RésistanceS 17-02-2009

Polémique historique


Pascal De Roubaix (tout) contre l'extrême droite ?


Le coordinateur bruxellois de LiDé, Pascal De Roubaix, a été suspendu de ses fonctions pour quatre semaines par Rudy Aernoudt, le président-fondateur de ce parti populiste d'ultradroite récemment fondé. Olivier Maingain, le président du FDF, et RésistanceS.be avaient remis en cause le passé politique de M. De Roubaix. Ce membre-fondateur de LiDé affirme pourtant qu'il est bien «heureusement» contre l'extrême droite. Tout contre ? RésistanceS.be fait le point.


Le 4 février dernier à la RTBF, Pascal De Roubaix évoque une erreur rédactionnelle afin de réfuter toute collusion avec l'extrême droite. Affaire à suivre... © Image RTBF


Ce lundi 16 février, Rudy Aernoudt, le président tout puissant du mouvement politique LiDé (Libéral démocrate), a décidé de suspendre provisoirement – jusqu'au 15 mars prochain - Pascal De Roubaix. Ce dernier était alors le coordinateur bruxellois officiel de ce nouveau parti d’ultradroite et populiste fondé il y a peu de temps. LiDé est notamment en négociation avec le Mouvement réformateur (MR) de Didier Reynders. L'objectif : son intégration ou non dans ce dernier.

L'«affaire» de cette suspension exceptionnelle fait suite à une offensive engagée par Olivier Maingain, le président du Front démocratique des francophones (l'un des piliers du MR), contre Pascal De Roubaix. Le motif : avoir été le dirigeant de l'Alliance, une éphémère formation politique active entre 1998 et 1999, jugée par Maingain comme proche de l'extrême droite.

Le dimanche 3 février dernier, RésistanceS.be consacrait un article à ce sujet («LiDé d'Aernoudt est-il lié à l'extrême droite ?»). Le lendemain, le journal télévisé de la RTBF reviendra sur cette «affaire». Mis en cause par RésistanceS.be et par Olivier Maingain, Pascal De Roubaix a été interviewé à cette occasion par la RTBF. Le désormais coordinateur bruxellois suspendu de LiDé profitera de l'occasion pour réfuter tout lien avec la droite extrémiste.

Dans notre article, nous rappelions notamment la collaboration ancienne de Pascal De Roubaix au journal «Le Cri du Citoyen». Un extrait d’une de ses nombreuses «tribunes libres» publiées, en avril 1998, dans ce mensuel d’extrême droite était évoqué. Le revoici :

«Malheureusement pour la Belgique, l'extrême droite francophone est désorganisée et plus occupée à se déchirer en petites factions rivales plus au moins hystériques, qu'à constituer une force politique un tant soit peu crédible».


«Malheureusement» ou «Heureusement» ?
Pascal De Roubaix s’est justifié devant la caméra de la RTBF en affirmant que dans la copie de son article, qu’il avait remise à la rédaction du «Cri du Citoyen», il avait mis «Heureusement» en début de phrase et pas «Malheureusement». Selon lui, c’est le directeur du journal qui aurait remplacé le mot d'origine. De Roubaix déclara, toujours à la RTBF, qu’il avait ensuite «engueulé», à sa manière, le directeur du «Cri du Citoyen».

Cette phrase litigieuse est parue dans le n°42 (avril 1998) de ce journal. Il n'y a cependant aucune trace d'un quelconque rectificatif dans les numéros suivants du «Cri du Citoyen» en général et dans les «tribunes libres» de Pascal De Roubaix publiées par la suite en particulier. La correction de l'ex-coordinateur de LiDé est donc faite plus de dix ans après que l'erreur ait été commise. Et rappelée par RésistanceS.be. Etonnant !

La défense de M. De Roubaix est faible. Il engage sa parole contre celle de Francesco Catania, le directeur du «Cri du Citoyen» en question. Par ailleurs, Pascal De Roubaix fait diversion en se justifiant par une manipulation rédactionnelle de ses écrits dans «Le Cri du Citoyen». Ainsi, il évite que la concentration se fasse sur la nature idéologique de ce périodique auquel il collabora mensuellement à la fin des années 1990.

