[HOME] [INFO]

 


Information exclusive RésistanceS

Le Front national n’existe plus au Sénat !

 



Le FN (Front national) va-t-il bientôt être remplacé par le FN (Force nationale), le nouveau parti d’extrême droite ?

Présent depuis les élections législatives de 2003 au Sénat, le Front national vient de perdre ses deux sénateurs. Au fédéral, le parti d’extrême droite n’est donc plus réprésenté que par un député. Force nationale, dernière dissidence en date du FN, reste pour sa part présente au sein de la haute instance fédérale. Explications.


Depuis ce jeudi 26 mai 2005, le Front national de Daniel Féret n’a plus aucun représentant au Sénat. Fort d’un groupe politique constitué des sénateurs Francis Detraux et Michel Delacroix, la formation néofasciste quitte maintenant les bancs de la haute assemblée fédérale. En effet, depuis quelques mois le FN est divisé en deux clans. L’un conduit par le président-fondateur (et à vie !), Daniel Féret, l’autre par Francis Detraux. Ce dernier, avec les députés régionaux Paul Arku (Bruxelles, ex-Vlaams Blok) et Charles Pire (Liège, ex-Parti social chrétien), est le cofondateur de Force nationale (portant les même initiales, FN). Cette nouvelle dissidence vient désormais de provoquer la mise hors des murs du Sénat du Front national.

Le FN-bis reste au Sénat !
Effectivement, ce jeudi 23 mai, Francis Detraux a « transformé » le groupe FN (Front national) en groupe FN (Force nationale). Sous l’aval de Michel Delacroix, pourtant fidèle parmi les plus fidèles de Féret, resté muet lors de la prise de décision en pleine assemblée.

Daniel Féret est furax. Hors de lui. L’humiliation est totale chez les « férétistes ». D’autant plus que l’assistant parlementaire de Delacroix se nomme Patrick Sessler, également secrétaire général du « FN-canal historique » et compagnon de route de Daniel Féret.

Mais que se passe-t-il dans la « boutique Féret » ? Scissions multiples (plus de trente en 20 ans d’existence), coups tordus, complots internes, dépôt de plainte collective contre le président (notamment signée par l’un de ses ex-bras droits, Georges-Pierre Tonnelier), coups de poing en plein cœur du Sénat (il y a quelques jours, avec l’intervention de la Police militaire pour séparer les protagonistes)… Le FN est un vrai panier de crabes.

Demain un nouveau FN
Ces derniers épisodes démontrent, une fois encore, l’aspect totalement surréaliste de ce parti politique récoltant des résultats électoraux inquiétants (pour rappel plus de 17 % dans le canton de Charleroi au dernier scrutin), mais qui sur le plan structurel est véritablement fantomatique. Ce 25 mai, le FN a montré une nouvelle fois sa vraie nature.

Pour sa part, Force nationale vient de marquer un point décisif dans son souhait de faire disparaître définitivement le « FN férétiste » de la scène politique. Et de le remplacer en lui volant le leadership sur l’extrême droite. Force nationale, mieux organisée et ambitionnant de fonder un grand parti populiste d’ultra-droite, pourrait demain réussir son pari et faire perdurer, avec les mêmes initiales, le « vote protestataire ».

Manuel ABRAMOWICZ

 

Pour mieux comprendre le « cas FN »

Lire notamment sur RésistanceS


© RésistanceS – www.resistances.be - Bruxelles – Belgique – 26 mai 2005

 

 

 


REMARQUE REACTUALISATION du 31 novembre 2008 : Georges-Pierre Tonnelier n'est plus d'extrême droite CLIQUEZ

Comment fonctionne RésistanceS ?

RésistanceS ne fonctionne que grâce au travail militant de son équipe.

Ni payée par l’Etat ou sponsorisée par une entreprise privée ni invitée au Palais royal pour y recevoir les honneurs, elle continue coûte que coûte son but :
participer à la lutte contre l’extrême droite, ses organisations, ses idées et ses multiples influences dans notre société…

Vous aussi participez à ce combat !

Gratuitement vous bénéficiez du travail d’investigation de RésistanceS, participez dès maintenant à la poursuite de ce travail : versez un don financier pour soutenir l’équipe de RésistanceS.
N° de compte de RésistanceS :
310-1618732-82 avec la mention « Soutien 05/2005 à RésistanceS »
Dès à présent, nous vous remercions de votre soutien.