HOME

 

J’aimerais qu’on m’explique

Quelques jours avant les élections régionales de ce 13 juin, la RTBF diffusait dans son magazine « Actuel » un reportage signé Jean-Claude Defossé et consacré au Vlaams Blok. Essentiellement basé sur des documents d’archives, ce document avait pour but avoué d’exposer au grand jour la « face cachée » du parti d’extrême droite flamand, en mettant en évidence les liens étroits de celui-ci avec des mouvements fascistes tels le VMO ou le Voorpost, notamment.

Dans les rangs antifascistes, ce reportage a fait l’unanimité, chacun saluant sa qualité et ses vertus didactiques, à quelques jours d’élections qui ont hélas conforté encore le succès de l’idéologie d’extrême droite.

Ceci, mais plus encore les réactions reçus à la rédaction de RésistanceS, tend à montrer que ce document n’a pourtant pas été accueilli avec la même bienveillance parmi les séduits du Blok. Certes, on pouvait s’attendre à ce que ceux-là aient quelque répugnance à concéder que ceux auxquels ils s’apprêtaient à donner leur voix soient des admirateurs d’Adolf Hitler, mais enfin on aurait pu espérer en un sursaut d’indignation, tout de même, devant des images d’archives indubitablement authentiques, et ô combien éclairantes…

Au lieu de cela, d’aucuns ont crié à la partialité, à l’étalage d’une réalité insupportablement tronquée par des médias « aux ordres ». Semblant penser que le « vrai » Vlaams Blok, aujourd’hui, n’a plus rien de commun avec ces images d’hier, et qu’on se sert aujourd’hui du passé pour noircir un présent dont le Blok n’aurait en rien à rougir.

Soit. Je me targue d’une certaine ouverture d’esprit, et je m’en voudrais de jeter à mon tour l’opprobre sur un parti devenu aujourd’hui, après une enfance tapageuse, tout à fait respectable – ou, disons, aussi respectable que les autres, ceux que l’on désigne habituellement sous le vocable de « démocratiques ». J’aimerais donc qu’on m’explique :

  • Que faisaient Philip Dewinter et Gerolf Annemans, respectivement numéro1 et numéro 2 du Blok, à une cérémonie d’hommage à une trentaine de SS flamands, en novembre 1988 à Lommel ?
  • Comment Xavier Buisseret, qui fut membre de la milice pronazie VMO et éditeur responsable de Haro, une publication négationniste, a-t-il pu devenir député Vlaams Blok, responsable de la propagande et de la formation des jeunes du parti – avant d’être condamné pour faits de mœurs sur mineures ?
  • Pourquoi Roeland Raes (ancien sénateur et vice-président du Vlaams Bolk), Wim Verreycken (actuel chef de groupe des sénateurs blokkers) et Philip Dewinter célébraient-ils en 2001 le 25ième anniversaire du Voorpost, un groupe d’action nationaliste anti-belge héritier du VMO et du nazisme ?
    Pourquoi Roeland Raes, limogé de son mandat de sénateur du Blok après ses déclarations révisionnistes sur une chaîne de télévision hollandaise, se retrouve-t-il aujourd’hui au service d’études du Vlaams Blok ?
  • Qu’est-ce qui a pris à Karel Dillen, président d’honneur à vie du Vlaams Blok, de se faire photographier faisant le salut nazi Qu’est-ce qui lui a pris, pareillement, de rendre hommage aux flamands collaborateurs du nazisme, ou de traduire les écrits de Bardèche, un négationniste français?
  • Comment un Francis van den Eynde, fondateur du Voorpost et adepte des réunions du Sint Maartens Fonds, a-t-il pu devenir député blokker ?
  • Que faisait Johan Demol au Front de la Jeunesse, autre milice néo-nazie ? Et pourquoi l’a-t-il nié jusqu’à ce que la preuve en soit faite en 1997 par la publication de son bulletin d’adhésion ? Le Front de la Jeunesse, à cette époque, s’est rendue coupable d’incendies de maisons de jeunes schaerbeekoises et d’agressions violentes de militants de gauches, notamment. Peut-on sérieusement croire que Demol n’ait, lui, fait que converser de choses et d’autres avec ses coreligionnaires du Front de la Jeunesse… mais jamais de politique ?
  • Pourquoi le Vlaams Blok a-t-il fourni un poste d’attaché parlementaire à un homme, Bart De Bie, qui, lorsqu’il était policier à Anvers, a été suspendu pour avoir torturé des Turcs au commissariat, et qui sera bientôt jugé pour cela ?
    Que fait Luc Vermeulen, patron du Voorpost, ardent défenseur d’une « renéerlandisation » de Bruxelles et prêt pour cela à « y mettre le feu », à la tête du service d’ordre du Vlaams Blok ?
  • Pourquoi le Blok offrit-il en 1994 une bonne place sur ses listes à Roeland Van Walleghem, l’un des meurtriers de Jacques Georgin, militant FDF tué en 1970 par des membres du VMO ?
  • Pourquoi Johan Demol s’est-il choisi comme éminence grise un personnage comme Patrick Sessler, néonazi notoire, qui se faisait photographier faisant le salut nazi sur la tombe de Franco ?
  • Que voulait dire Frank Van Hecke lorsqu’il affirma, lorsqu’il succéda en juin 1996 à Karel Dillen à la tête du Blok, qu’il n’abonnerait pas la ligne dure du Vlaams Blok ? Voulait-il déclarer par là sa fidélité indéfectible au lourd passé de la vieille garde du parti ?

