[HOME] [INFO]

 

Antisémitisme et négationnisme pas morts !

Propos antisémites et négationnistes sur un forum Internet d’ultradroite belge

L’extermination au camp nazi d’Auschwitz, une fois de plus niée par l’extrême droite

Les observateurs du phénomène l’affirment : l’antisémitisme est de retour. Ses nouveaux adeptes seraient désormais de jeunes nord-africains manipulés par des intégristes musulmans. Cependant, l’extrême droite n’a jamais remisé l’antisémitisme au placard, comme en témoigne une visite sur le forum du site Internet «Tonnelier.be» où «l’Internationale juive» est dénoncée avec vigueur. Quant à son «administrateur», il s’est fixé, parmi ses «priorités politiques», l’abrogation des lois antiraciste et antinégationniste. Une voie royale pour l’expression des pires sentiments nauséabonds dont l’extrême droite est coutumière, sur la toile ou ailleurs.

Proposé par le site antifasciste RésistanceS (www.resistances.be) en collaboration avec Le Journal du Mardi, voici un voyage sur le «Net de la haine».

Le site belge « www.tonnelier.be » est présent sur le Net depuis plusieurs années. Il a été fondé et reste depuis lors animé par Georges-Pierre Tonnelier, un ancien bras-droit de plusieurs chefs de l’extrême droite belge francophone, dont Daniel Féret (président-fondateur du Front national) et Marguerite Bastien (fondatrice et ex-présidente du Front nouveau de Belgique). Suite à des poursuites judiciaires pour racisme contre lui et Daniel Féret, Georges-Pierre Tonnelier tente désormais coûte que coûte de se blanchir de toute accointance avec l’extrême droite. Il a même tenté adhérer au Mouvement réformateur (lequel a, vu le pedigree de sa nouvelle recrue, refusé son adhésion). Aujourd’hui, Georges-Pierre Tonnelier affirme être proche de Richard Fournaux, l’ex-PSC passé au MR et aujourd’hui inculpé devant nos tribunaux.

Courageusement anonyme
Le site Internet de Georges-Pierre Tonnelier propose à tous ses visiteurs un « forum de discussion ». Ce forum est directement administré et modéré par Tonnelier himself. Ceux qui s’expriment sur celui-ci restent le plus souvent proches, voire liés à l’extrême droite pure et dure de notre pays. Certains se revendiquent du Front national, d’autres de Force nationale (dissidence du FN de Féret) ou de Nation, un groupuscule lié au néonazisme. Tous utilisent courageusement des pseudonymes pour s’y exprimer. Une habitude sur Internet (et dans l’extrême droite radicale), permettant à tout un chacun de laisser libre cours à ses opinions les plus primaires ; ainsi que de celles qui pourraient le cas échant tomber sous le coup de la loi antiraciste, par exemple

Les thèmes développés, via des « sujets » proposés par qui le souhaite, sur ce forum d’ultradroite ne varient guère. Ils intéressent en règle générale uniquement l’électorat et la base militante du FN et des autres groupuscules néofascistes. Dernièrement, suite à la perquisition opérée par la justice belge au domicile bruxellois d’un négationniste néonazi, le 12 septembre dernier, un nouveau sujet est apparu sur « Tonnelier.be ». Il concerne ceux qui nient le génocide des Juifs commis par la dictature nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Depuis le 16 septembre, plusieurs « inscrits » de ce forum s’expriment quotidiennement sur ce thème sulfureux. Si certains sont clairement opposés au négationnisme, d’autres le soutiennent ouvertement et avec fierté. A telle enseigne que l’administrateur du site, Georges-Pierre Tonnelier, sera obligé, afin d’éviter de possibles poursuites judiciaires, de « censurer » (ce sont ses propres termes) certains passages de messages postés sur son forum.

