RésistanceS.be 16-05-2011

Étude préoccupante sur l'antisémitisme chez une partie de la jeunesse de confession musulmane


Un urgent besoin de laïcité


Suite à la publication de l'étude universitaire «Jong in Brussel» de l'Université flamande libre de Bruxelles (VUB), démontrant que la moitié des élèves bruxellois musulmans sont antisémites, RésistanceS.be a demandé à Galaad Wilgos de s'exprimer à son sujet. Ce jeune blogueur est un militant laïque et républicain belge qui était déjà intervenu sur Facebook à propos de l'étude de la VUB, en y exprimant un propos mesuré et en avançant des solutions sérieuses pour combattre le racisme anti-juifs et celui contre les maghrébins, notamment (M.AZ).

 

Illustration

Y-a-t-il un lien entre le cléricalisme chrétien d'antan et le cléricalisme musulman actuel  ? Galaad Wilgos le pense. C'est pour cette raison qu'il a choisie cette illustration pour accompagner son présent texte.



La chose est dite. Une récente étude intitulée «Jong in Brussel» de la plate-forme Onderzoek Jeug a décelé un taux d’antisémitisme préoccupant au sein de la jeunesse de confession musulmane. Si l’on n’a pas encore plus de détails à propos de la façon dont a été menée l’étude, force est de constater que cette proportion, si elle se révèle proche de la réalité, est pour le moins inquiétante. Néanmoins, cette étude, aussi alarmante qu’elle puisse être, doit être analysée de manière froide et lucide, afin de déboucher sur une solution politique nécessaire et ne pas laisser ces résultats aux aléas xénophobes d’une droite extrême particulièrement avide de ce genre d’informations. Elle ne doit en effet ni justifier le racisme, ni la xénophobie, ni la haine de l’immigré. Certes, nous pouvons nous attendre à une instrumentalisation d’une poignée d’idiots en mal de haine contre l’autre, nous pouvons être sûrs que les populistes iront porter cela en étendard de leur lutte fasciste contre les musulmans et les immigrés, mais cela ne doit pas empêcher de réfléchir aux conséquences de cette possible découverte.


Attention aux amalgames
Tout d’abord, précisons une chose : non seulement les musulmans n’ont pas à être amalgamés à une quelconque ethnie ou origine présupposée (Maghrébins, Marocains, Arabes, etc…) tout simplement parce que l’Islam n’est ni une race ni une ethnie, mais en outre, et c’est là que repose le nœud du problème, ce problème doit absolument être traité sous l’angle national et non sur une base stigmatisante pour les immigrés. En effet, cette jeunesse désemparée est avant toute chose une jeunesse belge, elle doit donc être traitée de la même manière que n’importe quel autre belge. Evitons donc les amalgames boiteux entre musulmans et immigrés, et même si cela part d’une bonne intention (dont l’Enfer est pavé), ne considérons donc pas une telle discussion comme forcément xénophobe : l’Islam fait partie de la Belgique autant que le Christianisme ou le Judaïsme.

C’est à partir d’un tel constat laïque et républicain que l’on peut sainement parler de ce problème et en ressortir avec des solutions qui valent pour tous et non pour une partie de la population. L’idéal républicain veut en effet qu’à partir de situations concrètes, particulières, l’on en ressorte avec des solutions universalistes, ne pointant donc pas du doigt une certaine partie de la population ou une autre. Dans la situation qui nous intéresse, un tel idéal considéré comme désuet pour certains se révèle d’une surprenante modernité.

J’ai de la chance à ce niveau-là d’être athée et d’avoir de ce fait une méfiance universelle envers toutes les religions, ce qui m’incite à crier haut et fort : de grâce, ne considérez pas les citoyens de confession musulmane comme des étrangers à notre patrie belge ! Rappelons-nous qu’il fut un temps où l’antisémitisme se retrouvait chez la jeunesse catholique jusqu’aux os ! Souvenons-nous qu’en Amérique, le même antisémitisme se retrouvait (et y existe encore de manière plus diffuse) chez ce que l’on avait coutume d’appeler les WASP (White, Anglo-Saxon, Protestant) ! Si les laïques français et belges (croyants ou non) durent lutter durement pour arracher les élèves de l’obscurantisme chrétien, qui tenait absolument à garder son emprise sur leur cerveau, les laïques d’aujourd’hui ne doivent absolument pas montrer plus de bienveillance envers l’obscurantisme d’une autre religion.


