RésistanceS 31-03-2007

Quand RésistanceS dérange


Un Laquay monte au ''Front''


Une chose est sûre : certains ''sujets'' de nos articles nous lisent ! C'est le cas d'Henri Laquay. Le 18 mars dernier, RésistanceS publiait un article sur sa présence, comme seul Belge, dans le Comité national de soutien à Jean-Marie Le Pen pour l’élection présidentielle française. Ce pro-lepéniste de chez nous ne semble pas du tout avoir apprécié notre ''révélation'', ni le rappel de ses activités politiques depuis la fin des années 1990. Quand il fut notamment tête de liste du Front national de Daniel Féret.


DOCUMENT 1 : Couverture du n°160, daté du 28 janvier 1999 de ''Polémique'', un journal qui avait pour ''ami'' (sic) Henri Coston, un théoricien français d'extrême droite spécialisé dans la dénonciation des ''Francs-maçons'' et de la ''Haute finance vagabonde et anonyme''. Ami de son fondateur, Henri Laquay a été l'avocat de la société éditrice de ''Polémique'', dont le ''service librairie'' vendait entre autres les ouvrages d'Henri Coston (Document : RésistanceS).


Dans une réponse vengeresse, l'avocat Henri Laquay répond le 25 mars dernier, sur son blog personnel, à l'article de RésistanceS concernant son appartenance au Comité national de soutien à Jean-Marie Le Pen (). Ce ''comité'' a été constitué pour apporter un appui de taille à la campagne pour l'élection présidentielle du chef du Front national français, un parti d'extrême droite, dont plusieurs dirigeants ont régulièrement été condamnés pour racisme et négationnisme, ainsi que pour d'autres motifs.

Henri Laquay n'apprécie donc pas notre article. Courroucé, il affirme ainsi notamment :

'les trotskystes de 'Résistances (...) me consacrent un article entier sur leur site, article parsemé de fausses informations. Abramowicz tente notamment de faire des amalgames entre moi et les Catholiques traditionalistes que j'estime et dont certains sont de mes amis mais dont je ne fais pas partie. 'Résistances' a mal supporté que je sois l'avocat de l'association Belgique et Chrétienté qui leur a intenté un procès (Résistances a écrit un article à ce sujet)''.

A aucun moment l'avocat du barreau de Bruxelles ne donne d’exemple des ''fausses informations'' publiées par RésistanceS. Désignant de façon dénigrante – une habitude dans ces milieux politiques-là - ''Abramowicz'' (coordinateur de RésistanceS et auteur de l'article sur Henri Laquay), il affirme ne pas ''faire partie'' des ''Catholiques traditionalistes'' et se présente comme n’étant que l'avocat de l'association Belgique & Chrétienté (B&C), dans le cadre d'un procès, intentée par elle, contre RésistanceS. Procès par ailleurs perdu par l'association et donc par son avocat Henri Laquay. Ce que ce dernier omet de mentionner (au sujet de ce procès perdu par B&C, revoir notre article : ''Belgique & Chrétienté perd contre RésistanceS'' ).

Face à cette missive d’Henri Laquay, recourant pour sa part à des amalgames alimentés de stéréotypes primaires de type ''complotiste'' (l'alliance de la gauche, des trotskistes...), quelques éléments complémentaires doivent être ici apportés sur ses liens avec les ''Catholiques traditionalistes'', c'est-à-dire avec ''ses amis'' de Belgique & Chrétienté, ainsi qu'avec le Front national de Daniel Féret.


Tête de liste pour le Front national
Avant d’être un proche des ''Catholiques traditionalistes'', l’avocat Henri Laquay a été directement lié au Front national belge de Daniel Féret. Il en fut l'un de ses avocats, mais également l'une de ses têtes de listes électorales. Ceci ne sont pas de ''fausses informations'', mais tout simplement la stricte vérité. Voici ci-dessous, une longue liste de nos preuves au sujet des liens d'Henri Laquay avec l'extrême droite. Ces preuves proviennent toutes de sources publiques, pour la plupart d'ailleurs toujours aujourd'hui diffusées sur le Net.

