RésistanceS.be 06-10-2010

Contre l'islamisation de l'Europe, Juifs ultras sionistes et extrême droite française même combat !


Des alliances sulfureuses


Depuis les attentats du 11 septembre 2001, un débat traverse et divise une partie de l’extrême droite française : faut-il, dans la perspective d’un front commun contre l’islam, nouer des alliances avec la communauté juive ? Ce débat rencontre, en miroir, un écho au sein des franges les plus à droite de la communauté.

Par Daniel Bensoussan-Bursztein (Regards / CCLJ)

 


Affiches nationalistes et anti-islamistes du Front national français. Marine Le Pen est désormais soutenue par une fraction radicale, patriote française et ultras sioniste de la communauté juive – Doc. Archives RésistanceS.be


Au tournant des années 2000-2001, un essayiste issu des milieux nationaux-souverainistes, Alexandre Del Valle, est accueilli au sein de certaines associations juives pour des conférences sur l’islamisme. Dans la mouvance néo-fasciste, les plus formés idéologiquement hurlent à la manipulation qualifiant Del Valle d’«agent sioniste», tandis qu’au sein de la communauté juive, certains à gauche, s’inquiètent d’une possible instrumentalisation d’une communauté en proie à une vague de violences antisémites sans précédent depuis 1945. Des sites internet comme SOS Racailles, animés par des militants du Front national ou du Mouvement national républicain de Bruno Maigret, appellent à la guerre civile et tentent de séduire la communauté juive en l’appelant à rejoindre l’extrême droite.

Suivant cette logique implicite de rapprochement entre ennemis communs de l’«islamisation de l’Europe», Gilles-William Goldnadel, figure de proue de la droite sioniste en France (lire notre encadré, ci-dessous), défend gratuitement Anne Kling, compagne de route du mouvement Alsace d’abord, pour un tract jugé islamophobe. Responsable pour l’Alsace de Droit à la sécurité, association fondée en 1995 par le même Gilles-William Goldnadel suite aux attentats islamistes, Anne Kling se révèle, après avoir écrit une lettre ouverte appelant la communauté juive alsacienne à un rapprochement, une antisémite fanatique : auteur d’un ouvrage sur La France Licratisée, ses écrits sur la Toile font, entre autres, la promotion d’Hervé Lalin/Ryssen, publiciste antisémite qui associe judaïsme et inceste.


Juifs et nationalistes
Parallèlement, Guillaume Faye, idéologue d’extrême droite des années 80, se fait le théoricien d’un discours islamophobe radical, adapté à la nouvelle conjoncture internationale. Ses écrits, volontiers pamphlétaires et provocateurs, n’en contiennent pas moins nombre de similitudes avec ceux de Del Valle ou d’Oriana Fallacci. Il s’agit d’opposer un monde musulman, dans lequel sont confondus immigrés, Français d’origine immigrée et Etats étrangers, à l’Axe du «monde blanc» allant de la Russie aux Etats-Unis en passant par Israël. Ce projet d’union entre Juifs et nationalistes européens s’accompagne en toute logique chez Faye d’une volonté de débarrasser l’extrême droite de ses oripeaux d’antisémitisme. Ce credo constitue le cœur de son dernier essai La nouvelle question juive.

Pour avoir explicitement appelé à une alliance des mouvements d’extrême droite européens avec la communauté juive, soutenu l'État d’Israël en tant que représentant de «l’esprit européen» en Orient et surtout qualifié le négationnisme d’imposture, Faye est mis au ban de sa famille politique. De Robert Faurisson à Jürgen Graf, les réseaux négationnistes se déchaînent. Pour autant, Faye reçoit, plus discrètement il est vrai, le soutien de militants ou personnalités de la «famille nationale» qui, par conviction ou stratégie, militent pour l’émergence de mouvements nationaux-populistes «modernes». Carl Lang, à l’époque secrétaire général du Front national, lui apporte son appui. Cette volonté de «modernisation» du discours est ouvertement affichée par Marine Le Pen, fille du président et fondateur du Front national.


