[HOME][LES INFOS][LA REVUE]

Dans les coulisses de l'extrême droite francophone

Un leader du Bloc Wallon condamné pour racisme

Après Francis Dossogne (l'ex-dirigeant du Front de la jeunesse), Hubert Defourny (le "Fondateur" du groupuscule REF) et bien d'autres, Jean-Louis Galère, un ancien du parti AGIR, ex-Front national et depuis avril 2000 pilier liégeois du Bloc Wallon, vient d'être condamné à son tour par la justice pour des propos racistes tenus lors d'une séance du Conseil de l'aide sociale du CPAS de Liège.

Le tribunal correctionnel de Liège a condamné, le vendredi 23 février 2001, Jean-Louis Galère (49 ans), ancien représentant du parti nationaliste wallon AGIR au Conseil de l'Aide sociale du CPAS de Liège, à trois mois de prison avec sursis pour propos racistes et xénophobes. Lors d'une séance du Conseil de l'Aide sociale, Jean-Louis Galère avait voté contre la candidature au poste de receveur d'une personne dont le nom était de " consonance étrangère ". L'élu d'extrême droite a tenté de minimiser les faits mais de nombreux témoignages ont confirmé la constance de son attitude à l'égard des candidats d'origine étrangère, depuis 1995. Le tribunal a donc déclaré les faits établis.

AGIR, FN, BW...
Ce nouveau hors-la-loi raciste est un activiste d'extrême droite de longue date. En effet, Jean-Louis Galère s'était présenté en dixième position sur la liste liégeoise déposée par AGIR aux élections communales du 9 octobre 1994. Il était alors garagiste et sera élu au Conseil de l'Aide sociale. Avec d'autres d'AGIR, il passa ensuite au Front national (FN) du docteur Daniel Féret. En juin 1999, il figurera en bonne place sur la liste liégeoise du FN pour les élections régionales et également sur celle déposée pour les élections législatives. Il obtiendra respectivement 349 et 288 voix de préférence.

En avril 2000, il participa à la création du Bloc Wallon (BW), un cartel électoral regroupant des dissidents du Front national, du Front nouveau de Belgique et des anciens d'AGIR. Présent aux dernières élections communales et provinciales, en octobre 2000, les listes du BW prirent une gifle électorale mémorable. Jean-Louis Galère est membre de la branche liégeoise de ce "bloc" dirigée par un autre hors-la-loi raciste, Hubert Defourny, ex-gendarme, ex-vice-président d'AGIR, ex-président de la section de Verviers d'AGIR, fondateur-président à vie du groupuscule nostalgique REF et ancien de la direction du Front nouveau de Belgique, une dissidence nationale-catholique et libérale du Front national de Daniel Féret.

Tolérance zéro

En octobre 2000, dans le numéro de lancement du journal du Bloc Wallon, " Bloc-notes ", Jean-Louis Galère développait l'engagement de cette nouvelle structure d'extrême droite pour lutter contre la criminalité. Galère écrivait alors : " désormais, les rues sont aux mains des voyous et les politiciens n'ont plus de solutions pour enrayer le fléau. Le Bloc Wallon, lui, a les siennes en réserve ! ". Il préconisait alors une politique uniquement répressive sur une base de " Tolérance zéro ". Une tolérance zéro également appliqué aux racistes !

 

SH et PC
RésistanceS - 26 février 2001

 

[HOME][LES INFOS][LA REVUE]