RésistanceS 09-11-2007

Victoire judiciaire

Prison ferme pour avoir nié la Shoah


Par Jean-Yves Camus
Correspondant à Paris de RésistanceS


Vincent Reynouard, un ancien enseignant qui vit actuellement en Belgique, a été condamné ce 8 novembre, à un an de prison ferme et 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) pour contestation de crime contre l'humanité.

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public et la LICRA, partie civile, a obtenu 3.000 euros de dommages et intérêts. Son président pour le Bas-Rhin, Me Raphaël Nisand, a estimé qu’il s’agissait d’une "condamnation exemplaire" visant "l'un des chefs français du négationnisme".

Il faut aussi saluer le sens civique, dans cette affaire, d’une entreprise alsacienne, la manufacture d'impression sur étoffe de Ribeauvillé (Haut-Rhin), à qui avait été envoyé le fascicule, et qui obtient, ainsi que son président, chacun 150 euros de dommages et intérêts.


Vincent Reynouard en décembre 2002, lors de la ''Third International Historical Revisionism Conference'', rassemblement négationniste organisé à Trieste (Italie) par l'organisation néonazie Nuovo ordine europeo (Noe).

Reynouard, âgé de 38 ans, avait écrit, imprimé et diffusé un fascicule de 16 pages intitulé "L'Holocauste, ce que l'on vous cache", auprès de musées, de syndicats d'initiative et de mairies d'Alsace. Il avait déjà été condamné en 1996 à trois mois de prison avec sursis et 15.000 francs d'amende, alors qu'il enseignait à Honfleur (Calvados). L'année suivante, il avait été révoqué de l'Education nationale pour avoir stocké sur l'ordinateur du lycée professionnel de Honfleur où il exerçait, des textes remettant en cause le massacre d'Oradour-sur-Glane par la division SS Das Reich. Il avait également proposé à ses élèves un exercice sur les statistiques de mortalité dans le camp d'Auschwitz en se basant sur une publication révisionniste.

"Réfugié" à Bruxelles, afin d’échapper à la justice française, il avait commis l’imprudence de voyager en région parisienne, où il avait été arrêté le 14 novembre 2006.

Il continue à animer, à partir de Belgique, où il est actif dans le milieu catholique intégriste, la revue négationniste "Sans concession" et deux groupuscules de la même veine, le Mouvement de combat Saint-Michel et le cercle Vision historique objective ( VHO).

Jean-Yves Camus
Correspondant à Paris de RésistanceS

Vincent Reynouard de plus en plus marginalisé


Le négateur-menteur Vincent Reynouard est de plus en plus marginalisé. Après sa dernière condamnation, ce 8 novembre, ce n'est plus qu'une poignée de ses derniers partisans qui se sont exprimés.

Ainsi, sur le blog d'Hervé Ryssen, un fanatique antisémite français, un appui clair et précis est publié le jour même de la condamnation du néonazi. Ryssen invite ses lecteurs à consulter le site Internet de Reynouard, puis précise :

''Nous ignorons si la publication de l'adresse de son site est légale ou non, et nous n'irons certainement pas consulter un avocat pour si peu. Si nous devions être poursuivi pour l'avoir fait, nous considérerions alors que ce serait un honneur d'être condamné aux côtés de cet hérétique.''

Sur le forum du site néonazi américain ''Stormfront'', quatre sympathisants français interviendront également en faveur du condamné.

Mais, à cette date, aucune référence n'a encore été faite sur les sites négationnistes encore en activité : Zundelsite, Radio Islam, l'AAARGH... Aucune trace non plus sur le ''CODOH Revisionist Forum'', l'un des principaux espaces interactifs ouverts aux négationnistes. Ni sur celui de VHO, l'organisation auquel appartient pourtant Reynouard.

Ce manque de visibilité pour manifester sa solidarité à ce dernier, pourtant une habitude dans ce milieu, confirmerait que le négationnisme est en perte de vitesse et que Reynouard ne fait plus l'unanimité dans la mouvance négationniste, traversée de ''courants'' internes en concurrence mutuelle.

D'autres ''amis'' du négationniste semble avoir préféré aujourd'hui aussi garder le silence. En tout les cas de façon publique. But : éviter d'être associé aux illégaux combats de Reynouard.

Cependant, en coulisses, la ''solidarité'' à son égard s'organise déjà, notamment pour payer la lourde amende (10.000 euros) et les divers dommages et intérêts (3.150 euros au total), en cas de confirmation en appel, de sa condamnation.

Depuis le début de ses activités négationnistes, au début des années 1990, Vincent Reynouard a été soutenu par une série d'organisations et publications d'extrême droite, en France comme à l'étranger. En Belgique francophone, c'est le groupe néonazi l'Assaut (dont le dirigeant conduit à l'heure actuelle le mouvement Nation) qui soutenait jadis ce négationniste (comme d'autres d'ailleurs : Robert Faurisson, Olivier Mathieu...).

Dans notre pays, Vincent Reynouard continue de recevoir le soutien de Blood & Honour-Vlaanderen, la section flamande de l'organisation néonazie du même nom. Il est aussi protégé par des militants de la mouvance national-catholique intégriste.

Récemment encore, ''Rivarol'' exprimait publiquement son soutien à Vincent Reynouard. Ce journal français d'extrême droite, comptant plusieurs ''correspondants'' belges, milite pour le rassemblement de la ''droite nationale'', des ''orthodoxes'' du Front national aux antisémites de l'Oeuvre française, en passant par les Identitaires et autres adeptes de la croix celtique.

[.AV.]


Une des nombreuses marques de soutien du journal d'extrême droite français ''Rivarol'' au négateur Vincent Reynouard. Extrait de son n° 2653, daté du 23 janvier 2004 – Document : RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 9 novembre 2007.



 

 

Vincent Reynouard à l'époque où il militait au PNFE, un parti néonazi français.



Sur le négateur Reynouard

A lire également sur RésistanceS, le site de l'Observatoire belge de l'extrême droite

Le dirigeant négationniste Reynouard arrêté en France

« Rivarol » soutient le négateur-menteur Reynouard

Le Who’s who du « réseau Reynouard » - Enquête sur les derniers négateurs-menteurs


Nos derniers articles, à lire (gratuitement) en ligne

Le VMO, toujours un exemple pour le Vlaams Belang

Les loups gris responsables d'actions terroristes à Bruxelles

Des sarkozystes belges rejoignent Nation

RTL cède à l'extrême droite intégriste

L'extrême droite française s'installe à Liège