« … le génocide juif a-t-il existé ? »
Mais malgré les avertissements de cet ex-collaborateur direct de Daniel Féret, le débat se poursuit de plus belle. Un certain « Steftaz », se revendiquant du FN, écrit par exemple (nous republions son message tel qu’il figurait sur le site de Tonnelier) : « Pourquoi faut-il toujours rabbacher aux oreilles le génocide juif, a-t'il existé ?, n'a-t'il pas existé? Parle-t'on autant du génocide arménien, ou kurde? Parle-t'on autant des paléstiniens massacrés comme des chiens par les israéliens (voilà comment ils retiennent les leçon de l'Histoire!) Pourquoi ne parlons-nous pas du massacre des phoques, des baleines, ou des chrétiens massacrés par les lions sous le règne de Néron? Peut-être devrions-nous demander des comptes à Rome ?».

Suite à ce type de propos, Georges-Pierre Tonnelier sera à nouveau obligé de « censurer » certains de ceux fréquentant son propre forum. Et s’expliquera néanmoins alors sur l’opinion qu’il se fait du négationnisme. Voici son message, dans sa totalité : « En tant qu'homme politique, il ne m'appartient pas de me prononcer à propos de faits historiques : ce n'est pas au législateur à écrire l'Histoire, ni à la magistrature, mais bien aux historiens. C'est à ce titre, ainsi qu'au nom de la liberté d'expression, que je suis opposé à l'existence de lois telles que celle de 1995 réprimant le négationnisme. Mon opposition à l'existence de cette loi est une opposition de principe qui ne correspond pas à une quelconque opinion sur le fond de la question. Bien que j'y sois opposé, je ne peux malgré tout que respecter la loi de 1995 et je ne peux donc accepter sur ce forum d'infraction à celle-ci, au même titre qu'au reste de la législation (antiracisme, etc..) ».

Cette notice de l’administrateur poussera l’un des habitués du forum à lui renvoyer un message direct : « Quel courage !! Quelque chose dans le pantalon, GPT ? Je ne crois pas ! ». Cela vole haut sur « tonnelier.be »…

Un génocide au profit de « l’Internationale juive »
Mais pourquoi donc débattre d’un sujet historique, comme l’est le génocide des Juifs, sur ce site d’ultradroite pourtant voué, selon lui, à l’avenir national de notre pays ? La réponse viendra d’un dénommé « K-Zimir » : « Sur le plan historique ce débat présente aussi un intérêt. Savoir la vérité présente toujours un intérêt. Bien sûr le but n'est pas de faire de Hitler un saint, mais il faut quand même ouvrir les yeux de tous, il est maintenant prouvé que le chiffres de 6.000.000 est faux, à quoi bon continuer à répandre ce mensonge visqueux ? L'internationale juive profite de ce fait historique (qu'elle exagère) pour se faire plaindre du monde entier. Le fait d'avoir été un jour la cible d'un dictateur ne fait pas du peuple juif une victime éternelle, encore moins un peuple 100% bon à qui tout doit être pardonné ».

Des adeptes scotchés jour après jour au site de Tonnelier s’opposeront cependant ouvertement aux « dérives négationnistes » de leurs interlocuteurs. « Gaucho » écrira ainsi: « Tout de même, un type qui nie l'holocauste et les camps de concentration, il faut souligner qu'il n'est pas bien dans sa tête. Il y a assez de documents, de preuves et même des survivants de cette
horreur ». A l’adresse du sympathisant négationniste « K-Zimir », « Piakr » écrit : « !!! K-Zimir, on est pourtant d'accord sur beaucoup de choses, mais tu m'énerves avec ta judéophobie ! J'en ai marre, moi aussi, qu'on nous rebatte les oreilles avec l'holocauste, OK ! Mais si soutenir le révisionnisme n'est à mes yeux certes pas un délit, c'est en revanche une CONNERIE de la plus belle eau !!! L'holocauste est un fait établi, une fois pour toutes, et tant qu'il y aura des négationnistes, les juifs encombreront les médias, et donc l'info vraiment importante, avec leurs protestations. Tes nostalgies hitlériennes à la con font perdre un temps précieux à la vraie droite quant à l'éradication de l'islam en Europe occidentale ! Ce qui, au vu de l'actualité, me paraît une urgence autrement plus importante ! ».