Erreurs de jeunesse ? Malencontreux concours de circonstances ? Interprétations oiseuses ? On conviendra que cela fait, pour un seul parti – qui plus est en quête de respectabilité – beaucoup de malheureuses coïncidences. Auxquelles il faudrait encore ajouter, pour être complet, les derniers faits d’armes de quelques conseillers Vlaams Blok, ces dernières semaines.

Avouez, Messieurs du Vlaams Blok, que nous ne nous facilitez pas la tâche : il faut décidément vouloir ne pas voir pour ignorer vos très mauvaises fréquentations.

Nadia GEERTS
RésistanceS – Bruxelles – Belgique – 15 juin 2004

Voici une zone libre proposée par le site RésistanceSNadia Geerts (membre de notre rédaction) vous proposera sa chronique. Une chronique où seront critiqués des événements essentiels ayant rythmé notre actualité. Sans pudeurs ni tabous.

Nadia a publié récemment un livre chez Labor: "L'ecole à l'epreuve du voile" Plus... (15/9/2006)

Quand l'extrême droite dénonce l'intégrisme (islamique évidemment) 20 décembre 2007
Du racisme et de l'islamophobie 23 décembre 2006
Y a pas de problème... 7 septembre 2006
Y en a marre texte de Nadia Geerts publié dans le Journal du Mardi du 9 décembre 2003
Foulard musulman à l'école. Et si le MRAX faisait fausse route? 10 septembre 2005
Intimidation, harcèlement, insultes, menaces : Le fascisme ? Des idées, mais surtout des méthodes ! (février 2005)
Il est né le nouveau VB (décembre 2004)
Repli communautaire : attention danger ! (juin 2004)
J'aimerais qu'on m'explique (juin 2004)
Quelques considérations sur l’antiracisme (mai 2004)
Sale temps pour les racistes  (décembre 2003)
Cordon sanitaire : In Memoriam ?  (novembre 2003)
Voteront, voteront pas (octobre 2003)
Vive la liberté (juin 2003)
Fachos, machos and Co(ns) : même combat (mai 2003)
Quels cons ! (mars 2003)
Les taupes (novembre 2002)
Des pygmées exposés dans un parc animalier (aout 2002)
Sommet de Séville : cherchez l'humain (juin 2002)
Amère victoire (mai 2002)
Dimanche noir en France (avril 2002)
Racisme: deux poids, deux mesures (février 2002)
Extrême droite droit de vote et populisme (décembre 2001)