RésistanceS 27-09-2008

Nouvelles du Front... national, nouveau


Le meeting à Molenbeek du nouveau FN, annulé !


Le nouveau Front national vient de prendre la décision, ce jeudi soir, d’annuler son meeting prévu à Molenbeek, le samedi 4 octobre prochain. ResistanceS.be, le web-média de l’Observatoire belge de l’extrême droite, vous explique les raisons de cette décision. Avant le néo-FN !

 


Au milieu de la soirée du 25 septembre, grace à un «vent favorable», ResistanceS.be annonce en exclusivité l'annulation du meeting des néo-frontistes. Ce n'est que trois heures plus tard que ces derniers l'annonceront officiellement à leur tour sur leur site Internet.


Le nouveau Front national - présidé par le sénateur Michel Delacroix et dirigé par le député régional bruxellois Patrick Sessler - a décidé d’annuler son meeting prévu pour le samedi 4 octobre prochain à Molenbeek. Cette décision a été prise à la suite des diverses pressions exercées sur le propriétaire de la salle louée pour l’occasion.

L’annonce, durant les grandes vacances, de ce meeting du nouveau FN avait déjà fait beaucoup de bruit. Les autorités communales et les hautes instances de la police s’alarmèrent rapidement, craignant notamment des réactions violentes de la part de jeunes molenbeekois. Pour sa part, le Mouvement pour une alternative socialiste (MAS, un mouvement d’extrême gauche très actif dans la jeunesse) organisa très vite une mobilisation antifasciste pour s’opposer à la tenue de ce meeting néo-frontiste. De nombreuses affiches du MAS ont encore été récemment collées dans les rues de Molenbeek. La riposte, de type radical, commençait à s’organiser.


Des émeutes aussi à Molenbeek ?
La riposte anti-FN pouvait laisser penser que le 4 octobre prochain, la tension allait être à son maximum dans les rues de Molenbeek. Des scénarios catastrophes d’émeutes furent même évoqués par certains spécialistes du maintien de l’ordre. Spécialistes paniqués à l’idée d’un remake possible des émeutes, entre jeunes «blancs» et jeunes issus de l’immigration, qui secouèrent il y a quelques mois la commune voisine d’Anderlecht.

Mais ce sont surtout les nombreuses pressions exercées sur le propriétaire de la salle louée par la direction FN qui ont poussé cette dernière à annuler son meeting. Auparavant, une autre salle avait déjà été réservée, et suivant le même scénario, son propriétaire décida finalement d’annuler son contrat de location avec les néo-frontistes. C'est le quotidien Le Soir qui avait permis de connaître le premier lieu du meeting néo-frontiste molenbeekois. Aujourd’hui, le nouveau Front national se retrouve sans aucune salle, près d’une semaine avant son meeting. C’est pour cette raison que ses dirigeants ont décidé de l’annuler. Cependant, selon des informations reçues à la rédaction de ResistanceS.be, ils tiendront tout de même, dans la même commune et à la même date, une conférence de presse pour dénoncer la «répression» dont ils sont les victimes.


Le meeting du nouveau Front national à Molenbeek avait poussé le Mouvement pour une alternative socialiste (MAS) de mobiliser ses troupes. Le MAS, mouvement de la gauche révolutionnaire très actif chez les étudiants, en Flandre comme en Communauté française, est à la base de nombreuses et massives contre-manifestations antifascistes, comme ici dans les rues d'Anvers, le 11 mars 2004 © Photo : www.socialisme.be


Stratégie de la provocation
L’annulation de ce meeting ne doit pas, par contre, être considérée comme une victoire pour les antifascistes. En effet, l’objectif du nouveau Front national, en annonçant l’organisation d’un meeting dans cette commune bruxelloise des plus symboliques (populaire, constituée d’une importante communauté d’origine nord-africaine et dirigée par le président du Parti socialiste bruxellois), relevait aussi de la provocation.

L’objectif étant de susciter une réaction vive qui allait indéniablement permettre une couverture médiatique. Cette «stratégie de la provocation» aura dès lors permis au nouveau Front national de faire parler de lui. Si son meeting est maintenant annulé, le plan média des néo-frontistes aura néanmoins réussi.

Manuel Abramowicz

© RésistanceS l web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite l www.resistances.be l info@resistances.be l Article mis en ligne le 27 septembre 2008 l 21 h 36 l Bruxelles l Belgium


 


L'affiche du MAS contre le meeting du nouveau FN. Aujourd'hui annulé...


Sur le nouveau Front national, lire sur RésistanceS

Il y a deux Front national en Belgique



Consultez gratuitement les derniers dossiers, enquêtes et articles de RésistanceS.be :

RésistanceS.be : débat et exposition sur le nationalisme d'extrême droite

Italie: l'autoritarisme en marche ?

Les liens du président Front national and C° avec un hitlérien... l

«Rivarol» : le journal des «révisionnistes» ?

Nation et le «révisionnisme»

Il y a deux Front national en Belgique

Le Vlaams Belang cultive ses racines nazies ?

L'escroquerie pseudo rebelle de l'extrême droite

Belgique & Chrétienté : une association illégale ?

Les libéraux schaerbeekois liés à l'extrême droite turque ?

Création d'un mouvement politico-ethno-identitaire panafricain à Bruxelles

Actions devant les tribunaux contre l'extrême droite

Mai 68 : l'inhibition de l'extrême droite


Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008 et jusqu'aux élections de juin 2009, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs d'extrême droite.

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


L'extrême droite en Flandre ?

Vous souhaitez plus d'informations sur le Vlaams Belang et les organisations d'extrême droite flamandes, consultez alors nos articles en français sur notre site, mais également les sites et blog des antifascistes flamands :


Site avec des articles d'analyse et d'actualité sur l'extrême droite en général, sur celle active en Flandre en particulier.



Blog actualisé quasi quotidiennement de l'Antifascistische front (AFF), organisation militante active à Anvers et dans d'autres villes flamandes depuis la fin des années 1970, animé par le responsable de notre rédaction en Région flamande, Wim Haelsterman.


Ce site n'est plus actualisé depuis la fin de l'année 2007, mais il est toujours en ligne. Vous y retrouverez une excellente « banque d'informations détaillées » sur l'extrême droite du Nord du pays. Avec en plus de superbes visuels antifascistes. Pour tout comprendre sur l'histoire du mouvement nationaliste d'ultra droite en Flandre, consultez donc Blocwatch.




Comité de soutien de RésistanceS


Pour bénéficier de nos services: que faire?

Soutenez vous aussi RésistanceS...

Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.


Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « 13-09-2008 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !

Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI

 

Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite
© asbl RésistanceS 2008