RésistanceS 20-08-2007

Enquête de RésistanceS


L'extrême droite française s'installe à Liège


Début juillet, RésistanceS apprend l'ouverture à Liège de Primatice Belgique, une nouvelle librairie. Sa particularité : son patron, Philippe Randa, est un leader français d'extrême droite de longue date. Nous avons demandé à Guy Laurent, l'un de nos correspondants parisiens et par ailleurs animateur du Centre de recherches, d’information et de documentation antiraciste (CRIDA), de nous brosser le portrait de ce Philippe Randa, de nous informer un peu plus sur sa nébuleuse éditoriale, sur ses liens étroits avec l'extrême droite de Belgique - notamment avec Philip Dewinter du Vlaams Belang - et sur cette singulière librairie ouverte désormais dans la cité Ardente.

Une enquête de Guy LAURENT
Membre de l’équipe d’animation du Centre de recherches, d’information et de documentation antiraciste (CRIDA) et correspondant de RésistanceS en France.


Catalogue et bulletin d'information n°1 (été 2007) de Primatice Liège. Cette librairie de diffusion et de distribution propose la majorité des ouvrages produits par les diverses structures éditoriales de Philippe Randa. On y retrouve également des livres des éditions bruxelloise Mengal, dont certains sont singularisés par leur soutien camouflé au négationnisme et à des politiques ouvertement racistes. Des revues néofascistes, négationnistes et intégristes sont aussi en vente – Document : RésistanceS. POUR AGRANDIR


Une nouvelle librairie, Primatice Belgique, vient d’ouvrir début juillet à Liège. Son directeur est un dénommé Xavier Verdavoine (1). Indépendamment de sa structuration juridique particulière au regard du droit belge, elle n’est en fait qu’une annexe de la librairie Primatice de Paris dirigée par un certain Philippe Randa.

Qui est donc cet intrépide « businessman » qui n’hésite pas à investir ses deniers personnels en faveur de l’exportation de la « culture française » en Belgique ? Quelles sont ses motivations et quels objectifs commerciaux et/ou politiques poursuit-il en ouvrant à Liège sa seconde librairie ?

Militant d’extrême droite de longue date
Philippe-André Duquesne, alias Philippe Randa, est né en 1960. Il aime à se présenter comme « un auteur de documents contemporains sur la littérature, la police, les homosexuels, la politique, la Seconde Guerre mondiale, les grands criminels, les régions et les ex-comptoirs français »(2).

Mais dès avant de publier son premier roman à dix-neuf ans, Philippe Randa entre en politique et devient un militant encarté : « à dix-sept ans, je m’inscrivais parallèlement en facs de droit et de lettres, avec - principalement- ''option GUD'' ! » (3).

S’il déclare avoir cessé tout engagement militant partisan depuis plus de vingt ans, il reconnaît toutefois avoir été candidat aux élections municipales sur une liste du Front national. Il reste encore aujourd’hui proche de ce parti, en collaborant par exemple avec Générations Le Pen, l'association frontiste dirigée par Marine Le Pen (4) ou en publiant un appel implicite à voter pour Le Pen aux présidentielles de 2007 (5).


Un journaliste très engagé
Pour Philippe Randa, le véritable combat est ailleurs : « j’ai continué le combat politique à travers mes divers articles ou livres - écrits ou édités ». C’est sans doute vrai au sens strictement partisan du terme, mais Randa n’a jamais abandonné - bien au contraire- son engagement politique.


Philippe Randa, le patron de la librairie Primatice Belgique, ouverte à Liège en juillet dernier, provient de l'extrême droite pure et dure française.

Toute sa philosophie politique est résumée dans un éditorial publié en 2002 :

« Les formidables résultats au soir du 21 avril 2002 placent dans notre pays la mouvance nationaliste à plus de 20 % des suffrages. Ils permettent à Jean-Marie Le Pen d’être présent au second tour de l’élection présidentielle. Ils ont redonné espoir à des millions de Français. Les choses ont bougé ! Mais tout n’est pas encore gagné et la victoire politique, plus que jamais, passera par le combat culturel. Au premier plan de celui-ci, il y a les livres « politiquement incorrects » qui sont les munitions indispensables à la formation des futurs cadres de notre pays et à la prise de conscience de ceux qui hésitent encore parfois sur le choix à faire. La victoire…en lisant ! » (6).

