RésistanceS 11-06-2007

Bilan des résultats du VB, du FN...

L'extrême droite n'est plus un danger ?

Les résultats des élections législatives de ce 10 juin sont tombés. Plusieurs enseignements sont à tirer. En ce qui concerne les scores de l'extrême droite, le constat est clair : le début du reflux électoral enregistré aux élections communales d'octobre dernier se confirme. Mieux, le VB et le FN seraient en phase dépressive...

 

Article du journal Libération du 9 et 10 juin dernier : les « affaires » de Charleroi seraient à la base du « Waterloo électoral » des socialistes du Sud et du Nord du pays. Mais ce n'est plus l'extrême droite « classique » qui en aurait profité cette fois-ci © Photo RésistanceS


Dans notre introduction à notre dossier, publiée le 2 juin dernier, sur les élections de ce dimanche, nous avions mentionné que l'extrême droite restait un « danger immédiat », tout comme son « influence nocive sur des parcelles entières du système politique».

Le vent tourne
Dimanche soir, l'extrême droite n'a plus été victorieuse, comme ce fut auparavant le cas à chaque scrutin. La donne a changé. Le vent a tourné en défaveur des « partis de la haine ». Le « centre de gravité » nuisible à la démocratie des élections n'est désormais ni le Vlaams Belang ni le Front national. Ces partis sont en net reflux ou en stagnation, en comparaison avec les élections régionales de 2004. Leurs résultats de ce 10 juin le confirment une fois de plus : si la progression est (légèrement) manifeste par rapport aux législatives de 2003, il y a un net recul du score global du parti nationaliste d'extrême droite, au sein de l'électorat flamand, par rapport aux régionales de 2004. Le VB passe - en trois ans - de 24 % à 19 %. La diminution des nostalgiques de l'Ordre nouveau est considérable, en ces temps pourtant si propices aux « votes protestataires ».

TABLEAU N°1
Résultats du Vlaams Belang en Région flamande (en %)

Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
18,1 24,1 19,1

Les scores récoltés par les « VBistes » sont clairs. Ils signifient que l'extrême droite néerlandophone « officielle » est en déclin. Est-ce le début de la fin ? A voir... Notamment lors des prochaines élections régonales, en 2009.

Avant cela, le VB doit rapidement pouvoir identifier les raisons de sa stagnation et de sa réduction électorale par rapport à 2004 : sont-elles externes, internes ou les deux à la fois ? Le VB va surtout devoir maintenir le calme dans ses rangs pour éviter des réglements de compte internes, comme ceux qui se produisent actuellement au Front national français, après le «Waterloo de Jean-Marie Le Pen » à la présidentielle 2007 et celui subi ce même dimanche 10 juin aux législatives françaises par son parti qui a vu plus de 2 millions de ses électeurs l'abandonner au profit de l'UMP de Sarkozy ou de l'absention.

Après l'échec à la présidentielle de 2007 et la fin de carrière politique de Jean-Marie Le Pen, son leader et fondateur, le Front national français est, à nouveau, ravagé par des remous internes entre les prétendants à la succession. Cette crise pourrait déboucher sur l'implosion du FN d'outre-Quiévrain. Après lui, le tour au Vlaams Belang ? C'est bien possible © Photo RésistanceS.


Le VB a perdu son rôle
La perte de crédit électoral de l'extrême droite flamande peut sans doute s'expliquer par une modification, depuis les élections de 2003, du paysage politique dans le nord du pays. Ce dernier a résolument changé avec la présence d'un CD&V renové et l'arrivée d'un nouveau venu, la Lijst Dedecker (LDD). Le premier - en s'alliant avec les ultranationalistes de la NVA (formée par l'ex-aile d'ultradroite de feu le vieux parti nationaliste, la Volksunie) - caractérise de mieux en mieux le combat communautariste « national-flamand ». Le second a pris les allures d'une force populiste de droite et séparatiste qui incarne une nouvelle génération politique.