Les Juifs : des « individus d’une autre race »
La réponse de K-Zimir sera des plus claires, des plus antisémites : « Je n'ai rien contre les juifs (contrairement aux musulmans dont je souhaite qu'ils dégagent de cette planète) mais je considère les juifs comme des étrangers et des individus d'une autre race. Je n'ai absolument pas envie de tolérer la présence des juifs dans mon pays (ni plus ni moins que les turcs, les albanais, les italiens, les espagnols, les kosovars, les grecs, les marocains, les chinois, les indiens, les hindoux, les pakistanais, les portugains, etc, etc, etc, etc, ....). Je veux la Belgique aux seuls belges, point barre. Contrairement à ce que tu sembles penser, je ne suis pas plus "judéophobe" que tout simplement xénophobe. Et je te signale que les juifs font partie des communautés qui s'intègrent les moins (et ceci dans le monde entier), va faire un tour à Anvers si tu penses qu'un juif peut s'intégrer ».

Suite au message d’un de ses visiteurs, disant : « Celui qui nie l’holocauste est un vrai con… même aussi débile que soit le négationnisme, je pense qu’on doit avoir le droit d’exprimer cette idée », Georges-Pierre Tonnelier, quotidiennement en ligne sur son espace virtuel, finit par répondre : « Je suis également d'accord, mais il faut tenir compte des lois existantes. J'ai déjà dit aussi que l'une de mes priorités politiques était de faire abroger ces lois liberticides ». Imaginez, dès lors, les propos qu’il serait possible de lire sur le forum du site « tonnelier.be », si la loi antiraciste et la loi antinégationniste étaient demain abrogées…

Dans l’attente patiente de cela, les néofascistes sans frontières, les néonazis obsessionnels, les adeptes du culte de la personnalité pour Adolf Hitler et tous les autres croyants du « grand complot juif » contre l’Europe chrétienne continuent, à l’ombre de nos lois, à exprimer anonymement (quel courage !) leur haine maladive sur la toile.

Emmanuel VERHAEGEN

© RésistanceS – www.resistances.be - Bruxelles – Belgique – 1er novembre 2005 – Une version adaptée de cet article a également été publiée dans « le Journal du Mardi », hebdomadaire en vente dans toutes les bonnes librairies du pays.

Plus d’informations sur Georges-Pierre Tonnelier :


- Georges-Pierre Tonnelier a retiré sa demande d’adhésion au MR (21/12/2004)

 


Définition

Antisémitisme
L’apogée de l’antisémitisme fut le génocide commis par la dictature nazie, avec la complicité des autorités collaborationnistes de plusieurs pays européens, durant la Deuxième Guerre mondiale. L’antisémitisme est le racisme qui vise exclusivement les Juifs. Il se nourrit aussi parfois d’un anti-judaïsme (hostilité à l’égard de la religion juive). Le rejet des Juifs (peuple à la base de la première religion monothéiste, source également du Christianisme et de l’Islam) s’est développé après l’invasion de la Palestine antique et la destruction du royaume d’Israël par les armées romaines.

Depuis lors, l’antisémitisme existe dans le monde entier et a pour caractéristique d’accuser les Juifs de tous les crimes. Au nombre de ceux-ci, il y a, bien sûr, le meurtre de Jésus, un mythe (celui du « peuple déicide ») qui a la vie dure, malgré le fait que le Vatican ait atténué l’accusation. Le dernier film de Mel Gibson « La Passion du Christ », sorti sur les écrans belges en avril 2004 et soutenu par les intégristes chrétiens (de l’Opus Dei, de la Fraternité Saint-Pie X, de Belgique et Chrétienté…), s’est fait le relais de la thèse du « peuple déicide ».

Dans les écrits antisémites d’aujourd’hui, les Juifs – désignés derrière des euphémismes comme « apatrides », « cosmopolites »… - sont toujours accusés de vouloir contrôler le monde. On leur impute d’être les représentants de la « Haute Finance, vagabonde et anonyme ». Au début des années nonante, un tract du Vlaams Blok reprenait cette image du « juif international » visant à détruire l’« Europe blanche ». Cette image de propagande fut celle des nazis pour justifier les hostilités qui débouchèrent sur le second conflit mondial !