En tant qu’écrivain, journaliste, éditeur et libraire, il se veut un point de rencontre, de confrontation et de débat entre les différentes chapelles de sa famille politique : l’extrême droite. Son site internet publie chaque semaine la tribune d’un invité, contribuant ainsi au débat d’idées entre nationalistes. Au travers de ses chroniques politiques hebdomadaires, publiées d’abord sur le site internet d’Unité radicale, un groupuscule néofasciste (7), puis sur ses propres sites (Dualpha.com et philipperanda.com), il distille conseils, avis, jugements et opinions. Il n’est certes pas le seul militant politique d’extrême droite à procéder de la sorte, mais sa particularité réside dans sa capacité à faire que ses chroniques soient reprises par d’autres sites allant des « 4verites.com » de l’ultralibéral Alain Dumait à « Voxnr » du nationaliste-révolutionnaire Christian Bouchet (ex-leader d'Unité radicale).

 


Philippe Randa est l'un des héritiers de l'extrême droite de l'après-Guerre. Un de ses modèles fut notamment la revue Défense de l'Occident, du négationniste Maurice Bardèce © Document photographique et Archives : RésistanceS.


Un auteur prolifique et éclectique
Par ailleurs, Randa a été le responsable et le collaborateur d’innombrables titres de la presse nationaliste, entre autres : directeur de la rédaction du Flambeau littéraire (en fait le bulletin de la librairie néonazie l’AEncre), responsable des Dossiers de National Hebdo, en passant par la direction de la rédaction du journal L’Entraide nationale du pasteur frontiste Jean-Pierre Blanchard.

Il a aussi créé la revue Dualpha qu’il définit comme étant - depuis la disparition d’Europe Action, de Défense de l’Occident (du négationniste Maurice Bardèche) ou du Choc du mois (première mouture) - « la seule revue où s’expriment toutes les familles de pensée de la mouvance nationale ». Dualpha a publié plusieurs numéros spéciaux : « la crise du Front national », à « Evola envers et contre tous »...

Philippe Randa est aussi l’auteur de près d’une centaine d’ouvrages, allant de romans policiers et d’espionnage, à des livres érotiques ou de science fiction. Mais le détail de quelques titres des ouvrages dont il est l’auteur (ou le co-auteur) est plus évocateur de son orientation politique que son autoportrait ne le laisse pas deviner : Front de l’Est, le rêve éclaté, Les écrivains- guerriers, L’ordre de la Francisque et la Révolution nationale, Vers la société multiraciste, Les antisémites de gauche, Dictionnaire commenté de livres politiquement incorrect, La maffia rose-Panorama du monde homosexuel, Dictionnaire commenté de la collaboration française, Rescapés de l’épuration...

Un éditeur militant « pluriel », avisé et high tech
Homme aux multiples facettes, Philippe Randa veut apparemment maîtriser l’ensemble de la chaîne éditoriale (8). Il devient donc éditeur et fonde en 1997 les éditions Dualpha qui publient des auteurs tels que l’antisémite Edouard Drumont, mais aussi Maurice Bardèche, Saint-Loup (ex-SS français), Robert Brasillach, Alphonse de Chateaubriant sans oublier Gilles Buscia, Jean Curutchet et Jean-Claude Pérez (activiste de l’OAS), le rexiste Léon Degrelle ou bien encore l'écrivain belge Paul Vandromme. Dernièrement, Dualpha a publié La France LICRAtisée, un ouvrage d’Anne Kling, ainsi que la Bibliographie générale des Droites françaises d’Alain de Benoist (en quatre épais volumes). Voulant diversifier sa production, il fonde en 1998 une autre maison d’édition : Déterna. Outre quelques auteurs communs avec les éditions Dualpha, cet éditeur publie la « fine fleur » des auteurs d’extrême droite (ou proches de celle-ci), tant les historiques que les contemporains : Jean Mabire, Jean-François Chiappe, Roland Gaucher, André Figuéras, Marcel Déat, Pierre-Antoine Cousteau, Henry Coston, Guillaume Faye, Jacques Bompart, Otto Skorzeny, Olivier Grimaldi ou le dessinateur Konk.

A noter le « coup » éditorial réalisé en 1993. Randa et trois autres auteurs d’extrême droite publient aux éditions Martelle un livre Hommes et traditions populaires en Poitou-Charentes-Vendée. La préface est rédigée rien moins que par Jean-Pierre Raffarin, alors président de la Région Poitou-Charentes et futur Premier ministre de Jacques Chirac.

