l’égard du cap adopté par le parti nationaliste flamand.

Dewinter : un raciste par voie détournée
Le dénommé Van Cleemput exprima son scepticisme notamment quant aux déclarations de Dewinter selon lesquelles le Vlaams Blok amorcerait un virage vers le centre-droit, « invraisemblable » d’après lui. D’autant que Dewinter n’a, toujours selon Van Cleemput, pas tout à fait renoncé à son plan en 70 points, qui constitua, dès 1992, le programme anti-immigration du Vlaams Blok. Pour des raisons opportunistes, ce programme a dû être revu et corrigé dans le but d’esquiver les poursuites judiciaires pour violation de la loi antiraciste. Rappelons à ce sujet que l’ensemble de la classe politique flamande condamnera ce plan fin 1992 dans une résolution votée au Parlement flamand qui pointait les accointances de ce texte avec les lois raciales en vigueur sous l’apartheid en Afrique du Sud ou… sous la botte nazie ! Ce qui n’empêcha pas Dewinter de présenter une nouvelle version de son plan en 1996. Et de publier en 2000 un livre, « Baas eigen land », qui s’inscrit dans la même ligne, cependant par des voies détournées. L’idée-phare du livre : le sempiternel rêve d’une « Communauté homogène » comme socle commun de l’Etat flamand indépendant planifié par les fanatiques du Blok, soit une « race pure », un concept de sinistre mémoire.

Mais Van Cleemput reproche également au principal leader du Blok son omniprésence sur la scène politique et ses déclarations provocatrices. Le « rebelle blokker » juge ainsi que Dewinter est aujourd’hui « indigeste » aux yeux des politiciens du Nord du pays, et qu’il cause donc un préjudice à la cause nationaliste flamande dans son ensemble.

Le n° 3 du Blok en déclin ?
En 1999, Van Cleemput avait bénéficié du soutien de Gerolf Annemans, une autre grosse pointure du Blok. C ‘est lui qui recruta cette année-là Van Cleemput. Depuis lors et devant l’opposition de Dewinter, Annemans a retiré son soutien à Van Cleemput. Ce qui, sans doute, en dit long sur le déclin de l’influence d’Annemans au Blok. Celui-ci était jusqu’à présent considéré comme le n° 3 de la formation néofasciste, après Philip Dewinter et Franck Van Hecke, le président du VB.

La zizanie qui secoue une nouvelle fois le VB (d’autres mini-guérillas ont déjà opposé des notables du Blok précédemment), nous éclaire aussi sur la conception très particulière de la démocratie interne mise en œuvre par Dewinter. Comme par tant d’autres de ce côté-là de l’échiquier politique, où les combats de chefs, fréquents, débouchent régulièrement sur des limogeages, des purges selon le modèle stalinien et quelquefois sur des schismes. Lesquels divisent et affaiblissent une extrême droite dont le caractère de nuisance sociale n’est plus à démontrer, tant au Nord qu’au Sud du pays.

La « balkanisation » du Blok se poursuivra-t-elle ? Restons au balcon et attendons la suite du spectacle…

Nadia Geerts
avec Alexandre Vick

RésistanceS - Bruxelles - Novembre 2003

Sources :
- « Blok-kaderlid hekelt Dewinter » (article), in « De Standaard », du 4 novembre 2003.
- « Qui est réellement Philip Dewinter ? » (article), « RésistanceS », 17 mars 2001