[HOME] [INFOS]

Les liens de l’extrême droite raciste avec l’Islamisme radical…

En Belgique, le mouvement Nation dénonce dans sa propagande l’intégrisme islamiste. Mais, récemment le chef de ce groupuscule d’extrême droite partait soutenir le régime irakien, avec un parti radical musulman actif au sein de l’immigration. Soutenu en France par les intégristes du Hezbollah, les revendications de ce parti sont proches de celles de la Ligue arabe européenne d’Abou Jahjah.

 

nation33.jpg (32164 bytes)

Départ vers la Syrie, le 22 février 2003 à Orly (Paris), de la délégation pro-irakienne menée par le Parti des Musulmans de France. Dans la deuxième rangée, barbu et avec la veste beige : Hervé Van Laethem, le chef de Nation, un parti d’extrême droite dont la direction est poursuivie devant les tribunaux pour racisme… anti-Arabes notamment !

« L’islamisme est implanté dans l’ensemble de l’Europe, dispose d’argent, de réseaux et de dizaines de mosquées », peut-on lire sur un tract récemment distribué à Bruxelles par Nation à l’occasion des élections législatives du mois de mai. Fondé par des dissidents du Front nouveau de Belgique et du Front national, ce groupuscule de l’extrême droite orthodoxe affirme « lutter contre l’islamisme radical ». Pour cela, il propose, par exemple, « l’expulsion des activistes islamistes radicaux » ou encore la « mise sous pression des états soutenant les activistes islamistes radicaux en Belgique ». Parmi ces Etats, l’Irak est souvent montré du doigts. Ce qui n’a pas empêché un dirigeant de Nation de s’y rendre tout récemment…

Le 22 février dernier, Hervé Van Laethem, leader principal et historique de ce groupuscule d’ultradroite, s’envolait en direction de Damas dans le but, ensuite, de rejoindre l’Irak. Il faisait partie d’une délégation, comptant vingt-deux « volontaires » (sic) français, italiens et belges. Leur objectif ? Participer à une opération « Boucliers humains pour l’Irak » (sic). Ce voyage « humanitaire » et « pacifiste » était organisé par le Parti des Musulmans de France (PMF), pour soutenir le régime de Bagdad contre l’agression étatsunienne à venir…

Avec le Hezbollah
Apparu à Strasbourg en 1997, le PMF reste à l’heure actuelle une formation politique totalement marginalisée au sein de la Communauté musulmane présente en France. Il revendique 2.000 adhérents, mais ne compterait en réalité qu’une dizaine d’activistes. Le PMF est cependant connu pour ses « coups médiatiques ». Il profite ainsi d’une publicité lui permettant d’apparaître dans le paysage audio-visuel français. Ce groupuscule islamique est singularisé par des prises de positions radicales et l’organisation de manifestations publiques au cours desquelles des « représentants » du Hamas et du Hezbollah, deux organisations intégristes musulmanes proche-orientales responsables d’actions terroristes, sont présents. Les revendications du PMF sont par ailleurs assez identiques de celles de la Ligue arabe européenne d’Abou Jhajha. Cette ligue nationaliste pan-arabiste, implantée à Anvers, semble également proche du Hezbollah libanais.

Selon un article de l’hebdomadaire français « Le Point » (du 24 mai 2002), le président-fondateur du PMF, Mohamed Enacer Latreche, durant un long séjour d’étude en Syrie, se serait lié au « tout-puisssant général Tlass, ministre de la Défense d’Hafez-el-Assad », le dictateur syrien de l’époque.

Soutien de l’extrême droite
Les discours antisionistes ultras, les revendications « identitaires » (communautaristes) et le nationalisme arabe du PMF séduisent la frange radicale de l’extrême droite européenne, également nationaliste, communautariste et antisioniste. Un réseau négationniste (niant les crimes contre l’humanité commis par le régime nazi durant la Deuxième guerre mondiale) apporte également son appui au PMF.

Rien d’étonnant alors de voir dans la délégation menée par le Parti des Musulmans de France, partie le 22 février dernier vers Bagdad, Hervé Van Laethem, également connu pour son passé dans les milieux négationnistes et néonazis européens. Il fut membre du Vlaams militante Orde (VMO) et dirigeait dans les années quatre-vingt l’Assaut, un groupuscule regroupant les derniers nostalgiques de la dictature hitlérienne. Ouvertement antisioniste (pour masquer un antisémitisme historique), l’Assaut était par ailleurs connu pour ses slogans racistes contre « les bougnoules » et la « racaille arabe » (voir nos illustrations). Aujourd’hui, son ex-dirigeant vient de voyager en leur compagnie…

Pour sa part, en février dernier, Antonio Coelho Pinto Ferreira, trésorier de Nation et un des bras droits d’Hervé Van Laethem, défilait lors de la manifestation bruxelloise contre la guerre en Irak à côté d’un petit groupe de jeunes arabes intégristes. Ces derniers portaient les couleurs du Hezbollah.

nation30.jpg (43186 bytes)

Le chef du mouvement Nation, avant de se rendre à Bagdad pour y défendre le dictateur arabe Saddam Hussein, dirigeait le groupe néonazi l’Assaut. Croisé de « l’Europe blanche », sa propagande exprimait également et de manière obsessionnelle un racisme anti-Arabes virulent, comme le démontrent ses autocollants (documents : RésistanceS).

En Belgique, l’extrême droite exploite pourtant un programme ouvertement raciste pour attirer une fraction de l’électorat. Elle intoxique la situation à des fins politiques. Pour elle, toutes les « composantes étrangères » (surtout arabo-musulmanes) au continent européen, doivent le quitter le plus rapidement possible. Si cela n’était pas le cas, le groupuscule Nation, à l’instar de ses homologues idéologiques, prédit une « guerre ethnique ». Dans cette « vision apocalyptique » de l’avenir, les Arabes sont clairement désignés comme les ennemis numéro un.

Dans quels buts ?
Le discours est donc bien double. Parce que le PMF - avec lequel Nation est désormais lié – est bel et bien un parti dont le but n’est pas de pousser les musulmans de France à quitter le territoire national, mais d’y rester en y propageant les valeurs islamistes radicales. Ces dernières sont farouchement combattues en Belgique par Nation. Dont la direction, Van Laethem compris, vient d’être renvoyer devant le tribunal correctionnel pour… racisme anti-Arabes notamment !

Le voyage du chef de Nation vers l’Irak avait-il, dès lors, d’autres objectifs ? A suivre…

Alexandre Vick

Pour accéder à notre dossier sur le groupuscule d’extrême droite Nation : cliquez ici.

RésistanceS © Bruxelles – 6 mars 2003

A lire également sur Nation :

bol.gif (263 bytes) Persistance des liens entre Nation et le néonazisme (24/03/2005)
bol.gif (263 bytes) Le « mouvement » Nation: au bord de l’implosion (16/03/2004)
bol.gif (263 bytes) Les liens de l’extrême droite raciste avec l’Islamisme radical… (06/03/2003)
bol.gif (263 bytes) Nation devra répondre de son racisme (24/01/2003)
bol.gif (263 bytes) Portrait d’une direction « politiquement correcte » (07/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Qui ? Où ? Comment ? Carte d’identité du mouvement Nation (07/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Le mouvement Nation décapité ? (03/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Les réponses politiquements correctes d’Hervé Van Laethem (04/2001)
bol.gif (263 bytes) Enquête sur Intifada européenne. (02/2001)
bol.gif (263 bytes) Robert Ervin, un idéologue de la « race blanche ». (1999)