RésistanceS 03-12-2008

Extrême droite & identité lézardée


Le dirigeant du Front national français Alain Soral à Bruxelles ce vendredi


INFO DE DERNIERE MINUTE
Le frontiste Alain Soral ne viendra pas à Bruxelles !

Encart de promotion publié sur le site de l'association de Soral.

Ce vendredi 5 décembre, l'écrivain français Alain Soral sera à Bruxelles pour y rencontrer ses partisans. Membre du comité central du Front national français de Jean-Marie Le Pen, il est l'un des leaders de sa tendance « nationale-sociale ». Sa présence en Belgique devrait attirer une poignée de militants d'extrême droite, mais aussi quelques nationalistes arabes et panafricains, de plus en plus acquis aux thèses frontistes...


Alain Soral est un cas particulier. Ecrivain pamphlétaire connu pour ses multiples provocations, il est passé du Parti communiste français au Front national de Jean-Marie Le Pen. A l'occasion du dernier congrès national du FN français, le 18 novembre 2007, Alain Soral a été nommé par Jean-Marie Le Pen en personne au comité central du parti d'extrême droite. Cet organe essentiel est composé de 120 dirigeants frontistes. C'est la crème de la crème du FN. Le comité central est chargé notamment de définir les orientations politiques à moyen terme, les campagnes de propagande et les choix stratégique du « Front ». En marge de sa participation à la direction du parti lepéniste, Alain Soral a fondé, en juin 2007, un cercle de réflexion et d'action, Egalité & Réconciliation (E&R, lire à son sujet l'article de RésistanceS.be : «Alain Soral, chefaillon des ''anti-tout''» )

Ce vendredi 5 décembre, le dirigeant frontiste Alain Soral sera en déplacement à Bruxelles. Le but de son voyage est de rencontrer ses sympathisants belges et français exilés dans notre capitale. Au programme : une conférence-débat, au Best Western Country Hôtel, situé dans la chic commune bruxelloise d’Uccle, et une «soirée bruxelloise» (sic) durant laquelle ce nouveau frontiste dédicacera ses livres. Cette dernière activité aura lieu à La Chocolaterie, à Molenbeek. Commune populaire de la capitale où le Front national belge (rénové) avait tenté – sans succès - de tenir un meeting le 4 octobre dernier .

La « soirée bruxelloise » pour et avec Alain Soral programmée ce 5 décembre est organisée par la «branche belge» d'Egalité & Réconciliation.


Alain Soral avec Jean-Marie Le Pen, lors de la première université d'Egalité & Réconciliation, en 2007.


Les camarades belges de Soral
En Belgique, le national-social frontiste Alain Soral bénéficie d'une poignée de sympathisants. Parmi ses adeptes bruxellois, il y a un certain Henri Laquay. Cet avocat entretient depuis quelques temps une correspondance avec l'écrivain provocateur d'outre-Quiévrain. Il y a quelques années, lors d'élections législatives, l'avocat Laquay fut la tête des listes des candidats suppléants du Front national de Daniel Féret. En 2007, le nom d'Henri Laquay figurait sur la liste des membres du comité de soutien à Jean-Marie Le Pen pour l'élection présidentielle (lire notre article : «Un Belge membre du Comité de soutien à Le Pen» CLIQUEZ ICI http://www.resistances.be/lepenb01.html ). Il est aussi connu comme l'avocat et un militant de Belgique & Chrétienté, un groupuscule national-catholique qui s'est transformé en un véritable « nid de fascistes » (sur celui-ci ). Pour Laquay, Soral «est devenu un "affreux" qu’on insulte, qu’on calomnie, qu’on agresse» injustement, par mépris politique (1).

La conférence de Soral de ce 5 décembre n'est pas la première. Le 1er décembre 2007, le même Soral était déjà venu en Belgique pour y rencontrer ses fans locaux. Cette rencontre eut lieu au château Coloma, situé dans la commune flamande de Sint-Pieters-Leeuw (dans la périphérie bruxelloise), à l'invitation de la «mouvance identitaire». Ladite mouvance était alors animée par les plus purs et durs de l'extrême droite francophone. A cette occasion, Alain Soral put débattre avec Robert Steuckers, le leader en Belgique du courant de la Nouvelle Droite, qui permet à l'extrême droite d'avoir un discours pouvant être considéré comme compréhensible. Soral croisa aussi, dans ce château flamand, Georges Hupin. Ancien dirigeant-fondateur dans les années 1970 de la section belge du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (Grece), l'organisation qui donna naissance à la Nouvelle Droite, Hupin provient aussi du Front national de Daniel Féret.

Depuis la première venue d'Alain Soral sur notre territoire national, une coordinatrice francophone pour la Belgique, prénommée Aïcha, apparaît désormais dans l'organigramme officiel d'Egalité & Réconciliation. C'est cette même Aïcha qui est le point de contact pour sa conférence prévue à Bruxelles ce 5 décembre.


Alain Soral (à l'extrême droite) et son «pote» Dieudonné à Beyrouth en août 2006 lors d'une rencontre avec le directeur d'Al Manar, la chaîne de télévision du Hezbollah, le parti islamiste intégriste libanais. Connu pour ses discours anti-israéliens et également antisémites...


Cocktail hétéroclite pro-Soral
Les «théories» de Soral étant également bien accueillies chez les partisans des «mouvements politico-ethno-identitaires» non-blancs, chez les communautaristes nationalistes arabes et panafricains, par exemples (à leur sujet ), il se pourrait fort bien que le public de la conférence-débat qu'il donnera à Bruxelles, ce vendredi soir, soit dès lors constitué d'un cocktail hétéroclite, allant de pro-Soral d'extrême droite islamophobes et racistes à des militants de la «cause noire» et «arabo-musulmane», version nationaliste, séduits par le discours national-social et ethno-différentialiste d'Alain Soral.

Des partisans belges de l'humoriste lepénisé Dieudonné – un des principaux complices du frontiste Alain Soral - pourraient aussi être des convives. Le Front national Soral-Dieudonné-Le Pen va-t-il s'implanter chez nous aussi après la soirée du 5 décembre ? La suite, sur RésistanceS.be

Manuel Abramowicz

(1) Extrait de l'article «L'écrivain Alain Soral : du talent et du courage !» d'Henri Laquay, posté le 10 février 2007 sur son blog.


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 3 décembre 2008.



Enquête de RésistanceS.be
sur la nébuleuse «nationale-sociale» d'Alain Soral



Au sommaire de cette enquête :

Le dirigeant du Front national français Alain Soral à Bruxelles

Alain Soral, chefaillon des «anti-tout» (Portrait de Soral et d'E&R)



Pour affrondir le sujet de cet article,
lisez sur RésistanceS.be,
l'article suivant :

Création d'un mouvement politico-ethno-identitaire panafricain à Bruxelles



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008 et jusqu'aux élections de juin 2009, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs d'extrême droite.

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de RésistanceS


POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?

Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82

IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « 03-12-2008 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI



Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008