RésistanceS 24-04-2008

Un exemple de hier pour aujourd'hui

Hommage à la résistance juive antinazie

 


Partisans armées juifs dans la forêt de Naliboki, près de Novogrudok, en Pologne, en 1942 ou 1943 - Photo : www.ushmm.org


Comme chaque année, l'Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) a rendu un hommage aux insurgés du ghetto de Varsovie qui résistèrent les armes à la main à la puissante armée allemande, du 19 avril au 6 mai 1943. Cet hommage est double puisque l'UPJB honore aussi, par la même occasion, les résistants juifs qui arrêtèrent le 20e convoi de déportés juifs de Belgique vers le camp d'extrermination d'Auschwitz. Une action héroïque qui marqua aussi l'Histoire de la résistance antinazie belge.

Pour rendre ces hommages, plus d'une centaine de jeunes, d'adultes et de seniors de l'UPJB et de leurs amis (belges, espagnols, latino-américains, allemands...) se sont réunis au Mémorial des Résistants et Déportés juifs, ce samedi 19 avril, à Anderlecht. C'est dans cette commune populaire de la Région de Bruxelles-capitale que se trouvait jadis l'un des quartiers où vivaient les immigrés juifs arrivés, dans les années 1920-1930, des pays de l'Est. Un membre de l'équipe du web-journal RésistanceS était également présent. Voici son reportage-photos.



Anderlecht (1070 Bruxelles), 19 avril 2008 : Mur du souvenir de la Résistance juive armée de Belgique contre l'occupant nazi © Photo : Manuel Abramowicz

 


La professeure gantoise Anne Grauwels ouvre la cérémonie de l'UPJB d'hommage aux insurgés du ghetto de Varsovie. Le 19 avril 1943, plus de 250 jeunes et moins jeunes hommes et femmes organisèrent la révolte des Juifs, les armes à la main, face aux nombreuses troupes d'assaut de l'armée nazie © Photo : Manuel Abramowicz

 


David Lachman, héros de la Résistance juive antinazie. Toujours vif et le verbe haut. © Photo : Manuel Abramowicz

 


Simon Gronowski, alias le « Petit Simon », survivant de la déportation et militant de la mémoire, toujours très actif de nos jours, notamment auprès des jeunes © Photo : Manuel Abramowicz

 


Dans son discours, Simon Gronowski n'a pas hésité à dénoncer les cérémonies officielles, celles organisées par les « notables » (sic) et centrées exclusivement sur le judéocide. En oubliant le serment des survivants : « Plus jamais ça ! ». Simon Gronowski appela, lui, à la solidarité avec tous les peuples opprimés. © Photo : Manuel Abramowicz

 


« Plus jamais ça » avaient proclamés les rescapés des camps de la mort nazis. Pourtant le XXe siècle connaîtra d'autres périodes de barbarie. En avril 1994, le génocide des Tutsis confirme que l'idéologie raciste finit toujours par être criminelle. Depuis sa fondation, l'UPJB est solidaire des peuples et communautés opprimés (palestinien, africains, latino-américains, immigrés...) et milite pour un « Autre Monde », sans racisme, tolérant, progressiste et respectueux de ses composantes. Devant le Mémorial de la résistance juive d'Anderlecht, sur la photographie ci-dessus, Mélanie Uwamaliya, lors de son discours pour les héros de la résistance juive. Victime du génocide planifié par l'extrême droite raciste du Hutu Power, au Rwanda en 1994, Mélanie Uwamaliya prononcera des mots très touchants pour exprimer les souffrances des peuples opprimés. © Photo : Manuel Abramowicz

 


Après 1945, la barbarie n'a hélas pas cessé, au Rwanda en 1994 mais également ailleurs sur la planète, dira Mélanie Uwamaliya © Photo : Manuel Abramowicz

 


Membres de l'UPJB et le résistant antinazi David Lachman © Photo : Manuel Abramowicz

 


La génération de l'espoir, les jeunes reprennent le flambeau de la lutte pour sauvegarder la mémoire collective de la résistance juive. Prise de parole d'un membre de l'UPJB-Jeunes © Photo : Manuel Abramowicz

 


Après les discours, l'assemblée présente a chanté, en yiddish, « Zog nit keyn mol », le Chant des Partisans juifs (pour l'écouter : voir ci-contre) © Photo : Manuel Abramowicz

 


UPJB séniors, adultes et jeunes, tous ensemble pour honorer leurs héros d’hier et leurs exemples pour aujourd'hui © Photo : Manuel Abramowicz

 


Le mur des déportés et exterminés. Plus de 24.000 juifs de Belgique (belges, immigrés, étrangers et apatrides) furent assassinés à Auschwitz, sur plus de 25.000 déportés... © Photo : Manuel Abramowicz


[Article, texte des légendes et photographie : Manuel Abramowicz]


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 20 avril 2008.



Combattant juif du ghetto de Varsovie, avril 1943.


La révolte du ghetto de Varsovie
RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite, a déjà consacré des articles aux jeunes insurgés qui, du 19 avril au 6 mai 1943, combattirent les soldats allemands surarmés, dans le ghetto de Varsovie. Cette révolte est l'un des faits marquants de la résistance civile armée antinazie de la Deuxième Guerre mondiale.

