RésistanceS.be 26-07-2013

Nouvelles intimidations contre notre journal


Pour l'extrême droite, RésistanceS.be reste un « média juif et communiste ! »

Ce n'est pas nouveau, les nombreux adversaires du web-journal RésistanceS.be le considèrent comme un média « anti-nationaliste » et « sioniste ». Nous serions même carrément un des maillons essentiel d'une « internationale » trotskiste et juive. Une encyclopédie en ligne d'extrême droite, fondée sur le modèle de Wikipedia, reprend officiellement les attaques habituelles contre Résistance.be.

Par Julien MAQUESTIAU (RésistanceS.be)

 



Image tirée d'une capture d'écran effectuée sur le site d'extrême droite anglophone Métapédia – Doc RésistanceS.be


La version anglophone de Métapédia, une « encyclopédie alternative » en ligne, renoue avec les heures les plus sombres du 20e siècle, notamment en dressant une liste haineuse des « juifs communistes » (sic) dans le monde. Parmi ceux-ci on retrouve le nom de Manuel Abramowicz, le coordinateur de notre rédaction. Ce site internet relativement confidentiel utilise le modèle de l’encyclopédie Wikipédia pour abriter des propos judéophobes, islamophobes, de la propagande négationniste et pour prôner la « suprématie de la race blanche ».

Les différences entre Métapédia et Wikipédia ne manquent pas.


Métapédia, le « wiki » des extrémistes de droite
La vigilance des « modérateurs » de Wikipédia permet de supprimer systématiquement les propos non pertinents. A titre d’exemple, sur cette encyclopédie connue internationalement, n’importe qui pouvant prendre part à la conception du contenu, les pages présentant RésistanceS.be et Manuel Abramowicz ont fait - et font encore régulièrement - l’objet de « guerres d’édition » et de « vandalisme » de la part de nos adversaires.

Métapédia a donc été créé en 2006 suite à la frustration engendrée par l’incapacité des extrémistes de droite à détourner systématiquement l’encyclopédie coopérative en ligne Wikipédia à leur profit. Le parti pris haineux de ses créateurs donne évidement un résultat très différent et fort peu crédible. Le très petit nombre d’auteurs (une vingtaine d’activistes), manifestement très bas pour un projet qui se prétend encyclopédique démontre qu’on assiste à un projet assez marginal pour le moment.

Par ailleurs, le côté uniquement militant et dénué de tout caractère scientifique de la plupart de ses propos rend l’impact de ce site relativement limité et réservé à un public averti. A titre de comparaison le classement Alexa (1) de juillet 2013 classe en septième position Wikipédia et en 59.726e position son concurrent nationaliste.


Les pages de Métapédia sur la Belgique
Au départ suédois, le projet international raciste s’étend progressivement au reste du monde et en ce qui concerne la Belgique, on peut y lire des propos se réjouissant de l’arrestation, durant l'occupation allemande, à Charleroi du résistant antisioniste Abraham Léon qui entrainera sa mort à Auschwitz (2). Auschwitz dont la seule victime de sévices aurait été, selon une thèse délirante, Rudolf Höß, le premier commandant du camp, torturé par l’armée de libération.

Quant au site de RésistanceS.be, il serait, d'après cette encyclopédie « un magazine de propagande pro-communiste et juive belgophobique », dont le « but principal est de contribuer à miner la Région wallonne et les Flamands en Belgique par la diffamation […] ». Au risque de paraître lassant à force de nous répéter, nous rappelons que nous ne sommes membres d’aucun parti ou organisation de gauche et que le pluralisme d’idée est de mise au sein de la rédaction. Notre liste de soutien rassemble des personnalités dont certaines sont aux antipodes du communisme et nous nous en réjouissons . Le projet de RésistanceS.be consiste à être l’Observatoire de l’extrême droite en Belgique, nul ne doute que cela déplaise à certains de voir exposées au grand jour leurs turpitudes et leur dangerosité, mais il est de notre devoir d’informer le citoyen sur les réalités de leurs mouvements.