• Tout d'abord, l'avocat Henri Laquay n'a pas été celui de Belgique & Chrétienté (B&C) uniquement dans le procès perdu contre RésistanceS, en janvier dernier. Depuis plusieurs années, il a été l'avocat de la plupart des actions judiciaires portées devant les tribunaux par cette association d'extrême droite.

• En 1995, Alain Escada, futur président de B&C, lance ''Polémique'', un journal d'extrême droite qui soutiendra d'abord le Front nouveau de Belgique (FNB), puis le Front national de Daniel Féret. Ce journal va également faire la promotion des actions de B&C. L'avocat de la société éditrice de ''Polémique'' sera un certain... Henri Laquay (source : ''Polémique'', n°179, daté du 10 juin 1999).

• Dans l'éditorial de ''La Lettre communautariste'' (du 25 juin 1998), Luc Michel (président du Parti communautaire national-européen, PCN) informe qu'Henri Laquay est alors l'avocat du Front national dans une action entamée contre lui, par le PCN (l'éditorial en question se trouve toujours sur le site du PCN).

• Le 15 janvier 1999, Henri Laquay participe, comme orateur, à un rassemblement organisé par Belgique & Chrétienté et ''Polémique'' en perspective des élections législatives de la même année. La conférence d'Henri Laquay porte sur ''Le mythe des réfugiés politiques'', comme le démontre l'invitation déjà reproduite sur le site de RésistanceS, le 18 mars dernier.

• ''Polémique'' - qui reste la principale vitrine médiatique de Belgique & Chrétienté - appelle ses lecteurs à voter aux élections législatives du 13 juin 1999 pour plusieurs candidats du Front national : Georges-Pierre Tonnelier, Georges Hupin... et Henri Laquay. Ce dernier conduit alors la liste des candidats suppléants du parti de Daniel Féret pour l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde.
• Une interview d'Henri Laquay en tant qu'avocat de B&C est publiée dans ''Polémique'', n°214, du 24 mai 2001.


DOCUMENT 2 : Interview d'Henri Laquay dans le journal d'extrême droite ''Polémique'' du 24 mai 2001 (Document : RésistanceS).

• Au cours d'un dîner-conférence de Belgique & Chrétienté, tenu le 14 juin 2003, plusieurs orateurs sont au programme. L'avocat Henri Laquay est parmi eux. Dans un compte-rendu publié sur le site de l'association, il est mentionné ceci :

''M. Escada introduisit son ami Henri Laquay, avocat au barreau de Bruxelles, cofondateur d'un cabinet international d'avocats et d'une association internationale de juristes [note de RésistanceS : il s'agit de Jus et Patria, dont il sera question plus bas]. Sans la moindre fausse note, Me Henri Laquay nous fit un brillant exposé de plus d'une demi-heure, maniant avec brio le raisonnement juridique, l'émotion et l'humour. Il rappela d'abord qu'une guerre à mort et cachée était menée contre les Chrétiens. Cachée parce que nos ennemis se défendent de mener une guerre et utilisent des moyens tels que la pseudo-critique historique (le film Amen), l'humour (les dessins) ou le folklore (les offenses durant le carnaval de Quiévrain). Face à ces incessantes attaques qui minent la Foi de beaucoup, soit les Chrétiens n'agissent pas, ce qui est de la lâcheté ou, plus grave encore, de la complicité, soit ils réagissent activement (par le combat public) ou passivement (par le financement de ceux qui mènent le combat). Le combat passe inévitablement par l'action judiciaire qui nécessite des moyens financiers. Il détailla alors les actions déjà menées par Belgique & Chrétienté (la Gay Pride, l'affaire Irreligia, le carnaval de Quiévrain) et celles menées en France par l'AGRIF [note de RésistanceS : AGRIF = Alliance générale contre le Racisme et pour le respect de l'Identité Française et chrétienne, fondée par des intégristes catholiques d'extrême droite et modèle de B&C] qui poursuit, à juste titre, un harcèlement judiciaire contre nos ennemis. Il exhorta une dernière fois l'auditoire à se battre collectivement et intelligemment sans se soucier du résultat probable. L'auditoire répondit par un tonnerre d'applaudissements'' .

