RésistanceS 28-05-2009

Dans le paysage politique flamand


La Lijst Dedecker est-il un Vlaams Belang bis?



La LDD est un parti d'ultra droite, populiste et nationaliste flamand. Il ne peut cependant pas être rangé dans la même catégorie que le Vlaams Belang. Aujourd’hui qu’il est rejoint par des transfuges de ce dernier, certains, en Flandre, pensent que ce parti pourrait devenir un VB bis. Et, par son «label de qualité démocratique», accéder au pouvoir ! Témoignage sur la «Vlaams Belanguisation» de la Lijst Dedecker.

 


En janvier 2007, l'hebdomadaire néerlandophone «Knack» consacrait sa Une aux leaders de l'ultra droite populiste flamande : Hugo Coveliers (ex-Volksunie/VLOTT), Filip Dewinter (Vlaams Belang) et Jean-Marie Dedecker (LDD) © Photo RésistanceS.be / Manuel Abramowicz

S’il est vrai que le programme de la Lijst Dedecker (LDD) est dépourvu de toute une exploitation politique du racisme ambiant dans une certaine frange de la population, il est par contre bien plus antisocial que celui du Vlaams Belang (VB), le parti nationaliste d'extrême droite flamand. A droite toute et sans complexe, la LDD – fondée en janvier 2007 par Jean-Marie Dedecker, ex-parlementaire du VLD (l'actuel Open VLD) - flirte souvent avec les discours du VB. Et attire de plus en plus de transfuges originaires de ses rangs.

LDD-VB : mêmes combats ?
C'est pour cette raison que l'un des dirigeants anversois de la LDD, Raymond Van Gaever, dénonce aujourd'hui les dérives internes de ce parti populiste. Un embarras de plus pour cette LDD qui veut à tout pris se donner une image de «parti propre».

Raymond Van Gaever a été le fondateur de «Best Gloves», une entreprise qui produit des gants protecteurs et hygiéniques pour le secteur médical et l’industrie de haute technologie. Sa boîte bénéficie d'un rayonnement international. Sa présence dans les rangs de la LDD était tout bénéfice pour l'image de sérieux que ce parti veut acquérir dans le nord du pays. Un parti neuf avec des «entrepreneurs-politiques» incarnant une force nouvelle pour faire décoller la Flandre, et dire adieu à la Belgique. Le même discours que celui du VB, les racines nazies en moins. Le VB et la LDD se retrouvent au même endroit de la scène politique flamande. La proximité entre les deux formations est grande. Fin stratège, Jean-Marie Dedecker refuse cependant une collaboration directe – par exemple sous la forme d'un cartel électoral - avec le Vlaams Belang. Uniquement parce que cette collaboration isolerait politiquement la LDD. Associée au VB, elle ne pourrait accéder au pouvoir.

Mais pour Raymond Van Gaever, les ressemblances entre ces deux partis d'ultra droite sont de plus en plus évidentes. Pour avoir en interne dénoncé cette réalité, il a été victime d'une véritable purge interne. Pour lui, il n'en demeure pas moins que la Lijst Dedecker est de plus en plus un Vlaams Belang bis. Une formation que ce désormais ex-LDD connaît relativement bien : son frère, Freddy Van Gaever, est l'un de ses actuels sénateurs. Un conflit de famille ?


Les élections régionales et européennes du 7 juin de cette année serviront de nouveau test à la Lijst Dedecker, après son succès aux législatives de 2007, pour connaître son actuelle popularité en Flandre et son rapport de force, entre autres avec le Vlaams Belang. Un concurrent-ami ? © Photo RésistanceS.be / Manuel Abramowicz



Le Pen : un modèle en Flandre
Jean-Marie Dedecker, le leader-fondateur de la LDD, est un ami intime de Freddy Van Gaever. Un homme d’affaires qui a dirigé une série d’entreprises qui ont fait faillite. Auteur de quelques livres, tels que «Volksvertegenwoordiger, een feest?» (Etre parlementaire, une fête ?), le sénateur VB Freddy Van Gaever rêve également de lancer un journal flamand bien ancré à droite et qui serait dirigé par un autre affairiste, Bruno Valkeniers, par ailleurs président depuis peu du Vlaams Belang !

Les discours politiques de Freddy Van Gaever sont radicaux. Il s’en prend régulièrement aux sans emploi et aux travailleurs en grève. Le même n’a aucun problème pour participer à un dîner du Front national belge (rénové), si celui-ci lui offre l’occasion de rencontrer Jean-Marie Le Pen, le président-fondateur du FN français qui est également un modèle politique pour une partie de la droite extrême flamande (à ce sujet ).

Bon élément de la cause nationale-flamande, Freddy Van Gaever a été coopté comme sénateur sur proposition de Filip Dewinter en personne, le leader des radicaux du Vlaams Belang. L'homme d'affaires d'ultra droite est également, pour des raisons identiques, présent sur la liste du VB déposée dans la circonscription d'Anvers pour les élections régionales du 7 juin prochain. Il y est placé à l’avant-dernière place des candidats suppléants. Son principal apport à l'actuelle campagne électorale du VB est d'avoir offert à ce dernier de grands camions servant de support à la propagande du parti nationaliste.

