RésistanceS.be 28-06-2012

L'extrême droite cible le journal RésistanceS.be


Les journalistes d'investigation et l'information sur l'extrême droite menacés ?

 



Comme le journaliste allemand Günter Wallraff (ici sur cette photo), l'auteur d'une inédite enquête journalistique sur l'exploitation des travailleurs immigrés en Allemagne, le journal RésistanceS.be - pour briser les mensonges de l'extrême droite – a aussi utilisé la méthode d'investigation «undercover». Une méthode acceptée par les organismes professionnels représentatifs de la profession de journaliste - Photo : kress.de.


Suite à une enquête «undercover», deux membres de la rédaction du journal RésistanceS.be viennent d'être renvoyés en correctionnelle par la Chambre du Conseil de Bruxelles, suite à une plainte déposée contre eux par un dirigeant du Front national belge (parti d'extrême droite aujourd'hui interdit dans notre pays par Marine Le Pen !). Renvoi des plus étonnants, d'autant plus que le Parquet de Bruxelles avait demandé un non-lieu en faveur de RésistanceS.be !

Nullement abattus par les actions de l'extrême droite contre nous, nous poursuivrons notre combat d'information - entamé il y a maintenant plus de 15 ans - pour toujours démontrer la vraie nature idéologique des partis, des mouvements anti-démocratiques et de leurs dirigeants. Ci-dessous, vous trouverez le communiqué de presse de Me Laurent Arnauts, l'avocat de RésistanceS.be, au sujet de ce dossier judiciaire.


« En date du 26 juin 2012, la Chambre du Conseil du Tribunal de Première Instance de Bruxelles a rendu une ordonnance étonnante dans une affaire qui oppose un activiste au sein de diverses mouvances de l’extrême droite belge, M. Georges-Pierre Tonnelier, aux journalistes de RésistanceS.be, un journal en ligne édité par l’asbl du même nom. Cette dernière a pour objet d’étudier et de combattre l’influence des mouvements d’extrême droite et constitue donc par ailleurs un média, reconnu et repris régulièrement par les autres médias belges et internationaux.



Journalisme d'investigation «undercover»
RésistanceS.be avait en effet, dans le cadre d’une recherche journalistique à caractère scientifique sur les méthodes de recrutement sur Internet de ces mouvements, mis en ligne en 2009 un profil Facebook imaginaire, aux sympathies d’extrême droite affichées. Le but de l’étude était de voir dans quelle mesure les mouvements étudiés se mettraient activement en contact avec ce type de profil en vue de le recruter, et à quelles fins. La méthode utilisée était celle du journalisme d'investigation «undercover», reconnue et acceptée par les organismes professionnels journalistiques du monde entier.

Parmi les personnes s’étant mises en contact avec ce profil (de façon totalement volontaire) : Georges-Pierre Tonnelier. Celui-ci présentait la particularité qu’il avait antérieurement réclamé, notamment dans les publications en ligne de l’asbl RésistanceS, un «droit à l’oubli» de ce qu’il disait être son «passé» de dirigeant du Front National (ou de ses multiples avatars). En effet :

  • il a été l'un des responsables de ce parti d'extrême droite dès les années 1990 : responsable communal et jeunes, candidat à diverses élections, collaborateur de parlementaires d'extrême droite, dont Marguerite Bastien, cofondateur du comité belge de soutien à Jean-Marie Le Pen, webmaster… ;
  • il est toujours sous le coup d’une condamnation à 7 ans d’inéligibilité pour faits de racisme (NDLR : suite à une plainte déposée par le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, organisme public dépendant directement du gouvernement fédéral : voir lien ci-dessous).

Or dans le cadre de ses contacts avec le profil imaginaire, non seulement M Tonnelier s’est-il montré prosélyte, mais surtout s’est-il présenté comme participant de l’équipe dirigeante du Front National, et ce à des fins de recrutement. Ceci confirmait déjà d’autres informations recueillies par RésistanceS.be, selon lesquelles M Tonnelier était en réalité resté au cœur de la mouvance FN :

  • en tant que témoin officiel en vue du dépôt de listes électorales du FN pour les dernières élections législatives ;
  • en tant que webmaster du site du FN ;
  • en tant que membre-fondateur de l’asbl Financement du Front national (fondée en 2011).

