[HOME][INFOS]

 

Justice – Bruxelles – 24 janvier 2003

Nation devra répondre de son racisme

 

ferrera2.jpg (23035 bytes)

Le groupuscule Nation affirme n'avoir aucun lien avec le néonazisme. Sur cette photo : Antonio Coelho Pinto Ferreira (avec la veste beige, à droite, au premier plan et avec un brassard du service d'ordre), le trésorier actuel de Nation. Cette photographie a été prise à Bruges, en septembre 1998, lors d'une manifestation néonazie européenne. Hervé Van Laethem, le leader de Nation, participa également à ce défilé avec d'autres anciens activistes de l'Assaut, un groupe nostalgique de la dictature hitlérienne...

La Chambre du Conseil de Bruxelles a tranché le 20 janvier dernier. Les trois secrétaires nationaux de la Nouvelle Alliance pour la tradition, l’identité, l’ordre et la Nation (Nation), un groupuscule d’extrême droite formé d’anciens activistes du Front Nouveau de Belgique (FNB) et du Front national (FN), à savoir Hervé Van Laethem, Michel Dumoulin et Grégory Bourguignon, sa trésorière et co-fondatrice Micheline Gils ainsi que Antonio Coelho Pinto Ferreira, l’éditeur responsable du mensuel « Nation-info », sont renvoyés devant le tribunal correctionnel. La date de l’ouverture du procès n’a pas encore été fixée, mais on peut s’attendre à ce que les premières audiences se déroulent après les élections du 18 mai.

L’affaire ne date pas d’hier. Une plainte avait été déposée, en 2001, entre autres par le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX). Selon ces derniers, Nation a enfreint la loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie.

vlaetparis.jpg (18503 bytes)

Le secrétaire national de Nation Hervé Van Laethem (au centre de la photo avec les gants), lors d’une manifestation du Front national français de Jean-Marie Le Pen, à l’époque où il dirigeait le groupuscule néonazi l’Assaut.

Début 2001, le groupuscule d’extrême droite en question avait distribué des tracts xénophobes dans les boîtes aux lettres de quelques communes de Bruxelles et de Liège. D’autres tracts de la même veine seront à nouveau distribués en juin de la même année. Depuis son apparition, Nation s’est singularisé par sa propagande raciste. C’est pour cette raison que plusieurs plaintes, entre autres suite aux multiples protestations de citoyens révoltés par cette propagande, furent déposées. La justice ne resta pas longtemps insensible à ces réactions citoyennes.

En effet, quelques temps après ces dernières, des perquisitions furent menées aux domiciles des actuels inculpés dans l’objectif d’y saisir les tracts incriminés et les ordinateurs ayant permis leur réalisation. Bien étoffé, ce dossier a convaincu la Chambre du Conseil de Bruxelles.

Crée en septembre 1999 par des anciens responsables du Front national et du Front nouveau de Belgique, après la débâcle des « nationalistes » francophones aux élections légistlatives, Nation compte autant d’ennemis à l’intérieur qu’à l’extérieur du giron de l’extrême droite.

Les prévenus ne sont pas des inconnus de la petite vie politique de l’extrême droite francophone. Déjà condamné pour racisme en 1997, Hervé Van Laethem est le tristement célèbre ex-chef du groupuscule néonazi l’Assaut (lui-même issu de la section bruxelloise du Vlaamse Militante Orde, un groupe d’action flamingant de tendance hitlérienne !). Michel Dumoulin avait été engagé comme assistant parlementaire par Marguerite Bastien, la présidente-fondatrice du FNB. Le même individu y dirigeait l’aile musclée de cette petite formation d’extrême droite. Il est également cité dans un autre dossier qui pourra bientôt déboucher sur une autre affaire judiciaire. Grégory Bourguignon passa lui aussi par le FNB, mais dirigea également tour à tour, à Mouscron, les sections locales d’autres « chapelles » : AGIR, REF, Front national... Quant à Micheline Gils, actuelle trésorière de Nation, celle-ci provient de la direction ixelloise du FN de Daniel Féret. Elle rejoignit ensuite la tendance extrémiste du FNB.

 

gils03.jpg (38312 bytes)

Micheline Gils (cheveux courts blonds, derrière le calicot "nationaal-socialisten "), cofondatrice de Nation, et responsable de sa section ixelloise, lors d'une manifestation néonazie, organisée à Bruges en septembre 1998 (Photo : www.antifa.be)

Une chose est sûre, ces activistes de longue date de l’extrémisme francophone font de l’ombre à d’autres personnalités de ce milieu, dont Hubert Defourny (l’ex-vice-président d’AGIR et le « fondateur » du mouvement REF) et Daniel Féret (le président à vie du FN) qui, en ces temps de campagne électorale, pourraient se féliciter d’une action en justice mettant en danger leur frère ennemi, Hervé Van Laethem, et ses « camarades ». Mais Féret comme Defourny sont également poursuivis devant la justice. L’extrême droite semble bel et bien être hors-la-loi. A suivre ...

Klara Cizall
Bruxelles, 24 janvier 2003 © RésistanceS

 

 

A lire également sur Nation :

bol.gif (263 bytes) Persistance des liens entre Nation et le néonazisme (24/03/2005)
bol.gif (263 bytes)
Le « mouvement » Nation: au bord de l’implosion (16/03/2004)
bol.gif (263 bytes) Les liens de l’extrême droite raciste avec l’Islamisme radical… (06/03/2003)
bol.gif (263 bytes) Nation devra répondre de son racisme (24/01/2003)
bol.gif (263 bytes)
Portrait d’une direction « politiquement correcte » (07/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Qui ? Où ? Comment ? Carte d’identité du mouvement Nation (07/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Le mouvement Nation décapité ? (03/07/2001)
bol.gif (263 bytes) Les réponses politiquements correctes d’Hervé Van Laethem (04/2001)
bol.gif (263 bytes)
Enquête sur Intifada européenne. (02/2001)
bol.gif (263 bytes) Robert Ervin, un idéologue de la « race blanche ». (1999)