RésistanceS 04-05-2007


Pour rendre hommage à son ami politique Karel Dillen (Vlaams Blok)


Jean-Marie Le Pen à Anvers ce 5 mai


Ce samedi 5 mai, à Anvers, Jean-Marie Le Pen, président-fondateur du Front national français, sera présent aux obsèques de Karel Dillen. En témoignage d'une longue amitié et d'une identique nature idéologique.


Photo prise lors d'une des nombreuses rencontres des ces deux « vieux leaders » de l'extrême droite française et flamande.


Les liens entre Jean-Marie Le Pen, dirigeant de l'extrême droite d'outre-Quiévrain, avec Karel Dillen, meneur historique de l'extrême droite flamande indépendantiste, sont nombreux. C'est pour cette raison, que Jean-Marie Le Pen fera le déplacement de Paris à Anvers, ce samedi 5 mai, pour rendre un dernier hommage à son « vieille ami », décédé le 27 avril dernier à l'âge de 81 ans.

Ancien de l'aile néofasciste de feue la Volksunie, Karel Dillen avait cofondé en 1977 le Vlaams Blok (VB). Il allait présider ce parti nationaliste d'extrême droite flamand jusqu'en 1996. Depuis Karel Dillen était devenu le « président d'honneur » du Vlaams Blok, transformé en 2004 en Vlaams Belang. Militant de la cause « national-flamand », Dillen avait également été l'un des piliers de Were Di, un groupe de réflexion politique nostalgique de l'Ordre nouveau nazi. C'est le manifeste idéologique de Were Di qui servit de base politique à la création du VB.


Identiques références idéologiques
Jean-Marie Le Pen et Karel Dillen entretenaient depuis les années 1980 de très bonnes relations amicales et politiques, notamment après le regroupement, en 1989, du Front national français avec le Vlaams Blok au Parlement européen. Depuis le début de cette année, avec d'autres formations d'extrême droite européennes (roumaine, bulgare, italienne...), les députés européens du FN de Le Pen et ceux du VB collaborent ensemble au sein d'un nouveau groupe politique : ITS (Identité-Tradition-Souveraineté).

Par ailleurs, Le Pen et Dillen partageaient une admiration commune pour Robert Brasillach, l'un des plus importants collaborateurs français de l'Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Le leader historique du VB avait jadis, en 1952, traduit en néerlandais le livre négationniste de Maurice Bardèche, parent et « bras-droit » de Brasillach. Ce dernier - qui se revendiquait comme étant un « écrivain fasciste » (sic) - fut le modèle de nombreux dirigeants de l'extrême droite contemporaine, y compris auprès des nationalistes du Vlaams Blok.

La présence de Jean-Marie Le Pen, ce samedi 5 mai à l'enterrement de Karel Dillen, confirme la longue et fidèle amitié entre ces deux leaders de l'extrême droite européenne, mais également la vraie nature idéologique des liens entre le Front national français et le Vlaams Belang.

[M.AZ]

© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 4 mai 2007.

Sur notre site

Reportage exclusif au meeting de Jean-Marie Le Pen à Paris (17/04/2007)

Création d'un comité belge de soutien à Jean-Marie Le Pen (25/03/2007)

Un Belge membre du Comité de soutien à Le Pen (18/03/2007)

Les lepénistes belges de 1974 à nos jours (18/03/2007)

RésistanceS a dix ans ! Cliquez ici