L’antisémitisme a toujours été exploité à des fins politiques par différents milieux (religieux comme idéologiques). Ainsi, il est aussi bien cultivé dans des organisations d’extrême droite, traditionalistes chrétiennes que dans des mouvements intégristes musulmans. Après le début de la seconde Intifada, en octobre 2000, dans les territoires palestiniens illégalement occupés par Israël, l’exportation chez nous du conflit israélo-palestinien a donné lieu à l’apparition d’une nouvelle vague antisémite, essentiellement portée au sein d’une fraction de jeunes maghrébins.

Face à cet inquiétant constat et des actions violentes contre les communautés juives (ratonnades, attaques aux cocktails Molotov contre des synagogues…), des mouvements et des intellectuels progressistes nord-africains se sont opposés publiquement à l’antisémitisme. Sans nier pour autant une présence antisémite de type culturel, des initiatives judéo-arabes sont même nées pour contrecarrer la propagande antisémite des fondamentalistes islamiques. Des artistes belgo-maghrébins, comme le chanteur Mousta Largo ou le comédien Sam Touzani, se sont érigés vigoureusement pour dénoncer le racisme anti-Juifs. Pendant ce temps, au sein de l’extrême droite et des milieux intégristes chrétiens, il va se renforcer et perdurer.

Extrait du « Guide des résistances à l’extrême droite » de Manuel Abramowicz (RésistanceS – éditions Labor, 2005).

 

La haine des Juifs :
toujours au programme !

Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, organisme publique fondé en 1993 par le Parlement de notre pays, précise dans son « Rapport annuel 2001 » que des formations politiques comme le Front national (FN), le Front nouveau de Belgique (FNB) ou le Bloc Wallon (BW) restent « ‘’spécialisés’’ dans l’exploitation du racisme et de la xénophobie. Leurs tracts et organes de presse en sont l’illustration. Mais, le racisme s’y exprime aussi de manière moins identifiable. En effet, afin de ne pas tomber sous le coup de la loi du 30 juillet 1981, l'utilisation de termes codés ou de nouveaux synonymes pour désigner, par exemples, les ‘’jeunes immigrés’’ en écrivant tout simplement ‘’jeunes’’, s'est poursuivie dans diverses publications. La Communauté juive y est souvent pour sa part ciblée par le terme de ‘’Haute finance apatride’’ (terme par ailleurs déjà employé durant la Deuxième Guerre mondiale par la propagande antisémite). Le flou laissé volontairement sur ces mots choisis ou l'appropriation de données officielles adaptées par ces organisations serviront à donner des interprétations différentes en cas de poursuites judiciaires. Et de nier, pour éviter une condamnation, l'infraction raciste ».

Dans son rapport présentant ses dix ans de fonctionnement, le Centre pour l’égalité des chances, écrit encore au sujet de l’antisémitisme :

« Dans les années quatre-vingt et nonante, l’antisémitisme d’extrême droite s’exprimait toujours dans des organisations groupusculaires néonazies ou dans des cercles religieux chrétiens fondamentalistes, souvent liés par ailleurs aux formations électorales non démocratiques. Les références aux «Protocoles des Sages de Sion»
(un des principaux pamphlets internationaux antisémites) étaient alors monnaie courante dans les opuscules de ces organisations. Pour cibler les Juifs, ils utilisaient des termes directement issues de la propagande de la dictature nazie, comme celui de ‘’Haute Finance vagabonde et anonyme’’ ».

www.diversite.be

REACTUALISATION du 31 novembre 2008 :
Georges-Pierre Tonnelier n'est plus d'extrême droite CLIQUEZ ICI

Une version adaptée de cet article a également été publiée dans « le Journal du Mardi » (JDM). Cet hebdomadaire est l’un de nos partenaires. Des dossiers de RésistanceS sont en effet régulièrement publiés dans le JDM. « Le Journal du Mardi » est en vente dans toutes les bonnes librairies du pays, pour le prix de 2 €.