RésistanceS.be 23-04-2010

Négation du passé franquiste en Espagne


Le comble du cynisme


En Espagne, les partisans du franquisme – d'extrême droite et de la droite populaire – veulent empêcher le rappel du passé. L'histoire sombre de la dictature du général Franco (1939-1975) doit restée à tout jamais sous une chape de plomb. Un article d'Isabelle Alonso, chroniqueuse politiques française, dénonce cette situation. Il est republié sur le site de RésistanceS.be avec son autorisation.

 


Adolf Hitler et le général Franco : un passé tabouisé en Espagne, par les franquistes de la droite populaire et d'extrême droite.


«Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde.» (Bertolt Brecht).

Le franquisme n'est pas mort. Il n'est pas enterré. Il bouge encore, et pas qu'un peu. Protégée par la loi, la bête immonde veille. Un groupe d'extrême droite vient de porter plainte contre le juge d'instruction espagnol Baltasar Garzon. Il accuse le célèbre magistrat d'avoir outrepassé ses compétences en enquêtant sur 114.000 disparus de la guerre d'Espagne (1936-1939) et de la dictature franquiste (1939-1975), malgré une loi d'amnistie générale. Aux lendemains de la mort de Franco, en 1975, on appela «transition démocratique» l'acceptation par le camp des vaincus de fermer les yeux, temporairement, sur les crimes franquistes, tant le chemin vers la démocratie semblait fragile et plein d'embûches. L'extrême droite restait arrogante et détenait encore tous les rouages essentiels de la société.


Crimes contre l'humanité
En 1940, au début de la dictature, une loi dite de «auxilio a la rebelion» (aide à la rébellion) permit de poursuivre à titre rétroactif les citoyens espagnols qui étaient restés fidèles aux lois et aux principes constitutionnels de la République. Des jugements sommaires jamais annulés firent emprisonner, exécuter ou disparaître des centaines de milliers d'Espagnols.

Aujourd'hui, en Espagne, les exactions de la dictature franquiste restent injugées, impunies et inconnues des jeunes générations. Et c'est le juge Garzon qui se retrouve poursuivi pour avoir tenté de les faire juger en tant que crimes contre l'humanité (imprescriptibles) et de faire ouvrir les fosses communes où gisent les disparus.


Aucun regret
Aujourd'hui, la droite espagnole, au nom de ces mêmes principes qu'elle a écrasés, passe son temps à harceler le gouvernement démocratiquement élu et à fustiger ceux qu'elle accuse de ne «penser qu'au passé». Elle ne regrette rien, ne s'excuse de rien. Si elle avait deux sous de décence, mais c'est à l'évidence trop lui demander, elle passerait les prochaines décennies à se taire, au moins jusqu'à ce que les fosses communes aient été ouvertes et la mémoire des victimes réhabilitée.

Isabelle Alonso

[Article publié une première fois dans l'hebdomadaire français Siné Hebdo, n?‹84, du 14 avril 2010. Republié le 23 avril 2010, avec l'autorisation de son auteure et de Siné Hebdo, sur le site RésistanceS.be, de l'Observatoire belge de l'extrême droite].

 



Pour lire l'article dans sa publication originale cliquez sur l'image ci-dessus pour l'agrandir.

 

 


Un dirigeant de l'extrême droite espagnole lors d'une récente manifestation nostalgique.



A lire encore sur RésistanceS.be


Messe pour Franco et sermon pro-Degrelle chez les lefebvristes



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2010 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI



Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2010