Randa précise que si, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies d’impression, le prix de fabrication d’un livre n’est plus un obstacle insurmontable pour un petit éditeur (il indique utiliser le tirage numérique, au fur et à mesure des besoins), les vrais problèmes résident dans la diffusion et la distribution de celui-ci. Tirant profit de l’une de ses expériences passées, alors qu’il oeuvrait à la librairie néonazie parisienne l’AEncre (9), Randa a remédié à la question essentielle de la diffusion/distribution « en créant, parallèlement à sa diffusion en librairie, mes catalogues mensuels Francephi diffusion (…) ainsi qu’un site internet, et en avril 2006 j’ouvre un comptoir de vente éditeur » (10). Ses deux maisons d’édition ainsi que les librairies Primatice et la société de VPC (vente par correspondance) Francephi (11) sont en fait les enseignes commerciales des sociétés « Ekaistos » (12) et « 20 ans après », dont Philippe-André Duquesne (alias Philippe Randa) est le dirigeant social.

A priori, Randa est un partisan d’une concurrence intelligente avec les autres VPCistes et librairies en ligne d’extrême droite. Ainsi avec la société Irminsul Editions (installée à Lyon), il passe un accord de diffusion de leurs ouvrages respectifs avec son gérant Lionel Bosserelle. De même, le site internet de Dualpha n’hésite pas à renvoyer – dans l’intérêt mutuel - à la librairie en ligne Librad.com liée au site « Voxnr » de Christian Bouchet (13). Par ailleurs, des mailings croisés permettent de « couvrir » les lecteurs de toutes les tendances de l’extrême droite.

En petit patron avisé, Randa n’hésite pas à proposer ses fichiers clients à la location (14). De même, afin de satisfaire un lectorat sans doute vieillissant, il édite certains livres de ses catalogues en grands caractères.

Primatice Liège : magasin de la haine
Philippe Randa déclare « en édition, il ne faut pas confondre spécialisation et ghettoïsation » et essaye de ne pas (trop) s’enfermer dans la vente d’ouvrages liés à telle ou telle (micro) famille politique. Il vise ici sans doute les clients de la Librairie nationale, de la rue de la Sourdière à Paris et ceux d'un autre VPCiste, connu sous le nom de Diffusion de la Pensée française (DPF). La DPF a été fondée par Jean Auguy et est directement liée aux Editions de Chiré. Spécialisées en « littérature contre-révolutionnaire », ces éditions diffusent, outre de très nombreux ouvrages, les deux mensuels Lectures Françaises (fondé par l'antisémite Henry Coston) et Lectures et Traditions. La DPF est l'un des piliers de propagande du courant national-catholique, proche des intégristes lefebvristes.

On trouvera donc aussi à Primatice Liège tous les livres présents à la « maison mère » de Paris, ceux des éditions Déterna et Dualpha comme ceux d’une trentaine d’éditeurs de la « grande famille » nationale et nationaliste française (15) (auxquels viendront sans aucun doute s’ajouter les ouvrages des quelques maisons d’édition belges « cousines ») ainsi que des CD, des DVD, des cartes postales et des jeux. On y exposera aussi des revues et journaux, à savoir la plupart des titres de l’extrême droite française : du Choc du mois à Terre et Peuple, en passant par le Bulletin Célinien, Certitudes, Eléments, les Ecrits de Paris, Krisis, Le Libre journal de la France courtoise, Monde et Vie, National Hebdo, Minute, Rivarol, Réfléchir et Agir, Synthèse nationale, Unité normande et plus curieusement... Actualités juives (dans le but de répondre à toutes accusations d'antisémitisme). Des revues que l’on peut trouver pour certaines en kiosque, mais dont la plupart ne sont livrées que sur abonnement à un public cible.

Pourquoi cette ouverture à Liège ? Randa apporte la réponse suivante : « de nombreux correspondants belges, nous avaient depuis longtemps demandé de bénéficier de notre réseau de diffusion de livres non-conformistes qui a la réputation selon eux, d’être en France le plus dynamique. C’est un compliment auquel nous sommes particulièrement sensibles ». L’argument est recevable, mais la VPC - via Francephi Diffusion - était suffisante pour satisfaire la demande d’un lectorat belge d’expression française.