Marine Le Pen
Fin janvier 2006, la presse révèle l’assassinat d’Ilan Halimi, jeune Français juif séquestré et torturé trois semaines durant par des ravisseurs qui, s’imaginant les Juifs tous riches selon le cliché antisémite, attendaient le paiement d’une forte rançon. Dans la foulée, une manifestation est organisée. La majorité de la classe politique française est présente, dont une délégation du Front national composée de proches de Marine Le Pen. Ils sont accueillis et protégés par les militants de la Ligue de défense juive. Cette dernière est à l’origine une organisation juive américaine fondée par le rabbin extrémiste Mëir Kahana. Sa branche française est officiellement créée en 2000 dans le contexte de la seconde intifada. A sa tête, on trouve Mickaël Carlisle, militant depuis une trentaine d’années du Bétar, qu’il a quitté pour diriger l’organisation kahaniste. Suite, entre autres, à la présence de cadres du Front national lors de la marche en mémoire d’Ilan Halimi, une rencontre a lieu entre Marine Le Pen et Mickaël Carlisle. Ce dernier plaide auprès de la fille de Jean-Marie Le Pen pour un abandon de l’antisémitisme sur le modèle de ce que fit plusieurs années auparavant l’ancien leader néofasciste italien Gianfranco Fini en se rendant en Israël et en particulier au mémorial de Yad Vashem.

Pour autant, ce qui peut apparaître comme un début de rapprochement tourne court assez rapidement. Le samedi 11 novembre 2006 a lieu la traditionnelle «fête des Bleu Blanc Rouge» du Front national. Aucunement invité, Mickaël Carlisle y est présent, d’abord par habitude militante, ayant «suivi» les mouvements d’extrême droite durant des décennies, et sûrement aussi afin d’y «tâter» le terrain. Coup de théâtre : Dieudonné, humoriste spécialisé dans les saillies antisémites, est accueilli en fanfares, entouré par les gros bras du service d’ordre du Front national et une foule d’admirateurs. Se retrouvant nez à nez avec lui, le responsable de la Ligue de défense juive hurle à son adresse : «Antisémite ! Antisémite !», alors qu’un membre du service d’ordre du Front national prenant la défense de l’humoriste lui rétorque : «Retourne en Israël !». Confusion la plus totale. Mickaël Carlisle retrouve peu après, au milieu de la fête, Marine Le Pen à qui il fait part de son écœurement, ne cachant pas qu’il se réjouit de savoir que le voyage qu’elle projetait de faire en Israël a été annulé.


Eric Zemmour, journaliste, écrivain et patriote français issu de l'immigration juive algérienne, est désormais fortement apprécié - ou suscite de l'intérêt - dans la presse nationaliste d'extrême droite, comme en témoignent ces trois couvertures de journaux – Doc. Archives RésistanceS.be


Stratégie politique
Au-delà de ces démarches, restées néanmoins circonscrites et dont les derniers rapprochements entre Dieudonné et le Front national ont fini de montrer l’inanité, un certain nombre de questions d’ordre politique se posent. La plus essentielle concerne l’attitude à adopter face aux organisations qui, sans le condamner formellement (et la nuance mérite d’être soulignée), prônent par stratégie politique l’absence de tout discours antisémite. On se souvient du Bloc identitaire qui entama, sur le fondement de ce postulat, un dialogue public voici quelques années avec Maurice G. Dantec, auteur de polars et de science-fiction aux positions pro-israéliennes et néo-conservatrices affichées.

Si certains s’imaginent que les nouvelles formes d’antisémitisme doivent amener la communauté juive à adopter une position de neutralité ou de bienveillance vis-à-vis de tels mouvements d’extrême droite, on peut au contraire estimer que le credo d’une France ethniquement «blanche», au même titre que celui du refus de distinguer l’islam de l’islamisme, se révèlent à terme contraires aux intérêts politiques de la communauté juive.