L’école publique pour lutter contre les racismes
J’en viens donc aux solutions que je préconise : je ne vois en effet pas d’autres solutions à proposer pour contrer un projet politique droitiste qui, lui, ne ferait probablement pas dans la dentelle contre les immigrés et les personnes soi-disant issues de l’immigration (et qui sont pourtant Belges depuis plusieurs générations).

Premièrement, plus de laïcité. Il faut en effet que cet idéal refasse surface dans la gauche (1). La Belgique n’étant pas laïque, elle est bien plus vulnérable au cléricalisme que d’autres pays comme la France. Commençons par dire que la laïcité n’est ni l’athéisme ni la haine du religieux, contrairement aux caricatures que certains en font, il s’agit de la pure application du célèbre triptyque républicain liberté, égalité et fraternité. Égalité des options spirituelles devant la puissance publique (celle-ci ne reconnaissant, ne finançant et ne subventionnant AUCUNE spiritualité, religieuse, agnostique ou athée, elle permet de mettre sur un même socle d’égalité l’infinité des options spirituelles), liberté de conscience forgée par l’école publique qui permet à l’enfant de se former un esprit critique, « afin que le moment venu il puisse se passer de maître » (Jacques Muglioni), et fraternité par l’universalité de destination du financement de la puissance publique (ce qui implique des services publics forts, qui profitent à tous).

Deuxièmement, à partir de ce postulat de base sur la laïcité, il convient d’en faire bénéficier l’institution qui forme la conscience de la jeunesse : l’école publique. Celle-ci doit non seulement être privilégiée par le financement scolaire de l'État, car l’école du peuple doit avoir les moyens pour l’instruire, mais elle doit aussi être laïque, et donc arrêter de dispenser des cours de religions qui ne font qu’avaliser les divisions qui peuvent exister dans la société civile, lui substituant de préférence un cours de citoyenneté qui rassemble au-delà des différences, au bénéfice d'un vivre-ensemble de plus en plus mis à mal.

Troisièmement, et cela fera sans doute débat, l’expulsion des imams étrangers prêchant la haine mérite au moins réflexion. L’histoire nous montre que ce genre de mesure radicale fut nécessaire pour contrer les velléités d’un clergé opposé aux valeurs progressistes : en aout 1792 l’on dut par exemple décréter le bannissement des prêtres réfractaires au serment dit de liberté et d’égalité. Tout cela nous prouve bien que ce ne sont ni les croyants, ni les religions qui sont à viser de façon particulière, mais bien les dérives intégristes de ces religions généralement portées par des clercs avides de pouvoir.

L’école doit rester la pierre angulaire de notre société. L’idéal porté par les Lumières voulait que, selon la célèbre phrase de Condorcet, la Raison soit rendue populaire. L’école publique a de ce fait cette importante tâche émancipatrice de l’individu, cette noble ambition de le sortir de ses déterminismes (sociaux, culturels, religieux,…) par un déracinement de son milieu d’origine le temps du cours, afin que son esprit, ouvert par la Raison, puisse tendre vers l’universel de la citoyenneté. Véritable lieu sacré à l’abri du bruyant chaos et des divers turpitudes de la société, elle doit permettre à l’élève de prendre du recul et de le protéger des groupes de pressions idéologiques, religieux ou économiques, afin de favoriser son émancipation.

Galaad WILGOS

NOTE:
(1) A ce sujet, il faut féliciter la récente initiative de Bernard Wesphael, dans un parti qui a pourtant depuis un certain temps dénigré la laïcité.

 

© Galaad Wilgos / RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – le 16 mai 2011.

 

Anitsémitisme


Au sommaire de ce dossier

Antisémites, les «élèves musulmans» de Bruxelles ? Par Julien Maquestiau et Manuel Abramowicz

Un urgent besoin de laïcité – Un texte de réflexion de Galaad Wilgos
 

L'antisémitisme «primitif» des immigrés arabes – Extrait d'un texte de Marcel Liebman

Retrouvez tous les articles de RésistanceS.be au sujet de l'antisémitisme dans notre section:

Antisémitisme


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2011 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011