Pour Métapédia, notre équipe serait « étroitement liée à des groupes terroristes violents domestiques en Belgique, en particulier celles entourant le mouvement trotskyste ». Non seulement le Conseil de l’Union Européenne n’a jamais dénoncé l’existence de composantes trotskistes terroristes en Europe (3), mais nous sommes en mesure d’affirmer que parmi nos contacts, les seuls personnages ayant des liens avec des candidats à des actions violentes sont nos sources à l’extrême droite.

Quant au coordinateur de RésistanceS.be, son nom est systématiquement accolé au Magen David (étoile juive) et sous sa photo figure la légende suivante : « L’ennemi juif des enfants belges ». C'est sans doute la raison pour laquelle, il est repris dans une liste de « juifs communistes » actifs dans le monde entier. Une liste proposée par l'encyclopédie numérique d'extrême droite.



Extrait de la liste des « juifs communistes » de Métapédia où figure en bonne place Manuel Abramowicz – Doc RésistanceS.be


Métapédia donne l'exemple
Les accusations - de type conspirationniste - de Métapédia contre RésistanceS.be et Manuel Abramowicz avaient déjà été faites, dans les années 1990, par des groupuscules néonazis et le Front national belge.

Aujourd'hui, reprises par l'encyclopédie en ligne d'extrême droite, elles se retrouvent, comme par hasard, également dans les propos ou écrits de dirigeants d'extrême droite, et même dans ceux de certains de leurs avocats...
Informer sur l’extrême droite est un engagement à risque. Nous le savions et nous continuerons à le prendre.

Julien MAQUESTIAU
RésistanceS.be

 

Intimidations et menaces contre RésistanceS.be

Dès ses débuts, en 1997, le web-journal RésistanceS.be a proposé à ses lecteurs des enquêtes d'investigation exclusives sur les coulisses de l'extrême droite. Avec un seul objectif : montrer le vrai visage de cette « nouvelle » force politique en croissance électorale continue dans les années nonante.

RésistanceS.be peut être fier de la sortie de quelques véritables scoops sur la droite extrême radicale. Scoops qui seront ensuite repris par de grands titres de médias plus conventionnels. La médiatisation de nos enquêtes permettra enfin de mettre à mal le développement structurel de l'extrême droite.

Bien évidemment, notre journalisme d'investigation ne va pas plaire à l'extrême droite. Au fil des années, RésistanceS.be et plusieurs de ses journalistes sont devenus ainsi les cibles habituelles des « fafs » (fascistes). Régulièrement, RésistanceS.be a dû faire face à des menaces, y compris de mort sur des membres de sa rédaction (et leur famille), à diverses intimidations (notamment d'une secte multinationale), à des plaintes, à des procès, à l'orchestration d'une campagne d'intoxication obsessionnelle et paranoïaque sur internet et mêmes d'un projet de passage à tabac en règle planifié par un groupe néonazi...

Informer sur l'extrême droite est un engagement à risque. Nous le savions, l'avons pris et le poursuivrons avec détermination !

[M.AZ, in RésistanceS.be, 3 mai 2013]

 

 

 



En 1996, le journal du Front national s'attaquait à Manuel Abramowicz, suite à la sortie de son deuxième livre sur l'extrême droite (« Les rats noirs », publié aux éditions Luc Pire ). Il était accusé d'être un « cafard rouge » (sic) et un dangereux communiste. La seule réponse argumentative à son livre... – Doc. Archives RésistanceS.be

 

Notes :
(1) Le classement d'Alexa est réalisé en fonction du nombre de visiteurs uniques et du nombre de pages vues par chaque visiteur.
(2) « Basileus », pseudonyme d’un des quatre principaux collaborateurs de Métapédia (et auteur de la notice sur RésistanceS.be et Manuel Abramowicz) tient les propos suivant sur Abraham Léon : «Fortunetly, he was apprehended at Charleroi [...] by the feldgendarmerie where he was sent to Auschwitz detention centre. Already ill before arrest in June 1944, he did not survive the war. »
(3) Journal officiel de l'Union européenne du 12 juillet 2010.


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – 26 juillet 2013.

 

 

 

 


A lire sur ce même sujet sur RésistanceS.be :

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2013 »

 




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011