HOME

 

Quelques considérations sur l’antiracisme


Il est de bon ton, dans les milieux d’extrême droite, de taxer tout qui évolue sur sa gauche de « gauchiste ». Il est de bon ton, de la même manière, de vilipender l’aveuglement naïf dont seraient atteints lesdits « gauchistes » s’agissant des « immigrés » – passons ici sur le fait que la plupart d’entre eux ne sont pas davantage immigrés qu’étrangers, étant nés en Belgique, et de nationalité belge. L’immigration serait, aux yeux de ces pathétiques militants de l’égalité, un succès complet, une source inépuisable de béatitude, un bain de joyeuse multiculturalité assumée. Pas une ombre au tableau. Et dans notre acharnement à ne pas voir ce qui « ne va pas », nous concentrerions sur les seuls « Belges de souche » nos critiques, eux seuls étant susceptibles de s’attirer nos foudres en cas de défaut de tolérance.

Or, rien n’est plus faux. L’idée fondatrice de l’antiracisme, ce n’est pas « Touche pas à mon pote » au sens simpliste de « Touche-pas-à-mon-pote, car-dès-lors-qu’il-est-d’origine-étrangère, il-ne-peut-être-que-sympathique, honnête-et-tolérant », mais au sens « Touche pas à mon pote sous le prétexte qu’il est d’origine étrangère ». Autrement dit : une revendication d’égalité absolue de traitement des uns et des autres, d’où qu’ils viennent ou d’où que viennent leurs ancêtres, dès lors que vivant dans le même espace, ils sont soumis aux mêmes lois et doivent bénéficier des mêmes droits.

Alors oui, il y a aussi, au sein de la population d’origine immigrée, du racisme. De la violence. De l’intolérance. Du fanatisme. De la misogynie et du machisme imbécile. Et nous devons pouvoir les dénoncer, comme nous dénonçons les agissements des petites crapules d’extrême droite qui se gargarisent de racisme, de violence, d’intolérance, de fanatisme, de misogynie et de machisme imbécile.

Mais être antiraciste, c’est reconnaître qu’à l’évidence, et partout dans le monde, les actes de racisme sont principalement le fait du groupe majoritaire sur un groupe minoritaire.

Être antiraciste, c’est avoir conscience du fait qu’une démocratie se mesure à la manière dont elle protège ses minorités, et non à la manière dont elle les contraint à se conformer à la majorité.

Être antiraciste, c’est refuser de restreindre le bilan de l’immigration à la seule somme des indéniables questions et problèmes qu’elle suscite.

Être antiraciste, c’est choisir de relever ce défi de la société multiculturelle, plutôt que de camper dans des positions régressives.

Être antiraciste, enfin, c’est persister à voir avant tout des hommes et des femmes derrière les catégories ethniques dans lesquelles l’extrême droite les enferme. C’est prendre la ferme résolution de juger chacun sur ses actes, et non en fonction de son appartenance réelle ou supposée à une communauté. C’est donner à chacun sa chance.

Nadia Geerts

© RésistanceS – Bruxelles – Belgique – 13 mai 2004.

Voici une zone libre proposée par le site RésistanceSNadia Geerts (membre de notre rédaction) vous proposera sa chronique. Une chronique où seront critiqués des événements essentiels ayant rythmé notre actualité. Sans pudeurs ni tabous.

Nadia a publié récemment un livre chez Labor: "L'ecole à l'epreuve du voile" Plus... (15/9/2006)

Quand l'extrême droite dénonce l'intégrisme (islamique évidemment) 20 décembre 2007
Du racisme et de l'islamophobie 23 décembre 2006
Y a pas de problème... 7 septembre 2006
Y en a marre texte de Nadia Geerts publié dans le Journal du Mardi du 9 décembre 2003
Foulard musulman à l'école. Et si le MRAX faisait fausse route? 10 septembre 2005
Intimidation, harcèlement, insultes, menaces : Le fascisme ? Des idées, mais surtout des méthodes ! (février 2005)
Il est né le nouveau VB (décembre 2004)
Repli communautaire : attention danger ! (juin 2004)
J'aimerais qu'on m'explique (juin 2004)
Quelques considérations sur l’antiracisme (mai 2004)
Sale temps pour les racistes  (décembre 2003)
Cordon sanitaire : In Memoriam ?  (novembre 2003)
Voteront, voteront pas (octobre 2003)
Vive la liberté (juin 2003)
Fachos, machos and Co(ns) : même combat (mai 2003)
Quels cons ! (mars 2003)
Les taupes (novembre 2002)
Des pygmées exposés dans un parc animalier (aout 2002)
Sommet de Séville : cherchez l'humain (juin 2002)
Amère victoire (mai 2002)
Dimanche noir en France (avril 2002)
Racisme: deux poids, deux mesures (février 2002)
Extrême droite droit de vote et populisme (décembre 2001)