RésistanceS.be 6-6-2012

Introduction de ce nouveau dossier de RésistanceS.be


La Grèce, l'aube dorée de l'extrême droite ?


Les élections législatives anticipées grecque, d’il y a tout juste un mois, ont vu la cinglante défaite de la classe politique traditionnelle, la gauche radicale anti-libérale quant à elle en est sortie victorieuse (avec près de 17 %) en devenant la deuxième force politique du pays ! Ce scrutin a encore vu surgir des urnes, comme un mauvais cauchemar, les néonazis. Leur formation, l'Aube dorée, y a récolté 6,9 %.

 

RésistanceS.be vous propose un dossier complet pour comprendre le succès actuel de l'extrême droite, dans une Grèce ébranlée par une crise politique, économique et sociale historique et dont l'enjeu pourrait déboucher sur une «situation révolutionnaire» (sic), selon certains.

Par Manuel ABRAMOWICZ

 


Trois différentes couvertures du journal du parti d'extrême droite grec l'Aube dorée. Ses références idéologiques sont évidentes.


Dans son dossier, RésistanceS.be affirme que le succès de l'Aube dorée est (aussi) le résultat d'une politique européenne ultralibérale aux accents inégalitaires. Ce mouvement néonazi (apparu en 1981) se présente comme un rempart aux «diktats de Bruxelles» et une alternative à la droite radicale «traditionnelle». C'est la recette de son succès.

Ce mouvement d'extrême droite est-il réellement néonazi, comme la grande presse l'a si vite qualifié ? En faisant son portrait, RésistanceS.be le démontre également. L'Aube dorée prône ouvertement une Grèce raciale, établie sur ses frontières antiques (!) avec pour référence, un système nazi à la grecque. Ce qui n'a pas empêché de nombreux officiers de police de voter le 6 mai dernier pour lui.


Auxiliaires du système
Pour comprendre cette émergence sur la scène politique, RésistanceS.be vous propose un retour dans l'histoire de l'extrême droite hellénique, de la dictature des colonels (1967-1974) à nos jours. Un constat : les mouvements nationalistes de type fasciste, antisémite (avec le soutien d'une bonne partie de l'Église orthodoxe !) et pan-hellénique ont été nombreux et très actifs. De diverses manières : militaire, étatique, politique... Et se sont souvent conduits comme des «auxiliaires du système».

Avec cette entrée historique de néonazis au Parlement grec, un tour d'Europe s’imposait pour y observer l'accueil que lui ont réservé leurs «camarades européens». Si le Front national de Marine Le Pen refuse tous liens avec l'Aube dorée (ce qui ne fut pas le cas, il y a encore quelques années), les extrêmes droites radicales française, allemande, hollande, espagnole, italienne, polonaise... considèrent son succès comme un exemple à suivre. La Grèce deviendra-t-elle à nouveau un Eldorado pour tous les nationalistes purs et durs du continent, comme jadis entre 1967 et 1974 ?


Attention particulière
Nous terminons ce dossier par un cri de colère de l'écrivain grec Giorgos Giannopoulos. Installé à Salonique, ce dernier y dirige la revue culturelle Eneken. Il est aussi le correspondant en Grèce de RésistanceS.be.

Le 17 juin prochain, de nouvelles élections législatives sont convoquées. L'actualité politique de ce pays européen sera suivi sur RésistanceS.be avec une attention particulière.

 
Manuel ABRAMOWICZ

 



LA GAUCHE RADICALE... va-t-elle prendre le pouvoir en Grèce ? Article du quotidien belge Le Soir du 13 mars dernier en prévision des élections législatives anticipées. Le 6 mai suivant, Syriza, la coalition de la gauche radicale (anticapitaliste), est devenue la deuxième force politique grecque (avec 16,7 %), après les conservateurs de la Néa Dimokratía  (18,8 %), mais bien devant les sociaux-démocrates du Panellínio Sosialistikó Kínima (Pasok, 13,1 %). Loin derrière Syriza, l'Aube dorée est apparu (6,9 %).
Lors des nouvelles élections législatives du 17 juin prochain, selon les derniers sondages, la gauche radicale hellénique passerait à plus de 26 % et le parti néonazi tomberait pour sa part à 4,7 %.

   

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 6 juin 2012.

 

 

 

NOUVEAU Assassinat du chanteur antifasciste Pavlos Fyssas et arrestation du chef des néonazis d'Aube dorée :
La Grèce est-elle au bord de la guerre civile ?


Sommaire de ce dossier de RésistanceS.be

 

Sources :

  • Notre partenaire grec, la revue culturelle Eneke
  • Grèce : l'extrême droite participe à l'union nationale, article du quotidien Le Figaro du 11 novembre 2011
  • Dossier néonazisme, livre de Patrice Chairoff, éditions Ramsay, Paris, 1977.
  • L'Europe de l'extrême droite de 1945 à nos jours, Anne-Marie Duranton-Crabol, éditions Complexe, Bruxelles, 1991.
  • Les extrémismes de l'Atlantique à l'Oural, rapport 1996 du Centre européen de recherche et d'action sur le racisme et l'antisémitisme (CERA), coordonné par Jean-Yves Camus, éditions de l'Aube, Paris, 1996.
  • Les extrémismes en Europe, rapport 1997 du CERA, coordonné par Jean-Yves Camus, éditions de l'Aube (édition française) et Luc Pire (pour l'édition belge), Paris, Bruxelles, 1997.
  • Les extrémismes en Europe – Etat des lieux 1998, rapport 1998 du CERA, coordonné par Jean-Yves Camus, éditions de l'Aube (édition française) et Luc Pire (pour l'édition belge),  Paris, Bruxelles, 1998.
  • Europe politique.eu, site d'informations sur la situation politique en Europe réalisé par Laurent de Boissieu, journaliste politique. Consulté en mai 2012




Lire aussi les articles de RésistanceS.be sur l'extrême droite turque



TOUJOURS sur RésistanceS.be :

La «Vlaams belanguisation» de la N-VA...


 

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011