Après ce ''brillant exposé'' (dixit Alain Escada), la parole fut donnée à Gérald Wailliez, présenté comme un ''substitut honoraire de l'Auditeur général''. Précision de RésistanceS : il s'agit également de l'un des piliers de la très intégriste Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, qui débuta sa carrière politico-religieuse au sein du ''Bidic'' (Bulletin indépendant d'informations catholiques), un journal alors membre de la mouvance néofasciste de l'époque. Gérald Wailliez, conférencier de B&C, avait par ailleurs apporté en novembre 1987 son soutien et ses conseils politiques à Daniel Féret, président-fondateur deux ans plus tôt du Front national belge.

• Le 27 novembre 2004, un ''Grand colloque européen'' était organisé sur le thème : ''Face au lobby homosexuel, défendons la Famille de toujours''. Ses organisateurs : Les collectifs ''Papa, Maman et moi'' (directement lié à Belgique & Chrétienté, voir plus bas), ''Oui à la Famille, non à l’homofolie'' (sis à Paris) et l’association internationale de juristes Jus et Patria. Cette dernière fut cofondée par Henri Laquay, comme le signalera, en septembre 2001, ''Faits & Documents'', un journal d'extrême droite français bénéficiant de promotion dans ''Polémique''. Henri Laquay se comptait parmi les orateurs du ''Grand colloque'' du 27 novembre 2004. Le journal d'extrême droite français ''Présent'', le 1er décembre 2004, présentait ce colloque comme ayant été organisé par Jus et Patria et Belgique & Chrétienté (l'article de ''Présent'' figure tel quel sur le site Internet de cette dernière).

• Le 28 janvier 2005, Belgique & Chrétienté propose une conférence à Bruxelles de Camile Galic, la directrice de ''Rivarol'', un hebdomadaire français d'extrême droite, notamment nostalgique du Maréchal Pétain et apportant un soutien manifeste aux négationnistes. Le 4 février suivant, ''Rivarol'' publiait un article au sujet de ce rendez-vous ''oecuménique'' de la ''vraie droite'' (dixit le journal français). Parmi les présents, ''Rivarol'' signalait entre autres celle d'Hervé Van Laethem (le dirigeant-fondateur de Nation et ex-chef du groupe néonazi l'Assaut), de François-Xavier Robert (le secrétaire général du Front nouveau de Belgique), de Jean-Pierre Huguet (responsable belge de l'Union des Nations européennes chrétiennes, Unec, d'obédience intégriste et liée à l'extrême droite politique), de l'avocat Mussa (de la Ligue du Nord, formation xénophobe revendiquant l'indépendance de l'Italie du Nord), de Korbo (dessinateur vedette de l'ex-VMO et du Vlaams Blok), de ''militants nationaux-révolutionnaires'' (sic), d'intégristes catholiques de la Fraternité Saint-Pie X et de l'Opus Dei, ainsi que celle d'Henri Laquay, présenté comme étant le ''président'' de Jus et Patria.


DOCUMENT 3 : Annonce de la création de Jus et Patria (Droit et Patrie), une association cofondée par Henri Laquay. Elle a paru dans ''Faits & Documents'', le 1er septembre 2001, journal de délation d'extrême droite lié à ''Polémique''. L'autre responsable de Jus et Patria est Wallerand de Saint Just. Cet avocat à la cour de Paris est l'un des dirigeants de Chrétienté Solidarité (une des structure du courant national-catholique du Front national français). Le comparse d'Henri Laquay fut par ailleurs conseiller régional de Picardie pour le Front national de Jean-Marie Le Pen. A l'heure actuelle, il est toujours conseiller municipal frontiste dans la commune de Soissons.

 

Henri Laquay soutient Bruno Gollnisch

En 2005, Henri Laquay a signé l'Appel des cent juristes pour la liberté d'expression. Cet Appel est alors lancé pour soutenir Bruno Gollnisch poursuivi suite à ses propos tenus, le 11 octobre 2004 lors d'une conférence de presse à Lyon, sur le génocide des Juifs commis durant la Seconde Guerre mondiale par la dictature nazie.

