RésistanceS.be 24-07-2011

 

NOUVEAU 16/08/2011
Attentat et massacre en Norvège, le «choc des civilisations» version extrême droite…
L’analyse du journal Golias Hebdo

 

Mettre les points sur les « i »


Attentats d'extrême droite d'Oslo : qui sont les responsables ?


Quand des bombes explosent, et tuent des innocents, les auteurs sont très vite désignés. Anders Behring Breivik, le terroriste d'Oslo, est désormais tout naturellement l'homme le plus détesté de Norvège. Ses actions meurtrières ne sont-elles pour autant que la signification d'une action isolée ? Les discours contre l'Islam et le laxisme démocratique à l'égard des populations immigrées sont peut-être aussi à la source de son passage à l'acte...


Breivik

Les convictions idéologiques du terroriste norvégien ont très vite été connues.


Ce vendredi 22 juillet 2011, le terrorisme aveugle d'extrême droite a frappé, cette fois-ci, en Norvège. Un «fondamentaliste chrétien» ultra nationaliste, se prenant pour un «néocroisé» anti-islamiste, antimarxiste et en «résistance» contre le multiculturalisme, Anders Behring Breivik, y a commis deux sanglants attentats (au moins 93 tués et 100 blessés, à la date d'aujourd'hui). Ses cibles : le siège du gouvernement travailliste (social-démocrate) et l'université d'été des jeunesses du parti travailliste. Une formation au pouvoir, singularisée par sa politique d'ouverture en faveur des populations immigrées, notamment d'origine musulmane, présentes en Norvège.

Une politique bien entendu honnie par l'extrême droite locale, des groupuscules néonazis au Parti du progrès norvégien, une des plus fortes formations électorales nationaliste en Europe (22 % des voix aux dernières élections législatives).


L'Après-11 septembre

Des milieux idéologiques réactionnaires – allant de l'ultra droite radicale à des fractions de la droite libérale – critiquent également la «société multiculturelle», favorisée, selon eux, par les partis de gauche ou par une droite trop modérée à leurs yeux. Ces milieux, au même rythme que l'extrême droite et en parallèle à cette dernière (avec des synergies indirectes, ou même directes,  ), agitent le «spectre de l'islamisation de l'Europe», à l'instar du «danger judéo-bolchévique» jadis. La naissance de cette propagande sans bornes se situe dans l'immédiat «Après-11 septembre 2001».

Les discours de haine ciblant à la fois les immigrés, l'Islam et une démocratie jugée comme trop permissive à leur égard sont ainsi distillés par l'extrême droite pure et dure, des partis populistes nationalistes et des milieux idéologiques «néoréactionnaires».

 

breivik

La Une et les premières pages d'un des plus grands quotidiens norvégiens, le lendemain du massacre de masse commis par un terroriste d'extrême droite.


Auteurs et responsables
Chez certains militants de la droite extrême, ces discours peuvent mener aux actes. Cela fut déjà le cas à de très nombreuses reprises. Le massacre de masse, commis ce vendredi par le Norvégien Anders Behring Breivik, n'est effectivement pas le premier. Pensons à l'attentat perpétré aux États-Unis, à Oklahoma City, en 1995, où 108 personnes trouvèrent la mort. Des actions dont la source se trouve à la fois dans une vision paranoïaque de la société et une stratégie terroriste bien planifiée
En Belgique, en mai 2006, un jeune flamand, Hans Van Temsch, avait ouvert le feu en pleine rue, à Anvers, pour y tuer deux innocents, délibérément pris pour cible en raison de leur origine étrangère ou musulmane . Il fut rapidement maitrisé par un policier : si tel n'avait pas été le cas, le bilan de son raid raciste aurait probablement été bien plus terrible encore. Comme Anders Behring Breivik, le tueur d'Anvers provenait d'un milieu politique d'extrême droite.

Les terroristes de ce milieu idéologique sont responsables de leurs crimes. Les propagateurs de haine, quelque soit leur origine politique, sont eux, les co-responsables des passages à l'acte de ces tueurs d'innocents. Qu'ils prennent maintenant conscience que leurs «croisades», qui alimentent le repli, la crainte, et désignent si facilement des boucs émissaires aux maux de notre société, portent également en elles des germes criminogènes.


Manuel ABRAMOWICZ

 


Sur ce thème, RésistanceS.be avait, il y a plus de trois ans déjà, réalisé un dossier complet. Il est toujours en ligne sur notre site.

 



Intervention en direct au journal télévisé de la RTBF (télévision publique belge) ce samedi 23 juillet de Manuel Abramowicz, au nom du journal RésistanceS.be, pour y expliquer la stratégie terroriste de l'extrême droite, après les deux attentats commis en Norvège. Pour visionner cette intervention : © Image RTBF

 

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 24 juillet 2011.



Au moins 93 personnes assassinées ce 22 juillet 2011 en Norvège après deux attentats commis par un fanatique d'extrême droite

 

NOUVEAU (14/08/2011) : Attentat et massacre en Norvège, le «choc des civilisations» version extrême droite… L’analyse du journal Golias Hebdo


Sur ce même thème, lire sur RésistanceS.be, le dossier

Sur ce thème, RésistanceS.be avait, il y a plus de trois ans, déjà réalisé un dossier complet. Il est toujours en ligne sur notre site.






Nos derniers articles (liste non-exhaustive) :

La fin du Vlaams Belang ?
Son ancien président le quitte et prend la tête d'un groupe dissident


Le Taal-Aktie-Komitee, la bombe à retardement national-flamande

Rupture du cordon sanitaire avec l'histoire. Des nostalgiques de van Severen à la N-VA et au CD&V ?

Une «Base autonome identitaire» et néonazie en Wallonie 

«Facho-Pride». La journée des (derniers) purs et durs de l'extrême droite

Antisémitisme chez les BCBG du cercle Solvay ? 

Un leader néofasciste italien à l'université flamande de Gand

Etc. etc.


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2011 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011