C’est l’occasion pour RésistanceS.be de consacrer un écho au journal «Le Cri du Citoyen» (). Et de démontrer ainsi que Pascal De Roubaix collaborait bien à une publication d’extrême droite. En toute connaissance de cause : «Le Cri du Citoyen» était connu pour son appartenance à la droite nationaliste radicale et raciste. Il suffit de lire les anciens numéros de ce mensuel, qui était édité depuis les années 1980 et se situait dans la même mouvance politico-religieuse que De Roubaix, pour s'en convaincre. De Roubaix ne pouvait pas l'ignorer. D'autant plus que l'un de ses partenaires politiques de l'époque, Christophe Buffin, collaborait activement - depuis plusieurs années - au journal de Francesco Catania. En avril 1989, ce dernier et Christophe Buffin participaient déjà ensemble au meeting du Bloc Belge et du Nationaal front Vlaanderen, deux groupuscules néonazis (1), puis à la première fête du Front national de Daniel Féret.


Le coordinateur bruxellois suspendu de LiDé animait une «tribune libre» dans «Le Cri du Citoyen», un journal que tout le monde savait d'extrême droite. Sauf Pascal De Roubaix ? Etonnant pour un homme politique d'être aussi naïf – Doc. : RésistanceS.be CLIQUEZ POUR AGRANDIR.


«Cri du Citoyen» et mouvance frontiste
La même année, le même Christophe Buffin était nommé responsable de deux commissions internes - «Réforme de l'Etat» et «Enseignement, culture et sports» du FN belge. Dans ses commissions se trouvait aussi un certain Luc Eyckerman (2). Chef du Parti pour la liberté du citoyen (PLC, ex-Parti libéral chrétien, héritier du Cepic, l'aile d'ultradroite de feu le Parti social-chrétien, PSC), il était alors une bonne connaissance de Pascal De Roubaix. Christophe Buffin et Francesco Catania provenaient aussi du PLC.

Pascal De Roubaix, partisan d'un catholicisme traditionaliste, ex-député de l'UDRT, un parti poujadiste d'ultradroite aujourd'hui disparu et cofondateur bruxellois de LiDé, ne pourra plus évoquer l’erreur rédactionnelle pour justifier sa participation «neutre» au «Cri du Citoyen». En mettant les pieds dans la rédaction de celui-ci et en lisant ses anciens numéros, il avait certainement compris dans quelle mouvance idéologique il se trouvait. Si tel n'était pas le cas, il faut croire que De Roubaix est un homme politique très naïf. Ce qui représente un handicap quand on fait de la politique.

Manuel Abramowicz

Notes :
(1) Source : «Nouvelle alliance», article de Simon Harys, paru dans la revue «CelsiuS», n°19, mai 1989, p. 9
(2) Source : «Dernière nouvelles du Front», article d'Isabel Carter, paru dans la revue «CelsiuS», n°22, septembre 1989, p. 13


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 17 février 2009.

 

 


Sur le même sujet et toujours sur RésistanceS.be :

NOUVEAU : Pascal de Roubaix écrit à RésistanceS.be (10/03/2009)
Pascal De Roubaix (tout) contre l'extrême droite ?
LiDé d'Aernoudt est-il lié à l'extrême droite ?
• «Le Cri du Citoyen», un journal de et pour l'extrême droite


Consultez les derniers dossiers, enquêtes et articles de RésistanceS.be (service gratuit)

RésistanceS.be et Paris Match ont retrouvé Vincent Reynouard !
Les intégristes de retour au Vatican
Retour vers l’Histoire
La résistance oubliée
Le racisme anti-Juifs est-il de retour ?
Pouvoir mettre les points sur les «i»
Nouvelles magouilles à l'ultradroite


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «don 2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI


Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008