RésistanceS.be 18-07-2011

Futur partenaire belge officiel de Marine Le Pen ?


Le Parti populaire monte au Front (national)


Dans le journal L’Echo, Misckaël Modrikamen, patron du petit Parti populaire, a avoué la séduction qu’exerçait sur lui Marine Le Pen, présidente du Front national français. Le PP passerait-il de la « droite décomplexée » à l’extrême droite affirmée ? Sa « frontnationalisation » est en marche.

 



Fondé par l’ex-avocat vedette de l’« affaire Fortis », le Parti populaire pourrait devenir le partenaire officiel en Belgique du Front national français.


Depuis son apparition récente dans le paysage politique belge, le Parti populaire (PP), de l'ex-avocat Misckaël Modrikamen, se présente comme une alternative à la classe politique traditionnelle. Malgré des scores encore marginaux (ce qui est normal pour une nouvelle formation dans le système électoral belge), il a réussi à faire élire un premier député fédéral en juin dernier grâce au système électif indirect. Depuis son mandataire unique a été exclu du parti suite à des propos jugés racistes, et a fondé une dissidence des plus folkloriques.

Avec des accents poujadistes, le PP tente officiellement de représenter en Belgique une  « droite décomplexée ». Une « nouvelle droite » populiste, patriotique, protectionniste, mais aussi ultralibérale et sans aucun complexe au sujet de la critique de l’Islam, de l’immigration et de l’insécurité. Des thématiques chères aux formations nationalistes populistes de droite radicale qui, partout en Europe, se développent avec des succès certains en Hollande, au Danemark, en Suède, en Hongrie et en France.


Petit Degrelle 
Jusqu’à récemment encore, Misckaël Modrikamen a toujours refusé d’être assimilé à la droite extrême et ses images d’Épinal. Certains avaient osé le comparer à un « petit Degrelle », le chef charismatique de l’extrême droite francophone des années trente.

Profitant de l'implosion du Front national belge et de sa disparition des parlements, Modrikamen semble vouloir occuper l'espace national-populiste désormais vide « à la droite de la droite ». Avec son discours populiste, comme jadis le FN, il louche également sur l'électorat populaire du Parti socialiste, dont des franges ont déjà dans le passé été séduites par un « vote protestataire » en faveur de l'extrême droite.

Ce n'est donc pas étonnant que Mischaël Modrijkamen, fondateur et patron absolu du PP, avoue maintenant au grand jour son attirance pour Marine Le Pen et son « nouveau » Front national. Une formation qui n'appartiendrait plus, selon lui, à l'extrême droite classique. Dans L'Echo du 13 juillet dernier le président du Parti populaire s'est ainsi clairement exprimé : « Un mouvement de retour vers les aspirations du peuple grandit en Europe, avec Wilders, avec Marine Le Pen. Elle est en train de transformer le Front national en un parti de gouvernement. Ce n'est plus une extrême droite, critiquable, mais une droite qui s'assume avec un côté populaire. Notre parti s'inscrit dans ce mouvement. Il va décoller ». L’Echo n'hésitera d’ailleurs pas à titrer sans équivoque l’interview: « Le PP dans la lignée de Marine Le Pen ».



Pour L’Echo du 13 juillet 2011 : la stratégie du Parti populaire de Mischaël Modrikamen est claire…

 


Petit milieu « néoréac »
Le leader populiste belge profitera encore de cet entretien accordé à L'Echo pour dire tout le bien qu'il pense de la N-VA, le parti nationaliste-libéral de Bart De Wever, et de plusieurs politiciens du Mouvement réformateur (MR), comme Denis Ducarme, Alain Destexhe ou Jacqueline Galand. Des politiciens ayant tout récemment renoués d’une certaine manière avec les discours populistes - et xénophobes - des années quatre-vingt du Parti réformateur libéral (PRL), le pilier-fondateur du MR ().

Toujours à l’occasion de cette interview, Mischaël Modrikamen liste aussi ses principales cibles : le laxisme, le communautarisme (de et en faveur de populations immigrées), le bourgmestre PS de Molenbeek Philippe Moureaux... Ces sympathies politiques et ces ennemis revendiqués par Modrikamen sont aussi, comme par hasard, ceux d'un petit milieu « néoréac ». Ce courant idéologique conservateur et réactionnaire est conduit par un ancien journaliste antisioniste radical (et ex-sympathisant de l'extrême gauche stalinienne !) qui a trouvé une confidentielle assise médiatique dans un journal satirique d'ultradroite. Vraiment un hasard ?
Sur un même front Modrikamen et ce milieu « néoréac » s’opposent à la « bartophobie »… une « maladie » qui toucherait le monde politique francophone par son opposition systématique à Bart De Wever et son Alliance néoflamande (N-VA).

Partenaire belge du FN ?
L’aveu de l’attirance du chef du Parti populaire belge pour la présidente du Front national français pourra-t-il permettre au premier de représenter tout prochainement, dans notre pays, le courant politique de la seconde ? C’est d’autant plus possible que les FN locaux (ils ne sont plus aujourd’hui que trois), complètement groupusculisés, restent empêtrés dans d’interminables « guerres de clans ».

Dans cette perspective, Marine Le Pen pourrait avoir l’idée de faire de Mischaël Modrikamen son partenaire officiel en Belgique. Un acquis pour celle qui souhaite ardemment « dédiaboliser » son parti. L’abandon de ses liens avec une extrême droite belge francophone devenue complètement ridicule, et une alliance politique avec le PP, plus crédible et sans racines fascistes, serait pour Le Pen fille une aubaine. Et peut-être un propulseur électoral pour le populiste Parti populaire de Mischaël Modrikamen.

Manuel ABRAMOWICZ

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 18 juillet 2011.

 

 

 

 

 

Sur le Parti populaire belge, lire sur RésistanceS.be :

Mischaël Modrikamen, un «facteur» anti-FN ? 

 Après le succès du FN lepéniste et les ennuis du Parti populaire de Modrikamen : le Front national belge va-t-il se réunifier ? 

Au sujet du conflit entre Özdemir (cdH) et Modrikamen (PP) 

 


Nos derniers articles (liste non-exhaustive) :

La fin du Vlaams Belang ?
Son ancien président le quitte et prend la tête d'un groupe dissident

Le Taal-Aktie-Komitee, la bombe à retardement national-flamande

Rupture du cordon sanitaire avec l'histoire
Des nostalgiques de van Severen à la N-VA et au CD&V ?

Une «Base autonome identitaire» et néonazie en Wallonie 

«Facho-Pride» La journée des (derniers) purs et durs de l'extrême droite

Antisémitisme chez les BCBG du cercle Solvay ? 

Un leader néofasciste italien à l'université flamande de Gand

Etc. etc.

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2011 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011