[HOME] [INFO]

 

Intégrisme catholique :
le cardinal Joos confirme ses sympathies

Un cardinal chez les fachos

 

Emblème des « nouveaux croisés » intégristes de Belgique et Chrétienté


Belgique et Chrétienté, association intégriste catholique d’extrême droite, ne ménage pas sa peine pour lutter contre la déliquescence des mœurs actuelles. Ainsi organise-t-elle, le 13 mai prochain à Bruxelles, à quelques mètres du siège du Premier Ministre, une conférence sur le thème « Obligations chrétiennes à respecter et valeurs familiales à défendre ». Tout un programme, pour lequel elle a invité le Cardinal Gustave Joos, celui-là même dont les déclarations homophobes, antisémites, antidémocratiques et généralement empreintes d’intolérance faisaient scandale en janvier dernier, débouchant même sur plusieurs plaintes en justice (voir Danger : homophobie, du mépris au fascisme ). Enquête sur une mouvance intégriste allant du Front national à l’Opus Dei.

Belgique et Chrétienté a fait de la lutte contre le « racisme anti-chrétien et anti-belge » son cheval de bataille, et ce depuis sa création en 1989, à Liège. Elle traque inlassablement les blasphèmes et autres offenses à la religion catholique, appelle au boycott des sociétés commerciales qui manquent de respect à celle-ci, et avertit d’emblée, via la page d’accueil de son site internet : « Se moquer de la religion catholique deviendra dangereux ! ».

Qui se ressemble s’assemble, selon l’adage. Rien d’étonnant donc à ce qu’un curé intégriste, récemment promu cardinal par la grâce de son ancienne amitié avec Jean-Paul II, se complaise en compagnie de ces hommes dont le credo est de porter haut les couleurs de l’Eglise, de la famille et de la patrie.


Dans la mouvance facho-catho
Mais Belgique et Chrétienté, ce n’est pas seulement le nom d’une ligue de vertu passéiste et désuète. À sa tête, en effet, se trouve un certain Alain Escada, bien connu du Front nouveau de Belgique (FNB, dissidence du Front national de Daniel Féret), auquel il apporta son soutien lors de sa création en 1995. Escada devint même membre de sa direction, en tant que porte-parole officiel. Ce « croisé » de L’Europe chrétienne (et blanche !) passa néanmoins ensuite du côté du Front national, après une zizanie infernale avec la présidente du FNB, Marguerite Bastien. Alain Escada est aussi le fondateur de feue « Polémique-Info ». Dans cette publication hebdomadaire d’extrême droite, des écrits pronazis rendent ainsi hommage à un ancien de la Légion SS Wallonie ou à l’association des Amis de Robert Brasillach (du nom du célèbre collaborateur de l’Occupant nazi pendant la Deuxième guerre mondiale). « Polémique-Info » cible en particulier la « Haute finance vagabonde et anonyme », terme codé dans la « littérature » antisémite pour désigner les Juifs.

Dieu, Charles Maurras et Mel Gibson
En parallèle à ses activités politiques « classiques » de longue date, Alain Escada a toujours été un membre actif de la Fraternité Saint-Pie X. D’autres adeptes de celles-ci (dont beaucoup de ses dirigeants, comme l’ex-magistrat Walliez) militent aussi à l’extrême droite depuis belle lurette. A l’heure actuelle, Alain Escada est toujours en charge des relations publiques de cette église parallèle intégriste qui conjugue l’admiration pour le maréchal Pétain avec un antisémitisme notoire à la Charles Maurras. L’association Belgique et Chrétienté est dès lors en quelque sorte la branche politique de la Fraternité Saint-Pie X.

Il y a quelques semaines, cette « fraternité » (exclue de l’Eglise catholique par les autorités papales depuis 1988) organisait la projection en avant-première du film de l’intégriste chrétien Mel Gibson, « La Passion du Christ », jugé par beaucoup comme étant un film de propagande antisémite. Au cours de cette projection privée, organisée au cinéma bruxellois Kinépolis, plus de 1.200 invités soigneusement choisis étaient présents. Ils provenaient des rangs intégristes du catholicisme militant, de la Fraternité Saint-Pie X, mais aussi des Légionnaires du Christ et de l’Opus Dei.

En acceptant de donner une conférence pour l’association Belgique et Chrétienté, c’est donc bien dans un nid de fascistes que le cardinal Joos a accepté de se commettre. En toute connaissance de cause ? Ses récents propos teintés d’antisémitisme et de méfiance envers le suffrage universel, son hostilité avérée pour tout ce qui s’apparente à l’expression de la liberté individuelle, son conservatisme maladif enfin, ne plaident en tout cas pas en faveur de la thèse du malencontreux hasard.

Nadia GEERTS

© RésistanceS – Bruxelles - Belgique - 7 mai 2004

 

 

Lire aussi

Danger : homophobie ! Du mépris au fascisme… (27/01/04)

Le cardinal Joos n'a finalement pas participé à la conférence dans les milieux d'extrême droite (21/05/04)

Notre dossier sectes