RésistanceS.be 21-09-2012

Le Front national belge… toujours présent !


LEPEN se présente aux élections en Belgique

Le lepénisme pourrait-il resurgir en Belgique? Le 14 octobre prochain, certains sympathisants wallons de Marine Le Pen pourront voter pour la liste «LEPEN». Un coup inédit réalisé par le Front national belge «canal historique» conduit par le conseiller communal sortant Salvatore Nicotra. Explication.




En Wallonie, Marine Le Pen bénéficie d’une certaine popularité… les frontistes belges anti-marinistes pourraient en profiter le 14 octobre prochain !

Condamné personnellement, il y a quelques mois, à ne plus pouvoir utiliser le nom, le sigle et l’emblème du Front national, suite à une action devant la justice belge introduite par Marine Le Pen, la présidente du FN français, Salvatore Nicotra avait été annoncé par ses adversaires comme étant «politiquement mort». Dirigeant de l’ASBL Front national belge, soit le « canal historique » du frontisme à la belge , et conseiller communal sortant à Fleurus, il vient cependant de jouer un véritable coup de poker gagnant contre ceux qui voulaient l’écarter de la vie politique.

En effet, la formation de Salvatore Nicotra se présentera bel et bien aux élections communales et provinciales du 14 octobre prochain sous le label du FN, et même du lepénisme. En toute légalité puisque toutes ces listes électorales ont été acceptées par les autorités compétentes en matière d’élections. Ce qui n’est pas le cas des autres rescapés du naufrage frontisme



FN-Belge et LEPEN
A Charleroi ville, la liste du FN belge de Nicotra porte les initiales «FN-BELGE» (pour : Famille nationale belge et européenne pour l’égalité, la générosité et l’éthique !). A Fleurus, à Châtelet et à Sambreville, le parti d’extrême droite se présente sous les initiales «LEPEN» (Ligue européenne, patriotique, égalitaire et nationaliste). L’ASBL FN belge a également réussi à déposer trois listes provinciales : les deux premières sous le label FN-BELGE (dans les arrondissements électoraux de Charleroi et de Châtelet) et la troisième portant les initiales LEPEN (dans l’arrondissement de Sambreville).

A Fleurus, la liste LEPEN - conduite par Nicotra en personne - sera la seule concurrente aux quatre familles politiques traditionnelles. Elle y représentera dès lors l'unique opposition et la seule alternative aux «partis du système». Son espérance : récolter un maximum de voix et créer un buzz électoral. Qui lui permettra après le 14 octobre de se réorganiser ailleurs en Wallonie.



Le Pen populaire en Wallonie
Le choix des initiales LEPEN relève d’un double objectif. Un, il s’agit d’une provocation  visant directement Marine Le Pen (responsable des ennuis politiques des frontistes belges). Deux, le FN belge de Salvatore Nicotra espère récolter un résultat conséquent vu la relative bonne popularité de la présidente du Front national en Wallonie .
La «marque FN» reste par ailleurs encore dans le sud du pays, malgré l’atomisation du parti d’extrême droite, une valeur sûre : selon le dernier baromètre politique «La Libre"/RTBF/Dedicated», le FN y était crédité de 6,7 %.

La manœuvre du Front de Salvatore Nicotra constitue une véritable mauvaise surprise pour Marine Le Pen qui avait pourtant tout fait pour éviter une présence frontiste aux prochaines élections dans notre pays.

M. AZ

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 21 septembre 2012.

NOUVEAU (15/10/2012)
L'extrême droite en chute libre

Bilan des élections communales 2012

Résultats des élections communales 2012


A la veille des élections communales 2012
L'extrême droite francophone très mal en point


LEPEN se présente aux élections en Belgique (21/09/12)

Nomadisme électoral, aussi à l’extrême droite (21/09/12)

Les héritiers du Front national belge en ordre dispersé (18/08/12)

 

 





A lire toujours sur RésistanceS.be

  • Etc. etc.


Retrouvez RésistanceS.be  sur Facebook
CLIQUEZ ICI


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011