Randa poursuit-il, au-delà de l’aspect strictement commercial (ouvrir un nouveau marché à ses éditions), des objectifs plus politiques ? La librairie pourrait être - à l’instar de Primatice Paris - un lieu de rencontres, de débats et d’échanges (notamment lors de séances de signature des auteurs « maison »), voire de convergences entre des courants et des familles qui n’ont pas l’habitude de se fréquenter en Belgique.


Philip Dewinter, numéro 2 du Vlaams Belang (à l'extrême droite sur cette photo), lors d'une rencontre avec les extrémistes du Bloc Identitaire, en avril dernier à Bruxelles. Le 27 octobre prochain à Paris, il retrouvera Philippe Randa, le patron de la librairie d'extrême droite ouverte à Liège au mois de juillet passé.


Un familier de l’extrême droite belge
Si le père de Philippe Randa, l’écrivain Peter Randa, est né en 1911 à Marcinelle, près de Charleroi, dans le Hainaut belge, son fils a grandi en France. Philippe Randa n’est pas pour autant un inconnu dans le paysage politique et éditorial extrémiste belge.

Parmi les nombreux exemples franco-belges, la revue Dualpha, dans son numéro spécial consacré à la crise de 1998 du Front national, a publié un article de Luc Michel, dirigeant du Parti communautaire national-européen (PCN) (16). Dans ce même numéro figurait une publicité pour la revue Ket éditée alors par l'association Bruxelles Identité Sécurité (BIS, aujourd'hui connue sous le nom d'Alliance bruxelloise contre le déclin) de Pieter Kerstens (responsable francophone du Vlaams Belang). Le numéro 1 de la revue Synthèse nationale, lancée à l’occasion de la convention présidentielle du Front national en 2006 par Roland Hélie (17) - qui n’est pas sans rappeler Dualpha, la revue créée par Randa - publie une interview du numéro deux du Vlaams Belang, Philip Dewinter. Mais la collaboration franco-belge de Randa la plus réussie restera l’expérience menée avec le mensuel Pas d’Panique à bord ! dont il était directeur de la rédaction. Fondé en 1992, celui-ci fusionnera en février 1996 avec la revue Europe nouvelles éditée par le cercle « l’Anneau » de Ralf Van den Haute (18). Philippe Randa deviendra directeur de la rédaction du nouveau mensuel Pas de Panique à bord - Europe nouvelles (19).

Il est aussi a noter que Philippe Randa est l'un des signataires de l'« Appel des 25 pour une grâce présidentielle en faveur de Michel Lajoye », un terroriste néonazi emprisonné pour l'organisation d'attentats anti-immigrés dans les années 1980. Initié en 2006 par le CEPE... le Comité d'entraide aux prisonniers européens, cet Appel a notamment été signé par Fabrice Robert (dirigeant du Bloc Identitaire), Emmanuel Ratier (disciple de l'antisémite Henry Coston), Camille Galic (directrice de Rivarol), Bruno Gollnisch (numéro 2 du Front national français)... et deux Belges, Patrick Cocriamont et Marc Laudelout, respectivement député fédéral du FN de Daniel Féret et fondateur-directeur du Bulletin Célinien, ainsi qu'auteur d'un livre sur l'hebdomadaire pro-négationniste Rivarol édité chez Déterna, un des maillons éditoriales de la nébuleuse animée par Philippe Randa. Le monde est petit...

La prochaine participation politique de Philippe Randa est annoncée à Paris pour le 27 octobre de cette année, à l’occasion du premier anniversaire de la revue Synthèse nationale qui rassemblera, outre Philippe Randa et Roland Hélie, Jean-François Touzé du FN, Pierre Vial de Terre et Peuple, Bernard Antony de l’AGRIF, Nicolas Bay du MNR de Bruno Mégret, Odile Bonnard de Solidarité des Français, Jérôme Bourbon de Rivarol et Bruno Larebière du Choc du mois, sans oublier « l’invité d’honneur »... Phiilip Dewinter, et nous revoilà en quelque sorte de retour en Belgique…

Guy LAURENT
Membre de l’équipe d’animation du Centre de recherches, d’information et de documentation antiraciste (CRIDA) et correspondant de RésistanceS en France.