Il est toujours possible de lire le précédent article en ligne consacré par RésistanceS à la révolte du ghetto de Varsovie :

L’Insurrection du Ghetto de Varsovie


Zog nit keyn mol
Le Chant des Partisans juifs

Comme chaque année, lors de la cérémonie de l'Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB), ce 19 avril 2008, pour honorer la mémoire de la révolte du ghetto de Varsovie et l'action héroïque des résistants juifs pour arrêter un train de déportés, le Zog nit keyn mol, le Chant des Partisans juifs, a été chanté.
Son texte provient d'un poème yiddish écrit, en 1943 dans le ghetto de Wilno, par Hirsch Glik. Il devint l’hymne de l’Organisation unie des Partisans juifs. Depuis, il est chanté lors des cérémonies organisées annuellement par l'UPJB

« Zog nit keyn mol az du geyst dem Letstn Veg / Ne dis jamais que tu marches sur ton dernier chemin… Mir Zeynen do / Nous sommes là / … Ce chant se transmettra comme un appel. Ce chant n’est pas celui d’un oiseau en liberté. Un peuple, entouré de murs qui s’écroulent, l’a chanté, le fusil à la main ».

Ecoutez le Chant des Partisans Juifs en CLIQUANT ICI


La résistance juive


Vous êtes intéressés par l'histoire de la résistance armée juive au nazisme ? Il faut alors lire Résistances juives à l'anéantissement, de Bernard Suchecky, le désormais incontournable livre-album sur ce sujet.

Publié en 2007 aux éditions belges Luc Pire, cet ouvrage propose un « voyage » inédit dans la résistance armée des Juifs au nazisme. Cet épisode de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale avait jusqu'alors été peu abordé par les historiens, les organisations de résistance et les hommages officiels rendus pour se souvenir de cette sinistre période européenne.

Après de nombreuses années de recherches dans des centres d'archives du monde entier (en Israël, aux Etats-Unis, en France, en Italie, en Angleterre, en Pologne, en Belgique...), l'historien Bernard Suchecki démontre dans son livre que « Non, des millions de juifs ne sont pas ''allés à l’abattoir comme des moutons'' ». Il raconte, avec de très nombreux documents inédits d'archives et des photographies exceptionnelles, que la résistance juive combattit avec pugnacité et dignité les troupes nazies surarmées.

Constituée de civils, de jeunes et de vieux, d'hommes et de femmes, cette résistance fut héroïque. Dans la plupart des grandes villes occupées, dans les maquis ruraux des partisans armés, en Europe de l'Est et de l'Ouest. Les organisations juives de combat se singularisèrent par leur professionnalisme en matière de lutte armée, grâce souvent à la formation politique de leurs principaux dirigeants et cadres. Pour la plupart, ils provenaient d'organisations culturelles juives, de mouvements marxistes internationalistes, juifs ou nationaux.

Résistances juives à l'anéantissement est un livre à lire, à relire, à garder dans sa bibliothèque et à transmettre demain aux générations futures.

Manuel Abramowicz


L'UPJB : de la résistance à aujourd'hui
L'Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB), comme son nom l'indique est une organisation juive. Elle est directement issue de Solidarité juive, le mouvement de la résistance juive durant l'occupation nazie de la Belgique (1940-1944). Ses militants étaient pour la plupart, après la Deuxième Guerre mondiale, des jeunes provenant de la résistance armée antinazie, des rescapés des camps de la mort et des enfants cachés ayant survécu à la déportation grâce au Comité de défense des juifs (CDJ), conduit notamment par Yvonne Jospa, une militante communiste juive, cofondatrice ensuite du Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax). Aujourd'hui, l'une des sections de l'UPJB-Jeunes porte son nom...

De Solidarité juive à l'UPJB, de l’eau a coulé sous les ponts. L'Union des progressistes juifs de Belgique a maintenu le cap en défendant toujours la justice sociale, politique et économique pour tous les peuples opprimés, sous l'enseignement des insurgés du ghetto de Varsovie.

Solidaire des peuples en lutte pour leur liberté et l'autodétermination de leur destinée, l'UPJB fut de tous les combats des années 1950 à nos jours : pour l'indépendance du peuple algérien, contre la guerre au Vietnam, solidaire des opposants dans les dictatures latino-américaines, active dans les réseaux semi-clandestins de soutien aux dissidents dans les pays du Bloc soviétique, ensemble avec les organisations démocratiques palestiniennes luttant pour la création d'un Etat national, libre et indépendant, en soutien aux pacifistes et refuzniks israéliens s'opposant à l'oppression de leurs voisins palestiniens et libanais, présente au coeur des réseaux de soutien aux demandeurs d'asile, membre des mouvements antiracistes et d'accueil des immigrés... L'UPJB, ce sont plusieurs générations militantes et solidaires.

[M.AZ]

Pour visiter le site de l'UPJB : CLIQUEZ ICI


La dernière enquête de RésistanceS




POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?

Soutenez vous aussi RésistanceS...

Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82

Avec en communication : « 20 avril 2008 »


... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !

Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI

 


Ailleurs sur le Net...

Des membres de l'équipe de RésistanceS sont encore actifs ailleurs sur Internet. Consultez également leur site et blog. Le contenu de ceux-ci n'engage en rien l'ensemble de l'équipe de rédaction de RésistanceS. Les prises de positions sur des sujets d'actualité de ces blogs et sites ne sont en effet pas nécessairement partagées par l'ensemble des rédacteurs de RésistanceS. Mais, il nous semble nécessaire que leurs prises de positions, parfois non conformistes, puissent alimenter le débat démocratique et faire perdurer la liberté d'expression.

 


... et prochainement sur le Net

.