RésistanceS.be 23-06-2009

Après leur défaite électorale : l'unité des clans frontistes ?


Le Front national
organise sa survie politique


Ce lundi 22 juin, deux dirigeants de clans frontistes rivaux se sont rencontrés à Charleroi. Dans le but d'élaborer un scénario visant à maintenir, après sa défaite le 7 juin dernier, le «label» Front national sur la scène politique. Et de pouvoir bénéficier à nouveau de la dotation financière publique. Ce qui lui permettra de se présenter aux prochaines élections législatives de 2011. RésistanceS.be dévoile la teneur de cette réunion secrète entre ces représentants de ces clans frontistes frères-ennemis. Clans qui pourraient se réunifier au sein d’un Front national unitaire.


Affiches électorales, pour les élections communales de 2006 et législatives de 2007, de deux frères-ennemis frontistes qui désormais préconisent l’unité afin de survivre politiquement ensemble en 2011– Doc. : Archives RésistanceS.be


Le 7 juin dernier, l'extrême droite électorale a subi une terrible défaite. Le Front national, représenté par trois clans rivaux, n'est désormais plus présent dans les parlements régionaux et communautaires. Ce qui représente un recul considérable pour un parti qui avait réussi, depuis sa création en 1985, d'avoir des élus politiques à tous les niveaux.

Aujourd'hui, divisés en trois clans rivaux, les frontistes n'ont plus au total qu'un député fédéral, Patrick Cocriamont du «FN-canal historique» (celui de Daniel Féret, le président-fondateur du parti), et un sénateur, Michel Delacroix du «FN-rénové» (dirigé par Patrick Sessler). Il subsiste également encore quelques représentants provinciaux et communaux, élus en 2006 lorsque le FN était unitaire.


Stratégie pour survivre
Depuis le «Waterloo électoral» du 7 juin dernier, certains frontistes ont établi plusieurs stratégies dans le but de pouvoir être présents aux prochaines élections législatives, en 2011, ou avant si des élections anticipées devaient avoir lieu.

Ainsi ce lundi 22 juin, en marge du conseil communal de Charleroi, les conseillers communaux frontistes Jean-Pierre Borbouse (FN-rénové) et Patrick Cocriamont (FN-canal historique) se sont retrouvés pour discuter de leur avenir politique commun.

Borbouse, qui vient de perdre son siège de député au Parlement wallon, a fait une proposition concrète à Cocriamont : mettre sur pied une nouvelle association de financement dans le but de pouvoir bénéficier de la dotation publique fédérale. «Parce que sans pognon, on ne sait pas faire de politique», selon l'analyse (juste) d'un des protagonistes. Avec l'argent public, les frontistes comptent effectivement se remettre en ordre de bataille.

Pour pouvoir dealer cette proposition, l'élu du FN-rénové a avancé le scénario suivant : aux élections législatives, Michel Delacroix ne se présenterait plus et serait remplacé en tête de la liste FN pour le Sénat par Patrick Sessler. Patrick Cocriamont prendrait pour sa part la tête de la liste déposée dans le Hainaut pour la Chambre. Ainsi, il pourrait éventuellement garantir sa réélection au Parlement fédéral. Ce «montage» permettrait aux clans frontistes de survivre sur la scène politique, voire même carrément dynamiser une renaissance du FN lors du prochain scrutin.

Les derniers piliers FN : toujours hyperactifs
Jean-Pierre Borbouse a affirmé qu'il avait l'aval de Michel Delacroix pour passer cet accord. Ce qui fut confirmé par un appel téléphonique donné au sénateur frontiste. Cependant, selon d'autres informations, Patrick Sessler, secrétaire général et vice-président du FN-rénové, dit ne pas être au courant de se rapprochement entre ces deux frères-ennemis. De plus, Sessler quant à lui évoque, après avoir analysé les raisons de la débâcle électorale subie par le FN, l'hypothèse de recréer un nouveau parti, sous un autre nom, parce que le nom «Front national» serait désormais complètement discrédité auprès de l'électorat.

De leur côté, le clan frontiste «national-libéral populiste», conduit par les députés régionaux wallons sortants Charles Pire (originaire de l'ex-Parti social chrétien) et Charles Petitjean (ancien membre de la direction du Parti réformateur libéral), ambitionne de fonder une «Fédération des Nationalistes de Wallonie», dont la mission, au combien compliquée, serait de «regrouper les personnes et organisations nationalistes et populistes de Wallonie» (sic).

Royalement défaits le 7 juin dernier aux élections régionales et européennes, les derniers piliers du Front national en Belgique restent cependant toujours hyperactifs, comme nous pouvons le constater. Les frontistes purs et durs espèrent pouvoir renaître à nouveau en s'arc-boutant sur les retombées de la crise économique, les prochains déçus de la politique et sur certains de leurs bastions qui ont résisté à la décroissance électorale généralisée du FN. A Charleroi, par exemple, l'extrême droite avoisine toujours un score autour des dix pourcents. L'espoir fait vivre. Même chez les frontistes défaits.

Manuel Abramowicz



Anciens de l’extrême droite : contactez-nous !

Vous avez jadis ou récemment encore milité dans une organisation, un groupe ou un parti d’extrême droite. Vous n’en êtes plus membre parce que vous avez changé d’opinion.

Vous souhaitez à votre tour lutter contre l’extrême droite qui a abusé de votre naïveté, de votre jeunesse.

RésistanceS.be peut vous y aider !

• Si vous voulez témoigner de votre expérience au sein de l’extrême droite
• Si vous voulez vous adresser à ceux qui y sont restés pour leur dire de la quitter au plus tôt
• Si vous avez gardé de la documentation (tracts, journaux, photos, documents variés…) de l’organisation ou parti d’extrême droite dans lequel vous militiez, alors :

CONTACTEZ-NOUS !

Votre anonymat sera entièrement garanti.

info@resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !


© Affiche de RésistanceS – 2008-2009

 

© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 23 juin 2009.

 

 

Nota bene - Ce dossier a été ouvert le 8 avril 2009 par RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite. Il sera régulièrement réactualisé.

Déjà au sommaire de ce dossier :

Le Front national organise sa survie politique

L'extrême droite électorale en décroissance généralisée

Extrême droite: qui sera présent le 7 juin prochain?

«Wallonie d'abord !» , l'extrême droite régionaliste aux élections de 2009

Les enjeux des élections 2009

Etat des lieux de l'extrême droite francophone pré-élections

Le FN anti-Féret, désormais le seul Front national


Sur RésistanceS.be, les derniers articles

Sur le Vlaams Belang

Un haut dirigeant du Vlaams Belang condamné pour négationnisme

Le Vlaams Belang cultive ses racines nazies

Un Vlaams Belang biographe relativiste d'Adolf Hitler

Le Vlaams Belang en voie d'implosion

Conflits au Vlaams Belang : zizanie sous chape de plomb

 


Sur les «Front national»

FN «rénové»... dégraissé ?

L'extrême droite dans une voie sans issue ?

Révoltes des jeunes : le FN préconise toujours la manière forte

Daniel Féret, bientôt réfugié politique en Russie ?

Il y a deux Front national en Belgique



Consultez les autres «dossiers élections» de RésistanceS.be

 

 


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI


Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008