Notes :
(1) Présenté comme le fils d’un auteur publié par les Editions Dualpha, Francis Verdavoine- Bourget dans un article « Une librairie Primatice ouvre en Belgique », Synthèse nationale, numéro 4, été 2007 p. 35-37
(2) Voir le détail de cet autoportrait sur le site internet personnel de Philippe Randa (philipperanda.com).
(3) In Philippe Randa « le Fort Chabrol du FN n’est plus », Dualpha, hors série numéro 1, mai 1999, p.162. Pour connaître les exploits violents du Groupe union défense (GUD), voir Xavier Renou : « Le GUD, autopsie d’un moribond. Histoire et analyses d’un groupuscule d’extrême droite (1975-1995) » aux Editions Reflex. On peut aussi consulter l’ouvrage collectif outrageusement hagiographique « Les rats maudits. Histoire des étudiants nationalistes 1965-1995 », éditions des Monts d’Arrée liées à Frédéric Chatillon. A cette époque, le GUD était étroitement lié au Parti des forces nouvelles (PFN), dissidence du Front national français dirigée par Roland Gaucher, Pascal Gauchon et Alain Robert.
(4) Voir son article « Comment dans l’imaginaire de l’extrême gauche, les immigrés ont pris la place des prolétaires » dans le numéro 16 d’octobre/novembre 2005 p. 6 de L’Aviso, bulletin de liaison mensuel de l’association Générations Le Pen de Marine Le Pen.
(5) Voir le supplément à National Hebdo, spécial campagne présidentielle de « Le Pen Et si c’était lui ? Le Pen 2007 », p.10 où dans un article « les soucis d’un petit patron », l’éditeur Randa apprécie à sa juste valeur l’expérience du chef d’entreprise Le Pen (à l'époque où il dirigeait la SERP, une société de diffusion de disques religieux et politiques).
(6) Extrait de l’éditorial du catalogue numéro 38 de 2002 de Dualpha Diffusion, rédigé par Thomas Magne, collaborateur de Philippe Randa.
(7) Le mouvement Unité radicale sera dissous après la tentative d’assassinat contre Jacques Chirac, le 14 juillet 2002, par Maxime Brunerie, l'un de ses sympathisants.
(8) Sur l’édition d’extrême droite, voir l'article : « L’édition d’extrême droite : géographie d’un univers discret », dans le numéro hors série (juillet 1997) de LIVRES « fascismes d’hier et d’aujourd’hui », bulletin publié avec le concours de l’Association des Bibliothécaires français (ABF). Voir aussi dans le dossier réalisé par la Fédération française de coopération entre bibliothèques (FFCB) avec le concours du Centre de recherches, d’information et de documentation antiraciste (CRIDA), en mai 1999, « Les bibliothèques face aux pressions politiques : quelques outils », le chapitre consacré à la diffusion de l’édition et de la presse d’extrême droite.
(9) La librairie l'AEncre venait alors de succéder à la librairie Ogmios. Celle-ci vendait ses livres via le minitel (3615 Boukin). Très vite Ogmios, société de vente par correspondance (VPC) qui possédait aussi la librairie du même nom, « s’est rapidement démarquée des formes de VPC pratiquées dans le milieu nationaliste, en imprimant des catalogues et des publicités attrayantes, mettant en valeur les ouvrages ou articles proposés, et en les diffusant régulièrement à des dizaines de milliers de correspondants dans toute la France et en Europe. Ogmios n’a jamais hésité à diffuser les ouvrages de tous les auteurs non-conformistes », Le Crapouillot numéro 119 de mai-juin 1994, « Les nationalistes sont de retour », l’article de Xavier Cheneseau « Nationaux et nationalistes en France », p.54. Pour ce qui est de l’histoire agitée des librairies d’extrême droite, telles Ogmios, L’AEncre ou la Librairie nationale, voir les articles : « Petites boutiques des horreurs » et « Les pets et la plume » parus dans REFLEXes numéro 4 de 2001 consacré à la « Propagande et aux médias ».
(10) Selon une Interview de Philippe Randa à Rivarol, du 7 avril 2006. A noter que Déterna a publié le livre du Belge Marc Laudelout, directeur du Bulletin célinien : Rivarol, hebdomadaire d’opposition nationale, consacré au journal d'extrême droite Rivarol. Avant la création de son comptoir parisien, les livres de Déterna et de Dualpha étaient en vente à la librairie d'extrême droite La licorne bleue.
(11) Nom de la structure de vente par correspondance (VPC) créée par Randa, basée à Coulommiers (en Seine-et-Marne) et dont la directrice est Françoise Duquesne