 


Pour le Parquet : non lieu !
Il était donc clair que M Tonnelier tentait de manipuler le public avec son exigence de «droit à l’oubli», dès lors qu’il restait en réalité actif comme l'un des responsables au sein de l’extrême droite belge, ce qui était son droit le plus strict mais constituait également une information que RésistanceS.be a jugé utile de publier.

La Chambre du Conseil, sur plainte avec constitution de partie civile de M Tonnelier, a cependant estimé dans son ordonnance précitée que la méthode d’investigation du journal RésistanceS.be (édité par l'asbl du même nom) pouvait constituer des infractions, et qu’il appartenait au tribunal correctionnel de se prononcer sur la question.

Pour sa part, le Parquet de Bruxelles avait demandé un non lieu en faveur de RésistanceS.be !

Résultats
Cette décision ne manquera pas d’intéresser :

  • les chercheurs et les journalistes, ou tous ceux qui de façon générale font usage de la liberté de la presse et de la recherche scientifique ;
  • et les simples citoyens qui utilisent sur internet un pseudonyme et/ou publient sur leur profil des informations inexactes les concernant (et ce, même s’il n’y a pas but de nuire).

 

Me Laurent Arnauts, conseil de Résistances.be, étudie actuellement la possibilité d’un appel à l’encontre de cette ordonnance, étant entendu que l’appel n’est possible que pour des motifs formels et limitatifs et que vraisemblablement ces questions devront être tranchées par la juridiction de jugement au fond.»

(communiqué de presse de Me Laurent Arnauts, avocat de Résistance.be. Sous-titres : rédaction).

 


PLUS D'INFOS ?

Sur Georges-Pierre Tonnelier, lire également sur RésistanceS.be notre article :

  • Pas de conflit personnel, mais liberté de la presse



Et sur le site du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, organisme public dépendant directement du gouvernement fédéral :

  • Daniel Féret condamné pour racisme

Sur le journalisme d'investigation «undercover», méthode acceptée et autorisée par l'Association des journalistes professionnels (AJP), l'organisme représentatif en Belgique de la profession de journaliste :

  • Agir masqué, dans l'intérêt public



Soutenez vous aussi RésistanceS.be !

Web-journal gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons. Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

D'avance un grand merci de la part de toute l'équipe de RésistanceS.be

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 28 juin 2012.

 

 

 



© asbl RésistanceS.be

NOUVEAU (07/07/2012) Mauvaise nouvelle pour l'extrême droite et ses «nouveau» amis politiques : RésistanceS.be repasse à l'offensive ! Me Arnauts interjette appel.


Victoires de RésistanceS.be devant la Justice


Le journal RésistanceS.be est détesté par l’extrême droite. C’est normal, nous l'empêchons de « frontiser et de fasciser » en rond… Grâce à notre action d’information en direction du grand public et des médias, via nos enquêtes de journalisme d’investigation, nous dévoilons, depuis notre création en 1997, le vrai visage de l’extrême droite. C’est pour cette raison que certains tentent d’entraver notre action.


Plusieurs plaintes ont ainsi déjà été déposées contre RésistanceS.be, des membres de son équipe de rédaction et son asbl éditrice par un ex-député fédéral du Front national belge (FN), un conseiller communal du Vlaams Belang… Toutes ces plaintes furent ensuite classées sans suite par le Parquet. Nous avons aussi été menacés de procès de la part de l'ancien président du FN, d'autres responsables d'extrême droite et d’un prédicateur d’un groupe sectaire religieux.

RésistanceS.be a dû faire face à l’ouverture de deux procès. Procès suite à des plaintes déposées par un dirigeant d'un parti néorexiste et par une association intégriste catholique d'extrême droite. Devant la Justice de notre pays, c'est pour finir RésistanceS.be qui gagnera le premier procès en première instance (et en Appel), ainsi que le second dès la première instance. Sur la base de nos solides conclusions de défense et la reconnaissance de nos preuves irréfutables pour justifier nos informations publiées, l'asbl catholique intégriste n'ira même pas en Appel du jugement…

 

 

Au sujet de cette victoire de RésistanceS.be devant les tribunaux, lire sur notre site :

 

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011