Le cartel CD&V-NVA et la LDD sont les deux grands vainqueurs du 10 juin en Flandre, en grande partie au détriment du VB. Pour beaucoup d'électeurs, Jean-Marie Dedecker, le big-boss de la LDD, ou Yves Leterme, le patron du renouveau particratique démocrate-chrétien, semblent avoir mieux représenté l'opposition au gouvernement fédéral sortant et les intérêts flamands que le Vlaams Belang (en français : Intérêt flamand !). De plus, après près de 30 ans dans l'opposition, le vote VB n'est plus considéré comme un « vote sanction » contre le pouvoir.

Par conséquent, le VB n'est certainement plus cette force réactionnaire qui peut encore séduire tous les « protestataires » et autres « déçus ». Le 10 juin annonce sans doute le début de la fin du rôle qu'il a joué depuis les élections législatives de 1991. Son échec est certain, et même historique. Les ondes de choc négatives au coeur du parti seront décisives pour son avenir immédiat.


Rien de neuf au Front
Du côté francophone, le Front national, existant à l'état groupusculaire depuis plus de 22 ans, n'a enregistré, pour sa part, qu'un score médiocre sans réelle progression depuis 2003 et en recul par rapport aux élections régionales de 2004. En Région wallonne, de 2004 aux éléctions de ce dimanche, le FN passe de 8 % à 5,6 %. Sa représentation parlementaire restera identique à celle de 2003 avec l'élection d'un député et d'un sénateur. En 1995, il faut le rappeler, le FN était parvenu à faire élire deux députés fédéraux. Le score de 2007 est la confirmation que le FN reste une force politique inorganisée et marginale, incapable de profiter véritablement du contexte politique et social, pourtant si favorable jusqu'à présent aux partis proposant des slogans antipolitiques primitifs sur un mode de « ya-ka ».

TABLEAU N°2
Résultats du Front national en Région wallonne (en %)

Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
5,6 8,1 5,6


La première conclusion provisoire du bilan que nous pouvons tirer de ces élections pour l'extrême droite : en perte de vitesse, elle n'est plus l'habituel danger exhibé depuis 1991. Les rôles se sont inversés. L'électorat protestataire plus mature qu'auparavant s'est sans doute tourné vers des « alternatives démocratiques ». Comme en France, l'extrême droite se dirige vers une phase dépressive.

Cependant, ne nous leurrons pas : ses idées nauséabondes restent bien ancrées au sein de notre société, comme le confirme chez nos voisins français la « récupération sarkozyste » d'une partie du désormais héritage lepéniste ou l'émergence de la Lijst Dedecker, en Flandre, surfant sur la vague VBiste sans pour autant pouvoir être qualifiée de « fasciste ». La vigilance reste donc à l'ordre du jour.

Manuel ABRAMOWICZ
Coordinateur de la rédaction de RésistanceS

La Lijst Dedecker va-t-elle remplacer le Vlaams Belang ?

Dans un document publié le 2 juin dernier (1), RésistanceS posait trois questions à propos du nouveau parti fondé, il y a quelques mois, par le sénateur ex-VLD Jean-Marie Dedecker et ses «relations » futures avec le Vlaams Belang :

1e question : la Lijst Dedecker (LDD), formation populiste rassemblant des transfuges du VB et adoptant des slogans antipolitiques, représentera-t-elle un véritable danger concurrentiel pour le parti de Filip Dewinter ?
2e question : quel sera le score total de la LDD de Jean-Marie Dedecker ? Si elle arrive à dépasser la barre des 5 %, pourra-t-elle devenir une troisième force politique en Flandre, entre les partis traditionnels et le VB ?
3e question : le Vlaams Belang pourra-t-il entretenir, en cas d’échec électoral, son unité de façade, ou un tel échec débouchera-t-il sur une déstabilisation interne et le départ de ses « modérés » vers la LDD, la NVA... ?

La réponse à la première question est oui : la LDD est désormais un concurrent de taille pour le VB. Dépassant la barre des 6 % en Flandre, cette nouvelle formation populiste d'ultradroite nationaliste a été présentée le soir des élections comme un maillon possible entre les partis traditionnels et le VB.

