RésistanceS 27-10-2007

Au coeur du réseau de soutien aux négateurs

Le négateur Reynouard n'est pas seul...


Il est un des derniers activistes professionnels à nier le judéocide et les autres crimes contre l'Humanité commis par les nazis. Issu du néonazisme français, Vincent Reynouard est en exil à Bruxelles. Régulièrement poursuivi pour des infractions à la loi anti-négationniste, il est défendu une fois de plus par l'hebdomadaire « Rivarol ». Qui bénéficie d'un réseau de sympathisants en Belgique.



L'article du journal français d'extrême droite « Rivarol », du 16 novembre dernier, favorable au négateur néonazi Vincent Reynouard. A sa gauche : courrier du dirigeant d'une association bruxelloise francophone partisane du Vlaams Belang – Document : Observatoire belge de l'extrême droite – RésistanceS.

Le 8 novembre dernier, Vincent Reynouard était, une nouvelle, fois condamné pour infraction à la loi française anti-négationniste, à Saverne (Bas-Rhin, voir à ce sujet l'article de Jean-Yves Camus publié sur RésistanceS : « Prison ferme pour avoir nié la Shoah » ). Depuis plusieurs années, ce néonazi français est installé en Belgique et y est protégé auprès d'une « communauté » catholique intégriste. Mais, Vincent Reynouard continue à commettre aussi ses méfaits dans son pays d'origine. Où, il bénéficie encore de quelques supporteurs. C'est le cas de « Rivarol ».

Cet hebdomadaire d'outre-Quiévrain est au service de l'ensemble des courants de l'extrême droite : de la droite nationale (Front national) aux nationaux-fascistes (de l'Oeuvre française), en passant par les identitaires (de Terre & Peuple), sans oublier les cercles de la Nouvelle Droite ultralibérale (Polémia) et les nostalgiques de la monarchie maurrassienne (de l'Action française). Partisan des régimes d'Ordre nouveau de jadis (celui de Pétain, de Franco, de Salazar, de Pinochet...), « Rivarol » apporte encore son soutien inconditionnel aux négationnistes du génocide commis par la dictature nazie durant le Second conflit mondial.

Un journal au service de la négation
Comme quelques autres, Vincent Reynouard fait partie de ces hors-la-loi soutenus par ce journal (voir l'article : « ''Rivarol'' soutient le négateur-menteur Reynouard » ). Ce fut encore le cas après sa dernière condamnation. « Vincent Reynouard matraqué » était le titre de l'article, figurant en page 8 du numéro du 16 novembre dernier, de « Rivarol ».

Habitué de l'intoxication et de la manipulation des données, l'hebdo néofasciste affirmait que le négateur était « historien » (sic). Ce qui est entièrement faux, mais apporte, dans une optique stratégique, plus de crédit à son combat. Utilisant ensuite le vocable usurpé de « révisionniste » (pour à nouveau qualifier Reynouard), « Rivarol » dénonce la « très lourde condamnation » prononcée contre lui (un an de prison ferme et une amende de 10 000 euros). Le journal salue ensuite la « brillante plaidoirie » de son avocat, Me Delcroix, sans mentionner que celui-ci provient des rangs de l'extrême droite pure et dure.

Le réseau belge...
Pour terminer, dans cet article, « Rivarol » va publier les coordonnées complètes (postale, téléphone, e-mail, site Internet) de VHO, l'organisation de Vincent Reynouard implantée à Bruxelles. L'hebdomadaire va aussi faire la promotion de sa revue et des 6 DVD qu'il vend « sur l'''Holocauste'' » (sic).

En Belgique, l'hebdomadaire « Rivarol » bénéficie d'un réseau sympathisant, depuis son apparition au début des années 1950. Le Front national, le Front nouveau de Belgique, le mouvement Nation, l'association intégriste Belgique & Chrétienté, « Le Bulletin célinien », le groupuscule Terre & Peuple – Wallonie et même le Vlaams Belang font partie de ce réseau. Dans le même numéro où fut publié le nouvel article en faveur du négateur Vincent Reynouard, il figure en page 11 un article sur la sortie d'un DVD consacré à l'écrivain antisémite Céline. Son auteur ? Marc Laudelout, le directeur-fondateur belge du « Bulletin célinien » et par ailleurs auteur d'un livre de propagande retraçant l'histoire complète de « Rivarol ».

Dans la rubrique courrier, une lettre de « Pieter K » (nom connu de la rédaction) figurait également pour dénoncer « l'islamisation de nos villes, contrées ou pays ». Abonné fidèle à l'hebdomadaire néofasciste, ce lecteur dirige l'Association bruxelloise contre le déclin (ABCD), un mouvement de francophones militant au profit des intérêts du Vlaams Belang (sur celui-ci voir notre article : « Une alliance francophone au service du Vlaams Blok / Belang »).

La défense des négationnistes et de leurs thèses falsificatrices visant à la réhabilitation du nazisme ne semblent pas heurter ces singuliers lecteurs et collaborateurs belges de « Rivarol ». Les « amis de mes amis sont mes amis » ? ...

Alexandre VICK


Article du « National », de février 2006. Ce journal officiel du Front national fait en Belgique la promotion de « Rivarol », hebdomadaire pro-négationniste – Document : Observatoire belge de l'extrême droite – RésistanceS.


© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 27 novembre 2007.



 


Des SS flamands durant l'occupation nazie. Des références positives pour Vincent Reynouard et l'hebdomadaire « Rivarol »...


Plus d'infos sur ce sujet ?

Sur Vincent Reynouard, lire notre article :

– « Prison ferme pour avoir nié la Shoah »

Sur « Rivarol », lire nos articles :

– « Rivarol » soutient le négateur-menteur Reynouard »

« Rivarol », Chard et leurs amis n'aiment pas les juifs

Le journal « Rivarol » soutient toujours les négationnistes et ex-SS