Bien qu’ami de Jean-Marie Dedecker, Freddy Van Gaever n'a pas été tenté de rejoindre, comme quelques autres VBistes, la LDD. Il est resté au Vlaams Belang. Par contre, son frère, Raymond Van Gaever, s'est affilié à la nouvelle formation conduite par Dedecker, en mars 2007, quelques semaines après sa fondation, par sympathie pour «le parler-vrai» de son président-fondateur. Entre-temps pensionné, Raymond Van Gaever est devenu toute de suite l’un des hommes clés de la LDD à Anvers. Aux élections législatives de juin 2007, la Lijst Dedecker a obtenu à Anvers un siège à la Chambre des députés avec l'élection de Jürgen Verstrepen, un transfuge du Vlaams Belang. Clairement opposé au VB, Raymond Van Gaever a poursuivi sa participation au développement de la LDD. Il constatera bien vite la séduction grandissante exercée par son parti sur des cadres et/ou des élus du VB, qui le rejoindrront finalement par vagues successives, surtout à Wilrijk, une des communes les plus riches d'Anvers.

«Ils reprennent les méthodes du Vlaams Belang pour les utiliser à la LDD», constatera rapidement Raymond Van Gaever. Il exprimera dès lors son «ras-le-bol» des «activités louches et sournoises» de ces anciens du VB devenus des LDDistes. La tension grandira entre le pensionné actif dirigeant de la LDD anversoise et les autres responsables du parti. Ne supportant plus cet état de fait, Raymond Van Gaver a pris ses distances avec la ligne politique dominante de la LDD. Profitant d'un conflit interne sur les fonctions administratives, la section locale de Berchem-Hoboken-Wilrijk a finalement exclu Raymond Van Gaver. Histoire de garder la tête haute et d’éviter une démission publique qui aurait donné une image préjudiciable à la LDD.


A Anvers, la résistance flamande antifasciste passe par l'humour pour s'opposer à l'extrême droite Vlaams Belang (ici sur l'affiche de son leader local Filip Dewinter, photo de gauche) et l'ultra droite LDD (sur l'affiche de l'ex-VBiste Jürgen Verstrepen) © Photos Anti-Fascistisch Front (AFF).


LDD = VB bis ?
«L'honnêteté, l’esprit de suite et le bon sens sont les valeurs qui m’ont attiré dans ce parti. Mais la LDD adopte maintenant les mêmes méthodes que les partis traditionnels» (dont, selon lui, le Vlaams Belang fait partie !), affirme Raymond Van Gaever pour conclure sa relation (de mars 2007 à mai 2009) avec le parti de Jean-Marie Dedecker. Une LDD qui serait devenu un VB bis. Jusqu'au jour où elle remplacera le parti nationaliste flamand d'extrême droite ?

Johan Gulbekian
Responsable flamand de la rédaction de RésistanceS.be

 

Résistance flamande à l'extrême droite !

L'article ci-dessus a pour base un article publié précédemment par l'Anti-Fascistisch Front (AFF). Actif depuis les années 1970, ce mouvement antifasciste flamand est aujourd'hui toujours présent sur le terrain pour résister à l'extrême droite, ses partis, ses organisations, leurs idées et leurs influences dans la sphère politique. Sur son blog Internet «Anti-Fascistisch Front / Verzet» (Front antifasciste /Résistance), vous trouverez (en néerlandais) une mine d'informations utiles sur ces sujet. Son blog est quasi quotidiennement actualisé et reçoit l'apport d'un membre flamand de la rédaction de RésistanceS.be.

Pour accéder au blog de l'AFF/Verzet CLIQUEZ ICI

 


Anciens de l’extrême droite : contactez-nous !

Vous avez jadis ou récemment encore milité dans une organisation, un groupe ou un parti d’extrême droite. Vous n’en êtes plus membre parce que vous avez changé d’opinion.

Vous souhaitez à votre tour lutter contre l’extrême droite qui a abusé de votre naïveté, de votre jeunesse.

RésistanceS.be peut vous y aider !

• Si vous voulez témoigner de votre expérience au sein de l’extrême droite
• Si vous voulez vous adresser à ceux qui y sont restés pour leur dire de la quitter au plus tôt
• Si vous avez gardé de la documentation (tracts, journaux, photos, documents variés…) de l’organisation ou parti d’extrême droite dans lequel vous militiez, alors :

CONTACTEZ-NOUS !

Votre anonymat sera entièrement garanti.

info@resistances.be




© Affiche de RésistanceS – 2008-2009

 


© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 28 mai 2009.

 


Filip Dewinter (VB) et Jean-Marie Dedecker (LDD), les deux symboles de la Flandre pure et dure ?



Sur ce même sujet ou proche,
lire encore sur RésistanceS.be

Le Pen, modèle de l'ultra droite nationaliste flamande

VB-Vlott : succès et échec de leurs cartels électoraux

La bataille d'Anvers

L’extrême droite est antisociale ! De Washington à Anvers

Le Vlaams Belang cultive ses racines nazies ?

Un Vlaams Belang biographe relativiste d'Adolf Hitler

Le VMO, toujours un exemple pour le Vlaams Belang

Comment et pourquoi les partis d'extrême droite sont financés par la Démocratie. Et comment pouvoir l'éviter...

Le «Dewinter Blok» mis sur la touche

 


Consultez les autres «dossiers élections» de RésistanceS.be

 

 


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI

Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008