Parmi ces ''cent juristes'', Henri Laquay se retrouve avec plusieurs de ses connaissances politiques : Wallerand de Saint Just (avec qui il a fondé l'association Jus et Patria), Gérald Wailliez (membre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X et conférencier avec lui pour Belgique & Chrétienté) et Ghislain Dubois (le fondateur en 1988 de B&C, depuis lors avocat belge du FN français et président du Comité belge de soutien à Jean-Marie Le Pen).

Les signataires de cet Appel ''réprouvent la polémique artificiellement entretenue autour des propos parfaitement licites de M. Gollnisch, dont ils ne partagent pas nécessairement les opinions politiques'' et "'réclament l’abrogation des lois (Pleven, Gayssot, Perben etc.) qui restreignent abusivement la liberté d’expression''. Il s'agit des lois antiraciste et antinégationniste.

Le 18 janvier dernier, Bruno Gollnisch a été condamné, pour ses propos de 2004, à trois mois de prison avec sursis et à verser 55.000 euros de dommages et intérêts aux neuf parties civiles.

Le président du tribunal, Fernand Schir, déclara notamment : "Là où Faurisson proclame et déclare, Bruno Gollnisch insinue dans une forme plus subtile, plus biaisée". Le ''Faurisson'' ici cité est Robert Faurrison, l'un des principaux meneurs des fanatiques qui nient pour des raisons idéologiques le génocide des Juifs commis par les nazis. Le hors-la-loi frontiste annoncera ensuite faire appel de cette décision.

L'association Belgique & Chrétienté, l'une des ''clientes'' de l'avocat Henri Laquay, semble également apprécier Bruno Gollnisch. Le 3 décembre 2003, ce dirigeant d'extrême droite et numéro 2 du Front national français avait participé à l’un des rendez-vous de B&C, assis à la même table que son président, Alain Escada. Le 25 avril 2005, s'est une ''Soirée autour de Bruno Gollnisch'' qui sera proposée pour les adeptes de B&C. Rien d'étonnant dès lors que le pro-négationniste Gollnisch soit présenté sur Wikipedia comme un ''ami personnel'' d'Alain Escada, lui-même ''ami'' d'Henri Laquay.

Le monde est petit !


Bruno Gollnisch (à gauche) avec Hubert Defourny, un autre Belge pro-lepéniste alors dirigeant du Bloc Wallon (regroupant des dissidents du Front nouveau de Belgique et du FN de Féret), lors de la fête annuelle du Front national française, en 2000 (document : RésistanceS).

 

• Sur le blog d'Henri Laquay, il n'existe, à la date du 26 mars de cette année, qu'un seul lien vers d'autres espaces du Net. Celui-ci dirige directement le visiteur vers le blog de la campagne d'organisation de l'European Family Pride, une manifestation prévue prochainement à Bruxelles. Son initiateur est le collectif ''Papa, Maman et Moi'', dirigé par Alain Escada, le président de B&C, pour rappel. Précision sur ce collectif : ''Le collectif 'Papa, maman et moi' a été créé pour structurer une campagne contre les propositions de loi belge visant à autoriser l'adoption d'enfants par les homosexuels. Depuis 2006 il a décidé de reprendre le flambeau de la défense de la vie devant les nouvelles menaces légales'' (texte de présentation figurant sur son site Internet).
A l'heure actuelle, d'autres – comme Henri Laquay - font la promotion de la ''Pride'' de ce collectif : Nation, un mouvement se revendiquant comme étant l'incarnation du ''nationalisme-révolutionnaire'' en Belgique, label utilisé dès les années 1970 en France par la tendance néonazie du Front national animée par le négationniste François Duprat. Une messe fut par ailleurs célébrée à Paris sa mémoire de ce dernier par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X.

• A la date de ce 26 mars, sur le blog de B&C figuraient toujours plusieurs liens en direction de divers sites Internet d'associations agissant dans la même mouvance politico-religieuse (Blog pour la vie, Supplique aux évêques de France pour le respect de la Vie, France Jeunesse Civitas...). Parmi ceux-ci, un lien direct renvoie au blog d'Henri Laquay...


