RésistanceS 17-04-2009

La fin du féretisme


Le FN anti-Féret, désormais le seul Front national


A l'occasion du dépôt des listes pour les élections européennes du 7 juin prochain, c'est le Front national conduit par les opposants à Daniel Féret, dit «FN rénové», qui a gagné le combat pour la propriété du sigle. Le seul «label» qui puisse garantir un succès électoral. Un choc pour les derniers «frontistes féretistes» et les autres néofascistes de Bruxelles et de Wallonie. Résultat : le paysage politique de l'extrême droite francophone devra encore connaitre des va-et-vient et de nouvelles recompositions...


Le vice-président du FN belge Patrick Sessler et le président-fondateur du FN français Jean-Marie Le Pen en 2008. Le premier est l'artisan redoutable de la fin du féretisme, via le FN rénové qu'il dirige, le second fut son modèle – Photo PG.


Ce jeudi 16 avril, c'est la liste électorale déposée pour les élections européennes du 7 juin prochain par le Front national (rénové) qui a été acceptée par les autorités compétentes, siégeant à Namur. Exit donc la liste du FN de Daniel Féret. Le parti d'extrême droite dirigé par Patrick Sessler obtient le n°16. Il s'agit d'une reconnaissance manifeste pour ce FN en guerre contre le FN féretiste, aujourd'hui présidé par le député fédéral Patrick Cocriamont.

Le clan frontiste anti-Féret - conduit par Patrick Sessler (vice-président, secrétaire-général et député bruxellois du parti), Daniel Huygens (président et député wallon frontiste), Jean-Pierre Borbouse (député wallon du FN) et Michel Delacroix (sénateur frontiste depuis 2003) - vient donc de gagner son combat pour la prise de contrôle du sigle «Front national». Le combat des opposants internes à Daniel Féret avait été entamé en septembre 2007 contre celui-ci et ses derniers lieutenants : le député fédéral Patrick Cocriamont, l'«idéologue du parti» Daniel Leskens, le conseiller communal Salvatore Nicotra et la députée régionale Audrey Rorive. Désormais, c'est le FN anti-Féret, dit «FN rénové», qui est reconnu comme étant le propriétaire légal de ce parti. Ce dernier avait été fondé, en 1985, en personne par le docteur... Daniel Féret !


Les va-et-vient des deux Charles
Cette reconnaissance garantit aux anti-Féret en outre la possibilité de se présenter également sous le nom «Front national» aux élections régionales qui auront aussi lieu le 7 juin de cette année. Du même coup, il est interdit aux autres frontistes d'utiliser le nom de leur parti d'origine. Certes, les députés régionaux frontistes sortants opposés au FN rénové pourront proposer des listes électorales, mais devront adopter un autre nom/sigle pour celles-ci. A Bruxelles, les «frontistes féretistes» disposent encore d'une députée régionale (Audrey Rorive) et en Wallonie, ils pourront compter éventuellement sur les deux députés régionaux Charles Pire (Liège) et Charles Petitjean (Charleroi), pourtant membres-fondateurs du FN rénové.

Il y a une semaine, Pire et Petitjean sont cependant retournés au «FN-féretiste». La raison de leur retour : des conflits internes causés par la désignation des têtes des listes pour les élections pour le Parlement wallon. Charles Pire désirait (exigeait !) conduire, pour les régionales, la liste liégeoise du FN et Petitjean, la liste dans la circonscription de Charleroi. Mais, ce sont d'autres «frontistes réformateurs» qui furent désignés. C'est pour cette raison qu'ils sont retournés apporter leur soutien aux féretistes. Jusqu'il y a peu, des ennemis jurés...


Patrick Cocriamont, député fédéral et président ff du FN féretiste, lors de sa prestation de serment en 1995 comme conseiller communal Front national dans la commune bruxelloise d'Anderlecht. Proche de la «mouvance identitaire» (animée par le mouvement Nation), il pourrait la rejoindre officiellement très prochainement © Photo Télébruxelles.


A la droite de la droite, nouvelle recomposition ?
Avec ce nouvel épisode dans la saga «FN contre FN», intervenu au tout début de la campagne électorale 2009, huit constats peuvent être faits :

1. Le Front national sera présent aux élections européennes et régionales le 7 juin prochain. Ce qui ne semblait pas nécessairement être une évidence, il y a quelques jours encore.

2. C'est le clan des «réformateurs» du FN qui possède désormais légalement le nom et le sigle du parti.

3. Leur victoire devrait signifier la disparition du FN de Daniel Féret sous le nom de «Front national».

4. Ce dernier devra donc à cette date agir sous un nouveau nom. Il pourrait adopter celui de «Faire Front» (le nom de son association de financement) ou pourquoi pas prendre le nom «Forces nouvelles», en référence au parti néonazi qui portait ce nom dans les années 1980 et d'où proviennent le député fédéral frontiste Patrick Cocriamont et son bras-droit, Daniel Leskens.