Daniel Bensoussan-Bursztein

[Article publié une première fois, en septembre dernier, dans Regards, le mensuel du Centre communautaire laïc juif (CCLJ, Bruxelles). Republié, avec l'autorisation de Regards, sur le site RésistanceS.be, le 7 octobre 2010. Le sur-titre, les illustrations et les légendes ont été rajoutés par RésistanceS.be].

 

Portrait de l'homme passerelle

France-Israël : à droite toute !


Dans l'article ci-dessous, publié une première fois dans la revue Regards, en septembre de cette année, Daniel Bensoussan-Bursztein dénonce - avec preuves à l'appui - les liens entre l'ultras droite sioniste et l'extrême droite française, issues des rangs ... antisémites ! L'homme passerelle de cette alliance machiavélique, notamment avec le Front national de Jean-Marie et Marie Le Pen, est Gilles-William Goldnadel, avocat et membre de la direction du Conseil représentatif des institutions juives de France (M.AZ).

 



Paris, manifestation du GUD en 1986. Hier néonazi, disciple de Léon Degrelle et antisémite, le mouvement d'extrême droite français, aujourd'hui, tente de recruter des militants sionistes de droite © Photo : Reflexes/Samizdat

 

Fin janvier 2010, Gilles-William Goldnadel est élu «triomphalement» au comité directeur du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). Un des premiers dans la communauté juive à avoir rencontré Jean-Marie Le Pen et sa fille, cet avocat parisien ne cache pas ses sympathies pour une certaine «droite nationale». Pour preuve, la création d’une section jeunesse de l’association France-Israël par un ancien membre du Front national. A sa tête, il s’emploie à jeter des passerelles entre «patriotes français» et sionistes de droite. Benoît Fleury, ancien dirigeant du groupuscule néo-fasciste estudiantin Groupe Union Défense (GUD) à la Faculté parisienne d’Assas et antisémite notoire, a ainsi reçu le soutien de France-Israël Jeunes lors de la polémique sur sa nomination à l’université.

Plus récemment, il s’engage à la reconstitution du GUD, appelant au passage les militants sionistes de droite à le rejoindre. Le scénario se reproduit avec le projet de création d’une Ligue de défense française. Le site internet officieux de cette mouvance, «Le Lion ardent», qui apporte son soutien aux candidats du Front national en Ile-de-France, a fait la promotion de l’apéro «saucisson pinard» en juin 2010. Cet événement faussement folklorique est en fait une opération politique du Bloc identitaire visant à organiser une dégustation de viande de porc et d’alcool à la Goutte d’Or, cœur historique du quartier arabe de Paris.

Identifiés comme «sionistes» par les néo-nazis présents, les quelques sympathisants de France-Israël Jeunes seront accueillis aux cris de «voici les rats !» et quitteront précipitamment les lieux de peur d’un lynchage. Là encore, la même logique d’alliance contre-politique, effectuée sur la base de raccourcis idéologiques, conduisant à absoudre un antisémitisme d’extrême droite supposé «moins dangereux» que celui tout aussi réel des islamistes, aboutit à une impasse.

(D.B.-B.)

[Article publié une première fois dans Regards, le mensuel du Centre communautaire laïc juif (CCLJ, Bruxelles), en septembre 2010. Republié, avec l'autorisation de Regards, sur le site RésistanceS.be, le 5 octobre 2010. Le sur-titre, l'illustration et sa légende ont été rajoutés par RésistanceS.be].

 

© Regards / CCLJ. Article publié une première fois dans Regards, le mensuel du Centre communautaire laïc juif (CCLJ, Bruxelles), en septembre 2010. Republié, avec l'autorisation de la direction de Regards, sur le site RésistanceS.be le 5 octobre 2010.

 



Article publié une première fois dans Regards, le mensuel du Centre communautaire laïc juif (CCLJ, Bruxelles), en septembre 2010. Republié, avec l'autorisation de la direction de Regards, sur le site RésistanceS.be, le 5 octobre 2010.



Sur ce même thème, lire le dossier spécial de RésistanceS.be
(publié en janvier 2008)

CLIQUEZ ICI




Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2010 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI



Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2010