[HOME] [INFO]

 

Dans les coulisses de l'extrême droite francophone 

Georges-Pierre Tonnelier a retiré sa demande d’adhésion au MR


Capture d’écran du site Internet de Georges-Pierre Tonnelier (au 21/12/2004). On ne voit plus que l’intéressé, seul avec lui-même et sans le logo du MR

Alors que ses activités d’extrême droite amènent Georges-Pierre Tonnelier à devoir répondre devant les tribunaux d’incitation à la haine raciale (v. l’article « Le procès du Front national est remis au 18 mai 2005 »), l’intéressé a vainement tenté de se créer une nouvelle virginité en adhérant au M.R.

C’est au début du mois d’octobre 2004 que l’ancien collaborateur de Daniel Féret (FN) a sollicité son adhésion au MR. Rapide et efficace, il s’est inscrit via Internet, a payé illico sa cotisation, et entrepris de redorer son site internet personnel en l'agrémentant du bleu réformateur - avec logo et lien vers son nouveau parti. Histoire de pouvoir dire : Monsieur le juge, je suis aujourd’hui démocrate. Vous voyez, j’ai même ma carte de parti au MR…

Georges-Pierre Tonnelier ne pourra pourtant pas brandir cet argument lors des prochaines audiences: il a en effet retiré sa demande d’adhésion au MR, par lettre reçue au siège dudit parti le 24 novembre 2004.

Ceci fait suite à l’intervention de Monsieur Bertouille, Président du conseil de conciliation et d’arbitrage du MR, qui a pris contact avec le candidat transfuge pour lui suggérer son retrait, et ce afin qu’il ne fasse pas l’objet d’une procédure d’exclusion.

Par ailleurs, un récent communiqué de presse de la nouvelle dissidente du MR, Madame Danielle Caron, exclut toute collaboration de GPT au niveau local.

On est en droit de penser que le profil de Tonnelier ne l’amènera pas à constituer un groupe de sa propre initiative, ni à se retirer complètement. Restent donc deux hypothèses -que l’intéressé dément espérant qu’il lui sera possible de s’affilier au MR lorsque son procès sera terminé- : soit il accroche le wagon des futurs « Identitaires », soit, profitant de l’éventuel retrait de Féret de la direction du Front National, il retourne dans le giron d’une nouvelle structure FN (voir notre article sur l’évolution possible de l’extrême droite francophone). En tout état de cause, sa tentative de blanchiment politique est un échec.

David LEFÉBURE.
© ResistanceS – 21 décembre 2004




 

 

REACTUALISATION du 31 novembre 2008 :
Georges-Pierre Tonnelier n'est plus d'extrême droite CLIQUEZ ICI