Suite à son nouveau reflux électoral en quelques mois, il sera très difficile pour le parti d'extrême droite d'éviter les zizanies internes. Il est donc certain que la « ligne Dewinter », comme après le bilan des élections communales de 2006, va être critiquée par ses adversaires de parti. Le VB devra adopter une nouvelle orientation stratégique et programmatique s'il souhaite se maintenir dans le paysage politique flamand. L'arrivée victorieuse de la LDD pourrait contre-carrer les projet du Vlaams Belang. A moins que...

M.AZ

(1) « L'extrême droite avant les élections législatives du 10 juin 2007 », Note d'informations et d'analyse de RésistanceS du 2 juin 2007, Bruxelles, 16 pages. Ce document peut être consulté et téléchargeable en CLIQUANT ICI



TABLEAU N°3
Résultats du Vlaams Belang aux élections législatives pour la Chambre de 2003, aux régionales de 2004 et aux législatives de 2007 dans les circonscriptions flamandes (en %)

Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
Anvers 24,1 30,0 24,1
Fl Occ 14,4 20,2 14,1
Fl Or 16,8 22,8 18,6
Limbourg 15,7 22,3 18,5
Louvain 14,9 21,5 15,8
B-H-V 10,3 (*) 9,6


(*) Aux élections régionales, le vote se fait sur la Région de Bruxelles-capitale et non sur la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

 


TABLEAU N°4
Résultats à la Chambre du Vlaams Belang dans canton d'Anvers (en %)
Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
30,5 34,8 28,4

 


TABLEAU N°5
Résultats comparés à la Chambre du Vlaams Belang et Front national dans la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde aux élections de 1999, 2003 et 2007 (en %)

Législatives 1999 Législatives 2003 Législatives 2007
VB 8,6 10,3 9,5
FN 1,6 2,2 1,9

 


TABLEAU N°6
Résultats à la Chambre du Front national dans la circonscription du Hainaut (en %)

Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
7,2 11,0 7,8

 


TABLEAU N°7
Résultats à la Chambre du Front national dans canton de Charleroi
(en %)

Législatives 2003 Régionales 2004 Législatives 2007
11,8 16,8 12,4

 

 


© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 11 juin 2007.


 

RepeatRegion1

Les candidats du Vlaams Belang : vieux et cumulards ! Selon une enquête sociographique de la KUL (16/07/2007) NOUVEAU

Elections 2007 : L'extrême droite n'est plus un danger ! (11/06/07) NOUVEAU

 

Au sommaire de ce dossier de RésistanceS

Pour un « 10 juin de résistance » (introduction)

Enjeux et état des lieux des extrêmes droites à la veille des élections du 10 juin 2007

Sept questions essentielles avant le 10 juin

Le VB continue de perdre des voix selon un sondage de la VRT-De Standaard

Un Mac dans l'ombre du Front

Qu’est-ce que le Parti jeunes musulmans (PJM) : un parti musulman de gauche ou d'extrême droite ?

Résultats des précédentes élections législatives (2003)


Un nouveau « produit » de RésistanceS


Note d'informations & d'analyse
RésistanceS – Observatoire de l'extrême droite belge vous proposera désormais certaines de ses informations également en format « document papier » via une Note d'informations & d'analyse qui pourra directement être téléchargée via notre site Internet.

Pour télécharger notre première

Note d'informations & d'analyse :
« L'extrême droite avant les élections législatives du 10 juin 2007 »


Pour mieux comprendre notre dossier, lire aussi notre dossier « Elections législatives 2003 »

 


Mieux comprendre les élections du 10 juin 2007 ?


A lire d'urgence avant (et après) le 10 juin

Commandez notre Guide des résistances à l'extrême droite et recevez 3 cadeaux :

• un film DVD (20')
• une brochure pédagogique (20 pages) réalisée par RésistanceS
• leur affiche


Pour plus d'informations pour recevoir ces 3 cadeaux : cliquez sur l'illustration ci-dessus


RésistanceS a dix ans ! Cliquez ici