RésistanceS.be 14-05-2012

Lors d'un débat sur le racisme


L'extrême droite s'invite à l'ULB


Victime d'un strict cordon sanitaire politique et médiatique, les partis, mouvements et personnalités d'extrême droite sont obligés d'user de subterfuges pour agir publiquement. Pour des raisons de sécurité, ils avancent alors le plus souvent «masqués». En mettant de côté leur identité. Il y a quelques jours, un responsable d'un mouvement «identitaire» prenait ainsi la parole à l'Université libre de Bruxelles.

 

 



Lors de ce débat à l'ULB, l'extrême droite s'est masquée le visage © SOS Racismes


Jeudi dernier, se déroulait à l'Université libre de Bruxelles (ULB) un débat sur le thème suivant : «Le racisme a-t-il changé de visage ?». Un rendez-vous initié par l'association SOS-Racismes (fondée récemment par des anciens du MRAX, le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie) avec le soutien de la section étudiante de l'ULB d'ATTAC (un des principaux mouvements altermondialistes).

Autour de la table se trouvaient la professeure d'Histoire Anne Morelli (ULB) et Souhail Chichah, chercheur à l'ULB et leader «indigène» qui suscita une déferlante médiatique en février dernier, après son intervention chahutée lors d'une conférence de la journaliste française et militante laïque Caroline Fourest, toujours à l'ULB,.

Devait également prendre part à ce débat Henri Goldman, rédacteur en chef de la revue Politique, ancien administrateur du MRAX et ex-coordinateur de département au Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme. Ce dernier décidera finalement de ne pas se rendre à l'ULB, sa participation à ce débat ayant suscité, quelques jours auparavant, des remous dans son entourage même. Henri Goldman fut remplacé au pied levé par Didier de Laveley, ancien directeur du MRAX et cofondateur de SOS Racismes.

Après les exposés des orateurs sur la question du racisme et de ses expressions actuelles dans la société, la parole fut donnée à la salle, dans laquelle se trouvait une centaine de personnes.


L'extrême droite (voilée) s'exprime à l'ULB
L'ex-sénateur Ecolo Josy Dubié, le polémiste Jean Bricmont (accusé  tout récemment par Dominique Vidal du Monde Diplomatique d'avoir préfacé un ouvrage raciste anti-juifs ), ainsi que d'autres personnes s'exprimèrent afin de donner leurs avis sur le thème de la soirée. Au cours d'une intervention claire et précise, Josy Dubié rappela son engagement athée, son opposition à toutes les religions qui, selon lui, divisent les peuples en clans adversaires et ennemis, son soutien au droit aux blasphèmes...

Juste après la courageuse et «politiquement incorrecte» prise de parole de l'ancien parlementaire vert, la parole fut donnée à un individu inconnu des organisateurs et des orateurs. Mais pas de RésistanceS.be.

En effet cet individu : Pascal Cornet, est le secrétaire national de Nation, un mouvement d'extrême droite identitaire, connu pour son orientation «national-solidariste» (). Accompagné notamment d'Eddy De Smedt, le responsable bruxellois de Nation, durant plusieurs minutes, Pascal Cornet pu donc s'exprimer à l'ULB sans obstacles, et diffuser - de manière sous-jacente - les «visions» de l'extrême droite sur le racisme, le cordon sanitaire, la liberté d'expression et les indigènes.

 



Pascal Cornet, responsable des identitaires de Nation, venu narguer un leader indigène, lors du débat à l'ULB sur le racisme / Image Yanislow - vidéo Youtube


Rendez-vous avorté
Il y a quelques semaines, le même mouvement Nation, en parallèle avec le Parti populaire (PP, droite nationale ultra libérale), avait annoncé l'organisation d'une contre-manifestation qui aurait dû faire face, le 19 avril dernier, à un rassemblement devant la RTBF (télévision publique belge francophone) suite à une de ses émissions, Question à la Une, considérée comme «islamophobe».

L'initiateur de cette protestation était Souhail Chichah, l'un des orateurs du débat de SOS Racismes à l'ULB. Suite à l'action annoncée de Nation et du PP pour la contrer, la manif anti-RTBF finit pas être interdite par les autorités communales. Démontrant ainsi que l'extrême droite sert indirectement, aujourd’hui encore (comme en Mai 68 et lors de mouvements sociaux), de «chiens de garde» et d'«auxiliaires répressifs» du système, qu'elle prétend pourtant combattre.

Après ce rendez-vous avorté, Nation avait écrit sur son site Internet (voir ci-dessous) à l'adresse de Souhail Chichah, à propos de leur différend, qu'il «(restait ) à sa disposition pour en débattre vraiment, où il veut et quand il veut, autour d’une table». Le 10 mai à l'ULB, comme le 19 avril devant les grilles de la RTBF, aucune confrontation n'eut vraiment lieu entre les identitaires et les indigènes du Royaume puisque que l'extrême droite se « voile » systématiquement la face pour intervenir publiquement. Par si téméraires que cela les nouveaux croisés de l'Occident chrétien. 

Simon HARYS




Sur son site Internet, le mouvement Nation s'est récemment ouvertement attaqué, en roulant des mécaniques, à Souhail Chichah, un indigène du Royaume dans sa ligne de mire / Doc. Archives RIDAF / RésistanceS.be

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 14 mai 2012.

 




L'affiche d'un débat qui attira aussi à l'Université libre de Bruxelles l'extrême droite © SOS Racismes



SUR LE RACISME
à lire également sur RésistanceS.be


  • etc. etc.

 



Comment expliquer les succès de Marine Le Pen et de son Front national ?
Un entretien de Manuel Abramowicz (RésistanceS.be) avec le journaliste français Jean-Baptiste Malet

 



Un Who's who essentiel proposé par RésistanceS.be pour comprendre la mutation actuelle de l'extrême droite en Europe

 


 

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook

 

 

 

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011