(12) Nom sans doute tiré de son ouvrage de science fiction Les fusils d’ekaistos, paru en 1981 au Fleuve Noir. La SARL Ekaistos a réalisé en 2005 un chiffre d’affaire de 256.307 euros.
(13) « Voxnr » se définit comme le « site des résistants au nouvel ordre mondial » et reprend les chroniques hebdomadaires de Philippe Randa. A signaler que Librad.com existe, outre en français, en versions italienne et allemande, lesquelles proposent des ouvrages dans ces deux langues. Dans « Les nôtres-La lettre », numéro 12 du mois d'août 2007, le bulletin interne de ce réseau nationaliste de propagande, Christian Bouchet indique la preuve concrète de la réussite de Librad.com « se trouve dans l’accord qui nous lie à la nouvelle librairie parisienne Primatice ». Les éditions Déterna ont publié Les nouveaux nationalistes, un livre de Christian Bouchet constitué d’interviews de militants néofacistes. A noter que l’interview de Bouchet est réalisée par... Randa.
(14) Le site commercial www.locadresses.com indique que les éditions Dualpha offrent à la location 60.896 références clients et précise que le profil de la clientèle est « essentiellement masculine, âgée de 40 à 60 ans et aux revenus élevés ».
(15) Parmi lesquels : Ars Magna, Avatar, Godefroy de Bouillon, Nouvelles Editions Latines, Pardès, Servir...
(16) Dualpha, numéro hors série, mai 1999, « Ni César ni Brutus », p. 147-152.
(17) Roland Hélie est, entre autres « qualités », un ancien de la direction du Parti des forces nouvelles, de National Hebdo, de l’Alliance populaire et du Parti national républicain (PNR). Il est aujourd’hui responsable du club Ligne Droite qui se veut la « boîte à idées au service de la Droite nationale ». Le président du PNR était Jean-François Touzé, aujourd’hui membre du bureau politique du Front national de Le Pen, secrétaire national chargé de la coordination des élus et responsable de la communication de la campagne présidentielle 2007 . Il est aussi conseiller régional d’île de France. Le même Touzé a publié en 2006 aux éditions Déterna Comme une veillée d’armes, sa « chronique de combat de l’année 2005 ». Synthèse nationale de Roland Hélie est très proche de Philippe Randa. C'est sur son site que fut annoncée, en juillet 2007, l'ouverture de la librairie Primatice à Liège.
(18) Cet animateur d’expression française de la Nouvelle Droite flamande est aussi l’un des anciens leaders de la Vlaamse jeugd, organisation de jeunesse du Hertog Jan Van Brabant, un cercle regroupant des anciens combattants SS flamands qui fut lié en 1980 au groupe terroriste néonazi, le WNP, et ensuite aux négationnistes de VHO. Ralf Van den Haute a aussi été conseiller communal du Vlaams Blok à Sint Pietersleeuw (commune de la périphérie bruxelloise). Voir au sujet d’Europe nouvelles et de l’Anneau l’article de René Monzat dans le rapport 1996 du CRIDA « Racisme, extrême droite et antisémitisme en Europe » p. 39, dans l’édition 1997 du même rapport celui de Manuel Abramowicz p. 41, ainsi que l’article de Jean-Yves Camus consacre aux « relations internationales du Front national » dans l’édition 1998 du rapport du CRIDA, p. 232. Voir aussi l’article de Nadia Geerts in RésistanceS du 26 mars 2005.
(19) Qui deviendra dès le numéro 13/14 de mars 1996 Pas de Panique - Europe nouvelles.


© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 20 août 2007.

 



 

A LIRE !
Nos derniers autres articles :

Charles Maurras, père du « nationalisme intégral»

Les disciples belges de Charles Maurras

Marcel De Corte, idéologue belge de l’Etat fort

La négation toujours en rayon

Scientologie, Tom Cruise et nazisme

Christian ''fundis'' lose case against RésistanceS (en anglais)

Bilan des résultats aux élections législatives : l'extrême droite n'est plus un danger ?

-----------------------------------------

L'extrême droite ?

Pour mieux comprendre et mieux réagir aux partis et idées d'extrême droite, il faut lire notre :

Guide des résistances
à l'extrême droite

Commandez le directement via le site de RésistanceS et recevez 3 cadeaux :
• un film DVD (20')
• une brochure pédagogique (20 pages) réalisée par RésistanceS
• leur affiche

CLIQUEZ ICI POUR LE COMMANDER