[HOME][LES INFOS][LA REVUE]

 
Enquête sur un lobby politique nationaliste flamand contre le cordon sanitaire matstrm.gif (10336 bytes) Mattias E. Storme, l’éminence grise de l’OVV

L'Overlegcentrum van de Vlaamse verenigingen (OVV, centre de coordination des organisations flamandes) n’est pas une organisation   d’extrême droite. Mais, plusieurs de ses affiliés le sont. De plus, l’OVV sert de lieu de rencontre à ceux qui préconisent des alliances politiques avec le Vlaams Blok.

Ce lobby pluraliste politico-culturel est au service du mouvement nationaliste flamand dans son ensemble. Son but final vise à l’organisation de l'indépendance de la Flandre. L’OVV rassemble l'ensemble des courants nationalistes, de la droite dure à la gauche nationale. Par exemple, parmi ses affiliés ont trouve la section bruxelloise du Masereel Fonds (un centre culturel issu du Parti communiste), le Vlaamse volksbeweging (VVB, mouvement populaire flamand), des organismes culturels liés aux nationaux-démocrates de la Volksunie, mais aussi la Stichting Irma Laplasse (une fondation visant à la réhabilitation de cette célèbre collaboratrice pro-nazie), Les Vrienden van Zuid-Afrika (VZA-VAV, regroupant des nostalgiques du régime raciste d’apartheid), le Nationalistische studentenvereniging (NSV, une association d’étudiants d’extrême droite membre de la mouvance du Vlaams Blok) ainsi que plusieurs proches du Voorpost (un groupe d’action nationaliste mené par des dirigeants du VB).

L’éminence grise : Mathias Storme
L'Overlegcentrum van de Vlaamse verenigingen dispose donc d’un important réseau de liaison pour diffuser ses revendications. L’un de ses piliers est le « Groupe des universitaires flamingants », dirigé par le professeur gantois Mathias Storme. Jusqu'en février 2000, ce dernier était le président de l'OVV. Aujourd’hui, Mathias Storme est toujours membre de son « présiduim ». Au file des années, cette éminence grise est devenue l’une des principales références intellectuelles du « séparatisme pluriel » flamand. Ses interventions en faveur de la « cause identitaire » sont nombreuses. Le 14 novembre 1999, il prit la parole au nom de l’OVV lors du congrès « L’Etat flamand en Europe ». Mathias Storme est au coeur d’une galaxie où se rencontre les diverses tendances radicales du nationalisme anti-Belge. Il préside, notamment, le Verbond van Vlaamse Academici et l’Orde van de Vlaamse Leeuw. Ce professeur d’université préconise ouvertement des alliance à tous les niveaux de pouvoir avec le Vlaams Blok. Ainsi, il s'oppose radicalement au cordon sanitaire mis en place par une partie du monde politique belge. Storme considère même le Vlaams Blok comme étant un « parti démocratique ».

A cette fin, en novembre 1998, l'Overlegcentrum van de Vlaamse verenigingen organisait un meeting séparatiste. Parmi les principaux participants : des pointures du CVP, du VLD, de la VU, d'Agalev et du Vlaams Blok.

Alexandre VICK

RésistanceS, 26/10/00
Pour plus d’infos sur l’OVV : revoir « RésistanceS » n° 6, p. 4.

 

HOME][LES INFOS][LA REVUE]