[HOME] [INFOS]

 

Dans les coulisses du Blok

Du Front au Blok, incroyable mais vrai !

Un ex-dirigeant du Front national belge, proche jadis du milieu néonazi, vient de prendre la tête des jeunesses du Vlaams Blok. Nouvelle preuve que le VB n’est pas un parti flamand, mais «tout simplement» un parti fasciste…

Selon le journal flamand «De Financieel economische», du 6 septembre, la section «juvénile» du Blok, fondée et présidée de 1987 à 1990 par Filip Dewinter, est en crise. Le président des Vlaams Blok Jongeren (VBJ), Jürgen Branckaert, vient en effet de claquer la porte… Pour quelle raison ? Sa liberté d’expression n’y était pas respectée par les hauts-sommets de la formation nationaliste ! C’est tout à fait normal : le Blok n’est pas un parti démocratique. Comme nous l’avons toujours dit.

Après l’annonce de la démission de Jürgen Branckaert de ses fonctions, un nouveau président des VBJ a été momentanément désigné. Siégeant déjà au bureau national de la structure des jeunes blokkers, il se nomme Frédéric Erens. Un pur et dur qui avait pourtant été écarté, en 1999, à cause de son passé politique. Le responsable de cette purge interne était alors le «boss» de la section bruxelloise du VB, Johan Demol. Ce dernier craignait que la presse révèle, photo à l’appui, le passé «politiquement incorrect» de Frédéric Erens.

De la «Belgique de papa» à l’antibelgicanisme…
En effet, Erens provient des rangs des nostalgiques. Malgré son jeune âge, il a déjà pas mal d’années de militantisme derrière lui. Dans les années quatre-vingt, il militait dans la mouvance du Parti des forces nouvelles (PFN), un groupuscule antisémite et négationniste soutenu par Filip Dewinter et l’ex-SS belge Léon Degrelle.

degrelbt.jpg (4901 bytes)
Le nouveau président des jeunesses du Blok provient des rangs du PFN, un groupuscule néonazi et degrelliste…

 

Ensuite, il passa au Front national, le «clone» du FN français de Le Pen. Au FN belge, Erens s’occupera des jeunes et du matériel de propagande, dont les affiches et autocollants sont accompagnés de la flamme tricolore (noire-jaune-rouge) et du slogan frontiste «Les Belges d’abord». Belgicain (unitariste belge) et monarchiste, le FN est idéologiquement et historiquement un parti totalement à l’opposé des indépendantistes du Vlaams Blok, non pas sur l’immigration, mais sur la «question belge». Pour finir, après plusieurs années passées chez les francophones adeptes de l’Ordre noir (Erens est flamand d’origine, mais de culture francophone et bruxellois), il rejoindra pour finir ses «frères de sang».

Le VB n’est pas flamand, il est fasciste !
Ce Bruxellois «ex-francophone», ancien partisan de la «Belgique de papa», activiste de l’extrême droite belge et «compagnon de route» d’un milieu nauséabond est, maintenant, devenu le dirigeant des jeunesses ultranationalistes flamandes du Vlaams Blok. Incroyable mais vrai.

vbj.jpg (5658 bytes)
Politiquement correct  ! Affiche des VBJ, bien moins nazie que la photo précédente…

Cette succession présidentielle, survenue au sein des VBJ, confirme que le Vlaams Blok est un parti démagogique exploitant les sentiments nationalistes uniquement dans un objectif opportuniste. Le Vlaams Blok n’est pas un parti flamand, le Vlaams Blok est un parti fasciste…

Info RésistanceS, 7 septembre 2001