DOCUMENT 4 : Article d'hommage suite au décès du théoricien d'extrême droite Henri Coston, dans le n°216 du 20 août 2001 de ''Polémique'', dont l'avocat et l'un des orateurs de l'une de ses conférences fut Henri Laquay. Ce dernier accordera par ailleurs en 2001 une interview à ce journal (revoir notre document 2). Quant à Henri Coston, de nombreux ouvrages scientifiques et articles le décrivent comme ayant été un professionnel de l'antisémitisme. La prestigieuse et réputée revue ''L'HISTOIRE'' lui avait par exemple déjà consacré un article (n°148, octobre 1991). Signé par Pierre Assouline, son titre était : ''Henri Coston : itinéraire d'un antisémite''. Malgré cela, plusieurs années plus tard, ''Polémique'' va vendre en Belgique les livres d'Henri Coston et déterminera qu'il était, nous citons : ''notre réputé confrère'' (numéro du 14 février 2001), ''notre ami'' (n°186 du 1er octobre 1999), ''notre confrère et ami'' (n°141 du 27 août 1998). Un des ''amis'' de ''Polémique'' était donc un antisémite...

Henri Laquay a beau se présenter de façon assez neutre et comme étant un ''simple'' proche de Belgique & Chrétienté, son CV démontre tout le contraire. Conseil juridique de B&C (depuis plusieurs années), avocat du Front national de Daniel Féret (en 1998), de la société éditrice du journal d'extrême droite ''Polémique'' (édité de 1995 à 2002), interviewé dans celui-ci (en 2001) au nom de B&C, tête de liste du Front national (en 1999), fondateur de Jus et Patria (en 2001), présentée comme une association de ''juristes nationalistes'' et co-dirigée avec un élu du Front national de Jean-Marie Le Pen, orateur d'au moins deux conférences de Belgique & Chrétienté (en 1999 et en 2003), dont une en compagnie d'un activiste de longue date de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (intégriste catholique), qui apporta ses conseils en 1987 au docteur Daniel Féret, co-organisateur (en 2005) d'un ''Grand colloque européen'' avec un pseudopode de B&C, avocat (en 2006-2007) dans une action (perdue en première instance) de la même association contre RésistanceS, seul Belge membre du Comité national de soutien à Jean-Marie Le Pen (en 2007)...

La liste des preuves des liens d'Henri Laquay avec l'extrême droite est longue. Cependant, jamais il n'a eu le courage de ses opinions et de ses fréquentations politiques. En effet, sur son blog, il adopte l'utilisation de mots codés ou de ''cache-sexe'' pour camoufler sa vraie nature. Fait-il donc partie de cette fameuse ''(extrême) droite honteuse'' ? Il pourra par ailleurs évoquer qu'il n'intervient auprès du Front national ou de Belgique & Chrétienté, comme jadis de ''Polémique'', que comme avocat. L'argument serait bien court au vu de la longue liste de ses activités politiques dans leurs rangs : conférencier, candidat, cofondateur d'une association de ''juristes nationalistes'', signataire d'un appel en faveur du numéro deux du Front national français, membre du Comité de soutien à Le Pen...

Une chose encore est sûre : RésistanceS ne diffuse aucune fausse information concernant Henri Laquay et n'a pas recours – contrairement à lui – aux raccourcis et amalgames. Toutes les informations sur Henri Laquay proviennent de sources publiques et souvent largement diffusées sur Internet... dans la plupart des cas sur des sites d'extrême droite. Comme par hasard ?


Manuel ABRAMOWICZ


© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 31 mars 2007.

 


Henri Laquay, avocat de Belgique & Chrétienté, est l'un des supporters belges de Jean-Marie Le Pen. Il n'est pas le seul, comme le montre cette photo du chef de l'extrême droite française avec Hubert Defourny, l'ex-dirigeant de la tendance pure et dure du parti Agir, puis du Bloc Wallon (document : RésistanceS).

Lire sur RésistanceS.be

Un Belge membre du Comité de soutien à Le Pen