5. Charles Pire et Charles Petitjean pourraient rejoindre le nouveau parti fondé par les «féretistes».

6. Ces deux parlementaires frontistes sortant, qui proviennent pour le premier du Parti social chrétien (PSC), pour le second du Parti réformateur libéral (PRL), pourraient également créer leur propre parti.

7. Dans un cas comme dans l'autre, les frontistes hors du FN seront également présents aux prochaines élections régionales, en région bruxelloise et wallonne. Mais sous un autres ou des autres noms...

8. le député fédéral frontiste Patrick Cocriamont et son assistant parlementaire Daniel Leskens pourraient encore rejoindre le mouvement Nation. Ils sont en effet très proches de la «mouvance identitaire», via leur adhésion à la bannière wallonne de Terre & Peuple, un mouvement racialiste national-européen. Cette même mouvance est essentiellement animée par Nation. Leskens aurait, selon certaines informations, d'ailleurs déjà pris sa carte d'adhérent à ce mouvement dissident de la «droite nationale».


Le pire ennemi de l'extrême droite : l'extrême droite ! Résumons:


• Aux élections européennes, deux listes d'extrême droite seront en lice : celle du Front national et celle de Wallonie d'abord (anciennement Force nationale, une dissidence du FN féretiste), évoquée dans notre article du 8 avril dernier («Etat des lieux de l'extrême droite francophone» ).

• Aux élections régionales, en plus du Front national, des listes Wallonie d'abord, du «nouveau» parti féretiste ou/et de celui qui sera fondé pour la circonstance par les députés Pire et Petitjean, le Front démocratique bruxellois (FDB, une dissidence nationaliste populiste du FN) et le mouvement Nation (qui aurait aussi voulu déposer une liste européenne, mais ne fut pas capable de réunir les 5.000 signatures nécessaires) se disputeront l'électorat protestataire poujadiste et xénophobe dans plusieurs circonscriptions électorales. A Bruxelles, cinq à six listes d'extrême droite (avec celle du Vlaams Belang) seront ainsi en concurrence.

Une fois de plus, l'extrême droite francophone démontre son caractère chaotique par sa désunion. Son potentiel électoral reste pourtant significatif... Ce vote fragmenté évitera aux démocrates de se retrouver en face d'une force électorale antipolitique, populiste et unie. Pour finir, c'est l'extrême droite elle-même qui est le meilleur remède pour éviter son renforcement sur l'échiquier politique.

Manuel Abramowicz


Anciens de l’extrême droite : contactez-nous !

Vous avez jadis ou récemment encore milité dans une organisation, un groupe ou un parti d’extrême droite. Vous n’en êtes plus membre parce que vous avez changé d’opinion.

Vous souhaitez à votre tour lutter contre l’extrême droite qui a abusé de votre naïveté, de votre jeunesse.

RésistanceS.be peut vous y aider !

• Si vous voulez témoigner de votre expérience au sein de l’extrême droite
• Si vous voulez vous adresser à ceux qui y sont restés pour leur dire de la quitter au plus tôt
• Si vous avez gardé de la documentation (tracts, journaux, photos, documents variés…) de l’organisation ou parti d’extrême droite dans lequel vous militiez, alors :

CONTACTEZ-NOUS !

Votre anonymat sera entièrement garanti.

info@resistances.be




© Affiche de RésistanceS – 2008-2009


© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 17 avril 2009.

 

Nota bene - Ce dossier a été ouvert le 8 avril 2009 par RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite. Il sera régulièrement réactualisé.

Déjà au sommaire de ce dossier :

Le Front national organise sa survie politique

L'extrême droite électorale en décroissance généralisée


Extrême droite: qui sera présent le 7 juin prochain?

«Wallonie d'abord !» , l'extrême droite régionaliste aux élections de 2009

Les enjeux des élections 2009

Etat des lieux de l'extrême droite francophone pré-élections

Le FN anti-Féret, désormais le seul Front national

 


Sur RésistanceS.be, les derniers articles

Sur le Vlaams Belang

Un haut dirigeant du Vlaams Belang condamné pour négationnisme

Le Vlaams Belang cultive ses racines nazies

Un Vlaams Belang biographe relativiste d'Adolf Hitler

Le Vlaams Belang en voie d'implosion

Conflits au Vlaams Belang : zizanie sous chape de plomb

 


Sur les «Front national»

FN «rénové»... dégraissé ?

L'extrême droite dans une voie sans issue ?

Révoltes des jeunes : le FN préconise toujours la manière forte

Daniel Féret, bientôt réfugié politique en Russie ?

Il y a deux Front national en Belgique



Consultez les autres «dossiers élections» de RésistanceS.be

 

 


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI


Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008