RésistanceS 06-11-2008

FN : F comme Fasciste, N comme Nazi ?

Chanson antisémite
à la tête du «nouveau» FN

Le «nouveau» Front national (anti-Daniel Féret) n'a plus de président. Michel Delacroix, également sénateur, vient de démissionner de son poste présidentiel après la diffusion par la RTBF d'une vidéo le montrant en train de chanter une chanson antisémite en compagnie d'un élu du Vlaams Belang. Une preuve de plus que l'extrême droite reste égale à elle même. Sa démission est un sale coup pour les néofrontistes.


Daniel Féret et Michel Delacroix, deux présidents du Front national sous les feux de l'actualité.

Le président ff et unique sénateur du «nouveau» Front national, Michel Delacroix, a démissionné de sa fonction présidentielle de ce parti d’extrême droite ce jeudi 6 novembre. Ce coup de théâtre fait suite à la diffusion, sur les antennes de la télévision publique RTBF, d’un petit film privé qui le montre chantant une chanson caractérisée par des paroles antisémites de la pire espèce. Sur ces images, un autre "chanteur" est également visible. Il s'agit d'un élu du Vlaams Belang de Machelen.

Les dirigeants du FN désavouent Delacroix
Le «nouveau» FN, fondé en septembre 2007 par les opposants internes de Daniel Féret, le président-fondateur du Front national d'origine, avait juré rejeter toutes références au nazisme, très présentes pourtant au sein de la droite nationaliste. Aujourd'hui, ses dirigeants sont obligés de se démarquer de Michel Delacroix. Dans un communiqué de presse, le bureau politique du parti d'extrême droite précise : «M. Delacroix, parfaitement conscient de ce que son comportement implique, a décidé de remettre sa démission de sa fonction de président du FN». Dans ce communiqué,
les autres dirigeants néofrontistes - les députés wallons Daniel Huygens, Jean-Pierre Borbouse et Charles Petitjean, le député régional et secrétaire général du FN Patrick Sessler, ainsi que Quentin de Launois - affirment que l’attitude montrée dans ce petit film amateur de leur désormais ex-président est «inadmissible».

Ce petit film a été diffusé jeudi midi par la RTBF. Michel Delacroix y entonne, sur l’air de «L’eau vive» de Guy Béart, une chanson ironisant - de façon immonde - le génocide juif commis par la dictature nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

En séance plénière du Sénat, ce jeudi après-midi, les groupes politiques, en particulier par la voix de Josy Dubié (Ecolo), ont unanimement exprimé leur «indignation et leur totale réprobation face aux propos antisémites de M. Delacroix». Le président du Sénat, Armand De Decker (MR, libéral francophone), a indiqué qu’il allait étudier des «mesures de sanction», tandis que le ministre de la Justice Jo Vandeurzen (CD&V, démocrate chrétien flamand) annonçait l’ouverture d’une enquête judiciaire. Celui-ci s’est dit «profondément choqué» par des faits qu’il a qualifiés de «dégoûtants». Au Parlement, Michel Delacroix a pour sa part toujours bénéficié de bonnes relations avec les élus du Vlaams Belang. Dans ce parti nationaliste flamand d'extrême droite, il compte de nombreux amis politiques. Le même Delacroix y cotoyait encore récemment, sans problème et avec beaucoup de sympathie, Jean-Marie Dedecker, le chef-fondateur du parti populiste d'ultradroite LDD.


Michel Delacroix et Bruno Gollnisch, le numéro 2 du Front national français. Un leader d'extrême droite également poursuivi pour négationnisme.


Une vengeance de Féret ?
Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme va pour sa part déposer une plainte contre Michel Delacroix pour infraction à la loi antinégationniste de 1995 et pour «incitation à la haine raciale».

Après les révélations de la RTBF sur cette chanson antisémite, Michel Delacroix a répondu par ceci : «Je ne me souviens pas de l’avoir chantée, même si j’en connais les paroles depuis des années». Le désormais ex-président néofrontiste a également déclaré : «Je ne suis pas sûr de (sa) véracité. J’en reconnais immédiatement le mauvais goût, mais s’il y a quelque chose de réel dedans, ce n’était en rien public». Cette vidéo «a dû être tournée en 2000 en Espagne. Ces documents proviennent d’un dossier relatif à mon divorce qui s’est mal terminé pour mon ex-épouse il y a quelques mois», selon Delacroix.

Pour lui, il s'agirait d'une «vengeance personnelle». Le responsable de la diffusion de cette sinistre vidéo serait, d'après Delacroix, Daniel Féret en personne, le président en congé du Front national «canal historique». Il faut savoir que les deux FN se livrent à une guerre particulièrement vicieuse depuis l'éclatement du parti en septembre 2007. Les plaintes et dénonciations se multiplient dans tous les sens depuis le clash frontiste.

Ce nouveau scandale secouant l'extrême droite francophone est une confirmation de plus que chez elle, le naturel revient toujours au galop. Comme l'a toujours démontré RésistanceS.be dans ses articles et enquêtes. FN : F comme Fasciste, N comme Nazi ?

Manuel Abramowicz


Milieu des années 1980, en Espagne, lors d'un rassemblement néonazi. En chemise noire, bras tendu, Patrick Sessler, l'actuel secrétaire général du nouveau Front national – Photo exclusive : L'Affront national – RésistanceS.be


Patrick Cocriamont, député fédéral et président ff du Front national «canal historique» (celui de Daniel Féret) prêtant serment en 1995 comme conseiller communal FN à Anderlecht, une commune populaire bruxelloise © Télébruxelles-RésistanceS.be

 


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 6 novembre 2008.

 

 

 

Enquête sur le Front national - chanson antisémite et Ordre noir
Un dossier de Manuel Abramowicz
Avec Nadia Geerts

 

Au sommaire de ce dossier :

Etat des lieux : l'extrême droite dans une voie sans issue ?

Chanson antisémite à la tête du «nouveau» FN

Delacroix... gammée ?

Portrait du Zwarte orde-Ordre noir (Zoon)

Fachos et pognon

Georges-Pierre Tonnelier et l'extrême droite : c’est fini

 


Sur le(s) Front national, lire
également sur RésistanceS.be :

Les liens du président Front national and C° avec un hitlérien...

Il y a deux Front national en Belgique

Etat des lieux de l'extrême droite francophone